La radio et les jeunes : internet, passage obligé

L’avenir de la radio passe par le renouvellement de son public en investissant les plateformes digitales où les jeunes ont désormais leurs habitudes

Publié lundi 13 février 2023 à 07:36 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 06:54
La radio et les jeunes : internet, passage obligé

La radio Kledu qui a fêté ses 30 ans au mois de novembre 2022 est présente sur Facebook et YouTube et possède une application

 

 

 

Oumar Ballo est un tailleur installé au quartier Samanko II, dans la Commune du Mandé. À fond sur sa machine à coudre, téléphone à la main, le jeune homme déroule le fil d’actualités de sa page Facebook. Histoire d’avoir les dernières nouvelles du pays et d’ailleurs. Ce jeune diplômé qui n’a pas trouvé de travail conforme à ses compétences, est séduit par l’instantanéité des infos sur cette plateforme : «Toutes les informations tombent à chaud sur les réseaux sociaux surtout sur Facebook, même les petites annonces de recrutement.»

Pourquoi ne pas plutôt écouter la radio ? «Je n’ai jamais aimé écouter la radio. En plus, je n’ai même pas ce temps-là», indique Ballo. Explicitant son point de vue, il estime que la radio, «c’est pour les vieilles personnes» et, d’ailleurs, que les stations privées ne diffusent pas l’information en temps réel lui préférant la musique toute la journée sur les ondes. «Rien que pour ces raisons, je n’aime pas la radio», conclut le trentenaire.

Un ami qui lui tient compagnie en ce mardi soir du mois de janvier, note que, par contre, dans son village, le seul moyen de s’informer est la radio, surtout lorsque sévissait la Covid-19. «Chez nous à Dala, dans la Région de Ségou, ce n’est pas tout le monde qui peut s’offrir l’Internet ou la télé pour s’informer. En plus, la majorité de la population est analphabète, seule la radio nous fournit l’information en temps réel. Pour en profiter, il suffit juste d’acheter des piles et le tour est joué», dit-il en rigolant.

Ces deux témoignages actent la divergence croissante entre ville et campagne dans la manière de s’informer. La radio, médium pratique et bon marché, reste bien présente dans le paysage citadin mais elle perd du terrain auprès des jeunes qui constituent pourtant un de ses cœurs de cible. Il est vrai que la nouvelle génération a adopté d’autres modes de consommation de l’info liés à internet et aux réseaux sociaux mais les radios sont, elles aussi, présentes sur Internet. La désaffection qui les frappe dans la frange jeune est donc aussi imputable à d’autres facteurs comme, notamment, une offre inadaptée en matière de programmes. Visiblement, nombre d’auditeurs jeunes ne sont pas «accrochés» par la programmation erratique proposée par beaucoup de stations.

 

FIDÉLISER LES GÉNÉRATIONS MONTANTES- L’enjeu est, pourtant, de taille pour toutes les radios de fidéliser les générations montantes en jouant sur la simplicité d’utilisation et la (presque) gratuité du média et surtout, en traitant des sujets qui parlent d’elles et qui leur parlent comme, par exemple, des émissions de débats et d’actualités à travers une grille de programmes stable.        

C’est ce que s’efforce de faire Radio Kledu. Son directeur général, Abdoulaye Handane Djiteye, assure que depuis 30 ans aujourd’hui, son antenne diffuse un programme riche et varié : «Nous sommes la seule radio qui a une programmation spécifique connue avec de grandes émissions et différentes rubriques. On y trouve la rubrique de débats politiques, le club de la presse, le reportage et la diffusion de tous les grands évènements sur le plan national et sur le sport». Pour capter plus d’auditeurs, notamment des jeunes, souligne-t-il, Kledu s’adresse à son public en seulement deux langues : le bamanankan qui est la langue la plus parlée dans notre pays et le français.

«Nous avons une programmation en direction des intellectuels, des couches populaires et surtout de la jeunesse. On a créé des émissions thématiques traitant de santé, de politique, d’économie, de questions juridiques. On s’efforce de coller à l’actualité, de susciter l’interactivité des jeunes et de donner la parole aux auditeurs», détaille celui qui est surnommé «koroboro bamanakan fola» («le Sonraï qui parle bambara) et qui possède un bel atout radiophonique : une voix forte et séduisante.

Soucieux de ses contenus, Klédu l’est tout autant des «tuyaux» à emprunter pour rallier un maximum de public. Ainsi, indique Abdoulaye Handane Djiteye, la radio a-t-elle investi les plateformes digitales des réseaux sociaux. Elle est présente sur Facebook et YouTube et possède une application Kledu, autant de canaux à travers lesquels l’auditeur retrouve à sa guise les émissions les plus écoutées de la radio. Kledu vit donc avec son temps et se donne les moyens technologiques d’aller vers les jeunes en s’adaptant à leurs habitudes et pratiques.

 

PLATEFORMES DIGITALES- Confronté au même défi, le promoteur de Ouley FM, Lamine Sylla, table sur la création de rendez-vous attractifs. «On invite souvent des chefs de ‘’grin’’ de différents quartiers autour d’une table pour discuter d’éducation et de divers sujets qui peuvent les toucher. On diffuse de la musique de jeunes, surtout du rap, et l’antenne est libre pour eux afin qu’ils puissent s’exprimer. Toutes ces émissions sont diffusées à des heures bien spécifiées. Le programme est établi de telle sorte qu’on est à cheval pour faire plaisir à tout le monde», raconte le «père» de la radio Ouley qui a vu le jour voilà seulement deux ans. 

Face au même enjeu, on voit que chacun à sa recette qui est visiblement fonction de ses moyens. Acteur impliqué, Bandiougou Danté, le président de l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (Urtel), et aussi de la Maison de la presse, a son analyse d’un problème qui concerne tous ses mandants : «Aujourd’hui, les jeunes sont plus intéressés par l’image. La radio classique doit donc aller à la recherche des jeunes sur les plateformes digitales. Elle a longtemps résisté aux évolutions mais, aujourd’hui, elle doit obligatoirement s’adapter pour ne pas disparaître.»

Cette adaptation est particulièrement cruciale à Bamako qui est une zone de forte concentration de radios, souligne Bandiougou Danté. En effet, si on dénombre au Mali près de 500 radios dont une trentaine dans le District, la réalité radiophonique de la capitale est très éloignée des données officielles, souligne le responsable de l’Urtel qui estime à «près d’une centaine», les radios opérant à «Bamako et alentours». Si on en croit ses explications, nombre de stations ne respectant pas leur zone d’implantation, leur rayon de diffusion et même la fréquence qui leur est attribuée, les ondes bamakoises sont victimes d’une embouteillage permanent.

Ces difficultés existentielles pourraient facilement faire oublier à nos radios les prescriptions des Nations unies qui estiment que les stations de radio devraient desservir des communautés diverses, leur offrir une grande variété de programmes, de points de vue et de contenus et être capables, dans leur organisation et leurs opérations, de refléter la diversité de leurs publics. Et pourtant, ces recommandations recoupent largement la préoccupation principale de nos stations : toucher et fidéliser le public le plus large possible.

Fadi CISSE

Lire aussi : #Mali : Kafo Jiginew : Des performances encourageantes

L’agence de microfinance Kafo Jiginew a tenu ce jeudi dans un hôtel, la 35è session annuelle de son Assemblée générale ordinaire. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, en présence du directeur gén.

Lire aussi : #Mali : En réponse à la crise énergétique : La Semos S.A offre 135.000 litres de gasoil au ministère en charge de la santé

Cette entreprise d’exploitation des mines ne pense pas faire uniquement des profits. Elle est très consciente de sa responsabilité sociétale et continue toujours de soutenir la bonne cause.

Lire aussi : #Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Les clients souhaitent avoir la possibilité de continuer à regarder nos chaînes nationales (étatiques et privées) après avoir épuisé le crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Les autorités assurent qu’elles y travaillent.

Lire aussi : #Mali : Dette intérieure : 1.190 milliards de Fcfa payés aux opérateurs économiques en 2023

Cette prouesse a été possible grâce aux efforts des différents acteurs qui ont pu mobiliser 3.155 milliards de Fcfa de ressources budgétaires dont près de 1.012 milliards de Fcfa sur le marché financier régional.

Lire aussi : #Mali : 30è Conférence des directeurs généraux des douanes : Pour une coopération renforcée dans la région Afrique occidentale et centrale

Le ministre de l’Économie et des Finances, Alousseni Sanou, a procédé hier à l’ouverture, dans un hôtel de la place, les travaux de la 30è Conférence des directeurs généraux des douanes de la Région Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD)..

Lire aussi : #Mali :30è Conférence des directeurs généraux des douanes : Les experts balisent le terrain

En prélude à la 30è Conférence des directeurs généraux des douanes de la région Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), les experts ont débuté, hier dans un hôtel de Bamako, leurs travaux..

Les articles de l'auteur

#Mali : Kafo Jiginew : Des performances encourageantes

L’agence de microfinance Kafo Jiginew a tenu ce jeudi dans un hôtel, la 35è session annuelle de son Assemblée générale ordinaire. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, en présence du directeur général de Kafo Jiginew, Ibrahima Keïta..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 14 juin 2024 à 15:31

#Mali : En réponse à la crise énergétique : La Semos S.A offre 135.000 litres de gasoil au ministère en charge de la santé

Cette entreprise d’exploitation des mines ne pense pas faire uniquement des profits. Elle est très consciente de sa responsabilité sociétale et continue toujours de soutenir la bonne cause.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:18

#Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Les clients souhaitent avoir la possibilité de continuer à regarder nos chaînes nationales (étatiques et privées) après avoir épuisé le crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Les autorités assurent qu’elles y travaillent.

Par Fadi CISSE


Publié mardi 04 juin 2024 à 18:37

#Mali : Dette intérieure : 1.190 milliards de Fcfa payés aux opérateurs économiques en 2023

Cette prouesse a été possible grâce aux efforts des différents acteurs qui ont pu mobiliser 3.155 milliards de Fcfa de ressources budgétaires dont près de 1.012 milliards de Fcfa sur le marché financier régional.

Par Fadi CISSE


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:08

#Mali : 30è Conférence des directeurs généraux des douanes : Pour une coopération renforcée dans la région Afrique occidentale et centrale

Le ministre de l’Économie et des Finances, Alousseni Sanou, a procédé hier à l’ouverture, dans un hôtel de la place, les travaux de la 30è Conférence des directeurs généraux des douanes de la Région Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD)..

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 29 mai 2024 à 18:28

#Mali :30è Conférence des directeurs généraux des douanes : Les experts balisent le terrain

En prélude à la 30è Conférence des directeurs généraux des douanes de la région Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), les experts ont débuté, hier dans un hôtel de Bamako, leurs travaux..

Par Fadi CISSE


Publié lundi 27 mai 2024 à 18:49

#Mali : Organisation mondiale des douanes : Bamako va accueillir les directeurs généraux de la région Afrique occidentale et centrale

Du 27 au 31 mai 2024, notre pays va accueillir la 28è réunion des experts et la 30è rencontre des directeurs généraux des douanes de la région Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD)..

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 23 mai 2024 à 20:00

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner