Notre santé, #Mali : Fente labio palatine : Une malformation congénitale

La fissure labiale et/ou palatine est une malformation du visage qui consiste en une ouverture de la lèvre supérieure pouvant se prolonger jusqu’au palais.

Par

Publié lundi 15 janvier 2024 à 08:13
Notre santé, #Mali : Fente labio palatine : Une malformation congénitale

 Dr Rokiatou Koné

 

 

La fente peut toucher un seul côté de la lèvre ou les deux, voire être centrale. C’est une malformation congénitale que généralement les mères constatent à la naissance de l’enfant, explique Dr Rokiatou Koné, chirurgienne maxillo-faciale stomatologiste. «On voit qu’il y a un trou au niveau de la lèvre supérieure, ça veut dire que les deux lèvres se séparent et ça peut continuer jusqu’à vers les fosses nasales et peut aller jusqu’au niveau du palais, de la gorge et entraîner une communication entre la bouche et le nez», précise-t-elle. C’est une maladie relativement fréquente, mais pas plus chez nous qu’en Europe. Elle sévit autant en Asie qu’en Afrique.

Mais au regard de ce que l’on raconte, notamment que nos femmes font plus d’enfants et que la prise en charge de la malformation est assez tardive, on a l’impression que la fente labio palatine est plus fréquente chez nous qu’ailleurs. La spécialiste dit que la fente labiale est une fente qui se trouve au niveau de la lèvre supérieure. On se rend compte que la lèvre supérieure est fendue en deux, mais c’est seulement au niveau de la lèvre. Cependant elle peut s’étendre au niveau du nez. Elle peut être d’un seul côté et là on l’appelle fente labiale unilatérale ou ça peut entrer dans les deux fosses nasales. Dans ce cas, on l’appelle fente labiale bilatérale.

Dr Koné souligne que la fente palatine peut être isolée, c’est-à-dire être seulement dans la gorge de l’enfant. Dans ce cas, le palais est fendu. Et de préciser que c’est la forme qui se remarque moins. «Parce que vu de l’extérieur, on la voit pas. Des fois, la découverte peut traîner jusqu’à ce que la mère constate au moment de nourir l’enfant», explique la praticienne hospitalière, avant de préciser que la nourriture va sortir par le nez. C’est en ce moment qu’on peut se rendre compte qu’il y a un trou qui établit une communication anormale entre la bouche et le nez. Dr Rokia Koné révèle aussi que la fente palatine peut aussi être associée à la fente labiale : c’est ce qu’on appelle la forme labio palatine.

Pour la maladie, la spécialiste confirme qu’il n’y a pas véritablement de cause, mais des facteurs favorisants. Ceux-ci peuvent être une infection contractée au 1er trimestre de la grossesse parce que la tête se forme en cette période. Toutes les infections, notamment les toxoplasmoses, la rubéole ou les carences vitaminiques peuvent entraîner la fente labio palatine. À côté de cela, il y a aussi le lien de consanguinité, c’est-à-dire si les parents sont proches génétiquement. Selon la chirurgienne, plus il y a des risques de maladies congénitales dans la famille, plus ces maladies se multiplient. Si la mère fume pendant le 1er trimestre de la grossesse, cela peut favoriser également la maladie.

Normalement, le diagnostic se fait au cours de la grossesse quand on fait l’échographie à partir du 2è trimestre. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut voir la fente labiale bien avant que l’enfant naisse. Mais, elle précise qu’il faut que l’échographie soit assez qualifiée pour aller chercher ces malformations congénitales. Par conséquent, il est important de souligner que c’est difficile d’éviter la maladie. Selon la toubib, la seule façon de le faire est d’agir sur les facteurs favorisants. «C’est seulement à travers cela qu’on peut diminuer l’incidence de ces fentes», insiste-t-elle.

La prise en charge demande l’apport de plusieurs spécialistes. «Le premier traitement commence chez le pédiatre, dès qu’on se rend compte que l’enfant a une fente, on l’amène voir le pédiatre. Ce sont des enfants qui sont très souvent enrhumés surtout si c’est la forme palatine, ou ont des otites ou d’autres infections à répétition. Après arrivera l’âge où on doit les opérer». Actuellement, elle dit que l’opération peut avoir lieu à partir de 6 kilos, peu importe l’âge de l’enfant. Pour la forme palatine, on commence à opérer à partir d’un an. L’intervention se fera avec un chirurgien maxillo-faciale, un pédiatre, quand il y a des infections des otites à répétition.


Mais aussi un dentiste parce que souvent on remarque que les dents sont en désordre donc il faut les aligner. Après la chirurgie, il faut que l’enfant soit confié à un orthophoniste qui va l’aider dans la parole, surtout dans la prononciation de certains mots. Ce n’est pas tout, elle soutient que plus tard on aura besoin peut être de chirurgie réparatrice du nez, parce que celui-ci est déformé. Le psychologue à son tour viendra soutenir les parents, mais aussi l’enfant. La chirurgienne déclare qu’après le traitement, le patient peut retrouver la forme normale, des fois on a de la peine à revoir les cicatrices. «L’enfant retrouve l’esthétique de son visage complètement» témoigne-t-elle.

Et d’estimer que les fentes labio palatines ne doivent plus être un tabou parce qu’il y a une prise en charge et celle-ci est à 100% gratuite avec l’association «Sourire ensemble». Qu’il s’agisse de la chirurgie, des médicaments, l’enfant est pris en charge dès sa naissance. La praticienne invite la population à informer les malades autour d’eux pour une prise en charge gratuite.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont inf.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Lire aussi : #Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Lire aussi : Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de l.

Lire aussi : #Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Lire aussi : #Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolong.

Les articles de l'auteur

#Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont infectieux, toxiques et radioactifs..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:33

#Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:10

#Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:40

Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de la salive, le maintien de la température corporelle et le transport des nutriments..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:38

#Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:37

#Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolongés est une situation assez particulière. Durant un mois, dit-il, on est amené à changer notre régime alimentaire..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:46

#Mali : Tuberculose osseuse vertébrale : Quand la colonne vertébrale est atteinte

Consulte un spécialiste en cas de douleur de dos surtout quant elle est associée à de la fièvre et à un amaigrissement ! Selon le neurochirurgien, Dr Youssouf Traoré, il peut s’agir d’une tuberculose osseuse vertébrale ou mal de Pott. C’est l’atteinte d’un ou de plusieurs vertèbres ou d’un disque ou de plusieurs disques par le microbe de la tuberculose..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 11 mars 2024 à 09:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner