Conflits et violences électorales : Des journalistes formés pour prévenir les risques

Les professionnels des médias ont, durant deux jours (du 12 au 13 mai derniers), été formés sur la gestion des rumeurs, des fake news et sur le journalisme sensible au conflit et au genre en période électorale au Mali.

Publié mardi 16 mai 2023 à 08:07
Conflits et violences électorales : Des journalistes formés pour prévenir les risques

La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère en charge de la Communication, Alkaïdi Amar Touré (d)

 

L’objectif était de renforcer leurs capacités afin de prévenir les risques de conflits et de violence par l’instrumentalisation des médias. Mais également de mettre en place un groupe clé de vérification systématique des affirmations de responsables politiques ou des éléments de débat public en période électorale.


Cet atelier de formation a été organisé par la Maison de la presse, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), la Minusma et l’Onu Femmes. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui aux réformes et aux élections au Mali (Parem 2021-2023).

La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’administration, Alkaïdi Amar Touré. C’était en  présence du vice-président de la Maison de la presse, Mamadou Dabo et du représentant résident du Pnud-Mali, Alfredo Teixeira.

Selon ce dernier, la violence électorale peut-être généralisée, avant ou après le jour du scrutin. Elle peut se produire sur une grande échelle, immédiatement après les élections. À l’en croire, la plupart des études reconnaissent que les causes des actes de violence liés aux élections sont plus exogènes qu’endogènes.

Pour Alfredo Teixeira, ce ne sont malheureusement pas les élections qui génèrent les conflits. Ceux-ci, a-t-il estimé, sont souvent la résultante d’une combinaison de rivalités politiques et de causes sous-jacentes, tels que l’exclusion, l’inégalité ou un lourd passif de tension ethniques. Les élections, dira-t-il, sont une alternative à la violence lorsqu’elles sont menées de manière crédible.


«Des élections crédibles, transparentes et ouvertes offrent aux candidats une bonne chance d’être élus, mais aussi un canal par lequel les électeurs de l’opposition exposent leurs préférences sur les candidats et sur les problèmes, réduisant le recours à la violence», a rappelé le diplomate onusien. Il a précisé que cet atelier ne doit pas se limiter à la simple acquisition des connaissances pour les organes bénéficiaires, mais il doit viser l’intérêt supérieur de la nation et du Mali en vue de l’organisation d’élections inclusives et apaisées.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère en charge de la Communication a expliqué que la problématique de la gestion des rumeurs et des fake news après les scrutins «constitue aujourd’hui un vrai casse-tête et une préoccupation de premier ordre pour tous les gestionnaires publics en général et particulièrement pour les responsables des médias publics et privés». Pour Alkaïdi Amar Touré, le Mali ne fait pas exception à cette dure réalité qui contribue malheureusement à fragiliser l’environnement institutionnel et organisationnel du monde de la communication et celui de l’information.


«Ce phénomène est d’autant plus inquiétant qu’il n’épargne ni les pays développés, ni ceux en voie de développement. Il faudrait rappeler que le numérique n’est pas à l’origine des fake news comme beaucoup le pensent, mais la rivalité sur les réseaux sociaux contribue fortement à élargir sa diffusion», a-t-il souligné. Alkaïdi Amar Touré a invité les participants à plus d’assiduité et une participation positive à la formation afin de tirer le meilleur en vue d’une gestion saine en termes de traitement juste et équitable des élections auxquelles notre pays doit faire face très prochainement.

Fadi CISSE

Lire aussi : #Mali : Grand marché de Bamako: Fière allure après la fête

Cette année, la mairie du District n’a pas attendu des jours pour assainir le marché.

Lire aussi : #Mali : Gestion des déchets après la fête : on se pince le nez

Nous sommes mardi, le lendemain de fête d’Aïd El-Kebir. Il est environ 10 heures, mais le soleil darde déjà de brûlants rayons sur Samanko II, dans la Commune du Mandé. Au même moment, l’odeur nauséabonde de sang et de bouse des bêtes immolées la veille, c’est-à-dire le jour de la .

Lire aussi : #Mali : Sanke Mô : Pro-ARIDES offre des opportunités de marché aux producteurs

Le Programme agroalimentaire pour la résilience intégrée et le développement économique du Sahel (Pro-ARIDES Mali) a participé à la 624ème édition de la fête traditionnelle nationale le «Sanke Mô» à San..

Lire aussi : #Mali : Kafo Jiginew : Des performances encourageantes

L’agence de microfinance Kafo Jiginew a tenu ce jeudi dans un hôtel, la 35è session annuelle de son Assemblée générale ordinaire. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, en présence du directeur gén.

Lire aussi : #Mali : En réponse à la crise énergétique : La Semos S.A offre 135.000 litres de gasoil au ministère en charge de la santé

Cette entreprise d’exploitation des mines ne pense pas faire uniquement des profits. Elle est très consciente de sa responsabilité sociétale et continue toujours de soutenir la bonne cause.

Lire aussi : #Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Les clients souhaitent avoir la possibilité de continuer à regarder nos chaînes nationales (étatiques et privées) après avoir épuisé le crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Les autorités assurent qu’elles y travaillent.

Les articles de l'auteur

#Mali : Grand marché de Bamako: Fière allure après la fête

Cette année, la mairie du District n’a pas attendu des jours pour assainir le marché.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:33

#Mali : Gestion des déchets après la fête : on se pince le nez

Nous sommes mardi, le lendemain de fête d’Aïd El-Kebir. Il est environ 10 heures, mais le soleil darde déjà de brûlants rayons sur Samanko II, dans la Commune du Mandé. Au même moment, l’odeur nauséabonde de sang et de bouse des bêtes immolées la veille, c’est-à-dire le jour de la Tabaski se fait sentir dans les rues du quartier..

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:23

#Mali : Sanke Mô : Pro-ARIDES offre des opportunités de marché aux producteurs

Le Programme agroalimentaire pour la résilience intégrée et le développement économique du Sahel (Pro-ARIDES Mali) a participé à la 624ème édition de la fête traditionnelle nationale le «Sanke Mô» à San..

Par Fadi CISSE


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:35

#Mali : Kafo Jiginew : Des performances encourageantes

L’agence de microfinance Kafo Jiginew a tenu ce jeudi dans un hôtel, la 35è session annuelle de son Assemblée générale ordinaire. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, en présence du directeur général de Kafo Jiginew, Ibrahima Keïta..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 14 juin 2024 à 15:31

#Mali : En réponse à la crise énergétique : La Semos S.A offre 135.000 litres de gasoil au ministère en charge de la santé

Cette entreprise d’exploitation des mines ne pense pas faire uniquement des profits. Elle est très consciente de sa responsabilité sociétale et continue toujours de soutenir la bonne cause.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:18

#Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Les clients souhaitent avoir la possibilité de continuer à regarder nos chaînes nationales (étatiques et privées) après avoir épuisé le crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Les autorités assurent qu’elles y travaillent.

Par Fadi CISSE


Publié mardi 04 juin 2024 à 18:37

#Mali : Dette intérieure : 1.190 milliards de Fcfa payés aux opérateurs économiques en 2023

Cette prouesse a été possible grâce aux efforts des différents acteurs qui ont pu mobiliser 3.155 milliards de Fcfa de ressources budgétaires dont près de 1.012 milliards de Fcfa sur le marché financier régional.

Par Fadi CISSE


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:08

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner