Tabaski : Gestion catastrophique des détritus d’animaux

Le constat est le même chaque année. Des peaux et excréments tirés des entrailles des bêtes immolées se retrouvent sur la voie publique ou dans les caniveaux. Un danger pour les populations et l’écosystème environnemental

Par

Publié mardi 04 juillet 2023 à 08:01 , mis à jour vendredi 21 juin 2024 à 07:49
Tabaski : Gestion catastrophique des détritus d’animaux

Les animaux sont souvent abattus dans la rue ou devant la porte de la maison


Aïd el-Kébir ou Aïd el-Adha, comme son nom l’indique, commémore l’acte de soumission du prophète Abraham envers Dieu à travers le sacrifice d’un mouton. Chaque année, des animaux (moutons, chèvres, bœufs, chameaux) sont alors immolés conformément aux recommandations de la religion musulmane. Et tous les ans, le rituel remet en débat la lancinante problématique de gestion des détritus des animaux. À travers Bamako, le constat est amer après la fête : des peaux et excréments tirés des entrailles des animaux sacrifiés se retrouvent sur la voie publique ou dans les caniveaux. Un danger pour les populations et l’écosystème environnemental. Pour d’autres, le fleuve Niger est l’endroit idéal pour se débarrasser de ces détritus.


La sale besogne est généralement accomplie par des mômes qui, à l’aide de sceaux et de sacs plastiques, transportent les déchets dans le lit du fleuve. Certaines familles éloignées de ce grand cours d’eau se contentent des rivières et des caniveaux pour se débarrasser les déchets issus des animaux immolés. Djibril Keita, habitant de Djicoroni-para en Commune IV du District de Bamako, n’est pas content de ce mauvais comportement. «Ce n’est pas du tout bon de venir jeter des excréments dans le lit du fleuve. On peut les utiliser comme engrais organique. Les peaux aussi sont importantes pour certains qui les achètent pour d'autres fins», explique-t-il, débout au bord du fleuve. Selon lui, c’est décevant de voir l’état de saleté dans lequel se trouvent aujourd’hui les berges de ce grand fleuve. «Il y a des années, c’était un endroit propre», affirme celui qui est venu fêter dans le quartier qui l’a vu grandir.


«Auparavant, la Ligue malienne des imams et savants pour la solidarité islamique (Limama) rassemblait les peaux au niveau des mosquées, les vendait et partageait le revenu entre les mosquées», se souvient Modibo Konta qui précise que le but de cette opération n’était pas de s’enrichir mais d’atténuer la pollution de l’environnement. «Le peu gagné revenait aux mosquées. Cela fait deux ans qu’on ne les voit pas. Ceux qui achètent actuellement sont plutôt intéressés par les peaux de bœufs. Pour les petits ruminants, même une petite déchirure sur la peau au moment du dépèçage, rend celle-ci invendable», fait savoir le vieux Bozo. Il avoue avoir mis les détritus « dans la pirogue pour s’en débarrasser au milieu du fleuve». «Les populations méconnaissent les conséquences négatives de ces déchets sur l’environnement. Si elles les savaient, elles n'allaient pas les utiliser ainsi», remarque Fousseyni Keita. L’enseignant qui habite à quelques mètres du fleuve, pense qu’il faut une large sensibilisation pour que les gens s’habituent à creuser des trous pour y mettre les excréments. Il préconise également que les mairies, à l’occasion des fêtes, équipent chaque secteur de grandes poubelles pour colleter les détritus.

Lire aussi : #Mali : Grand marché de Bamako : Le défi de la gestion des déchets demeure

Des usagers, tout en saluant les efforts de la délégation spéciale de la mairie du District de Bamako, estiment qu’elle doit mieux faire. Tous pointent du doigt les quartiers riverains qui viennent y déverser les déchets nuitamment.

Lire aussi : #Mali: Gouvernance de l’entreprise : Les capacités des administrateurs renforcées

«Rôle, fonction et responsabilités de l’administrateur dans la gouvernance de l’entreprise», c’est le thème d’une session de formation que le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a présidé mercredi dernier dans les locaux de son département..

Lire aussi : #Mali : Entreprises agricoles au Mali : Nécessaire vulgarisation des textes régissant le secteur

Notre pays a un potentiel en terre agricole estimé environ à 43 millions d’hectares utilisables pour l’agriculture et l’élevage. Seulement 7 millions d’hectares, soit 4,5% sont cultivés. La vulgarisation des textes peut aider à profiter de cet énorme potentiel.

Lire aussi : #Mali : Gestion des déchets : Une opportunité de promotion de l’économie circulaire

«Enjeux, défis et opportunités de l’économie circulaire au Mali». C’est le thème national retenu, cette année, pour la Journée internationale zéro déchet, célébrée le 30 mars de chaque année. La cérémonie de lancement des activités, placée sous le parrainage de la délégation .

Lire aussi : #Mali : Ségou et Koutiala : Les bienfaits des projets Oxfam

Ces projets ont permis l’autonomisation de centaines de femmes grâce à des activités génératrices de revenus se rapportant à l’élevage et la transformation de produits locaux.

Lire aussi : #Mali : Bakari Mangané à propos du changement climatique : «Il faut accélérer les actions d’atténuation pour lutter contre ce désastre»

La Journée météorologique mondiale a été célébrée le 23 mars sous le thème «La météo en première ligne de l’action climatique». Occasion de mettre en avant le rôle crucial de cette science dans la lutte contre le changement climatique. Dans cette interview qu’il a bien voulu accor.

Les articles de l'auteur

#Mali : Grand marché de Bamako : Le défi de la gestion des déchets demeure

Des usagers, tout en saluant les efforts de la délégation spéciale de la mairie du District de Bamako, estiment qu’elle doit mieux faire. Tous pointent du doigt les quartiers riverains qui viennent y déverser les déchets nuitamment.

Par


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:27

#Mali: Gouvernance de l’entreprise : Les capacités des administrateurs renforcées

«Rôle, fonction et responsabilités de l’administrateur dans la gouvernance de l’entreprise», c’est le thème d’une session de formation que le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a présidé mercredi dernier dans les locaux de son département..

Par


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:26

#Mali : Entreprises agricoles au Mali : Nécessaire vulgarisation des textes régissant le secteur

Notre pays a un potentiel en terre agricole estimé environ à 43 millions d’hectares utilisables pour l’agriculture et l’élevage. Seulement 7 millions d’hectares, soit 4,5% sont cultivés. La vulgarisation des textes peut aider à profiter de cet énorme potentiel.

Par


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:29

#Mali : Gestion des déchets : Une opportunité de promotion de l’économie circulaire

«Enjeux, défis et opportunités de l’économie circulaire au Mali». C’est le thème national retenu, cette année, pour la Journée internationale zéro déchet, célébrée le 30 mars de chaque année. La cérémonie de lancement des activités, placée sous le parrainage de la délégation spéciale de la mairie du District de Bamako, a eu lieu samedi dernier dans les locaux de la direction nationale de l’urbanisme et de l’habitat.

Par


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:49

#Mali : Ségou et Koutiala : Les bienfaits des projets Oxfam

Ces projets ont permis l’autonomisation de centaines de femmes grâce à des activités génératrices de revenus se rapportant à l’élevage et la transformation de produits locaux.

Par


Publié vendredi 29 mars 2024 à 08:37

#Mali : Bakari Mangané à propos du changement climatique : «Il faut accélérer les actions d’atténuation pour lutter contre ce désastre»

La Journée météorologique mondiale a été célébrée le 23 mars sous le thème «La météo en première ligne de l’action climatique». Occasion de mettre en avant le rôle crucial de cette science dans la lutte contre le changement climatique. Dans cette interview qu’il a bien voulu accorder à l’Essor, le chargé des prévisions et alertes météorologiques à l’Agence nationale de la météorologie (Mali météo), Bakari Mangané, évoque les défis et prône un changement de mentalité.

Par


Publié jeudi 28 mars 2024 à 08:35

#Mali : Technologies agricoles : Les innovations des chercheurs de l’IER

Le Centre régional de recherche agronomique de Sotuba a abrité hier la 3è Journée portes ouvertes du Parc de technologies et d’innovations agricoles (PTA), suite à l’initiative dénommée «Pôle de coordination de l’innovation, la recherche, la vulgarisation et le conseil (Ireach)»..

Par


Publié mercredi 13 mars 2024 à 07:54

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner