Côte d’Ivoire : L’outsider devient favori

S’achemine-t-on vers le scénario le plus improbable de l’histoire de la CAN, c’est-à-dire un sacre des Éléphants de Côte d’Ivoire ? C’est la question que l’on peut se poser après le nouveau coup réalisé par l’hôte de la CAN, face à la RD Congo, battue 1-0 en demi-finale, mercredi 8 février au stade Alassane Ouattara d’Olembe.

Par

Publié vendredi 09 février 2024 à 08:26
Côte d’Ivoire : L’outsider devient favori

 De gauche à droite : Serge Aurier, Seko Fofana et Jonathan Bamba

 

 L’unique but de la partie a été marqué par l’attaquant Sébastien Haller, titularisé pour la première fois depuis le début de la CAN par le sélectionneur intérimaire Emerse Faé.  Après donc le Sénégal et le Mali éliminés, respectivement en huitièmes et en quarts de finale, la sélection ivoirienne met fin au rêve des Léopards du Congo et décroche le billet de la 5è finale de son histoire, après celles de 1992 (victoire face au Ghana), 2006 (défaite contre l’Égypte), 2012 (défaite contre la Zambie) et 2015 (victoire face au Ghana).

Avec cette qualification, l’hôte de la 34è édition de la CAN revient de loin, très loin même quand on sait que les Ivoiriens ont été repêchés en tant que meilleurs troisièmes après un premier tour cauchemardesque : 1 victoire (2-0 contre la Guinée-Bissau) suivie de 2 défaites face, respectivement au Nigeria (1-0) et à la Guinée équatoriale (4-0). En trois matches, les Éléphants n’avaient pu récolter que trois points sur neuf possibles et une différence de but de -3.

 Avec ce bilan, les Éléphants n’étaient plus maîtres de leur destin et n’ont dû leur salut qu’au Maroc, dont la victoire 1-0 contre lors de la dernière journée de la phase de poules, a propulsé l’hôte de la CAN en huitièmes de finale. On s’en souvient, lors de ce match Zambie-Maroc, les supporters ivoiriens sont venus massivement au stade pour soutenir les Lions de l’Atlas. Beaucoup d’entre eux arboraient même la tunique de la sélection royale marocaine et après la rencontre, les supporters ont célébré la qualification inespérée des Éléphants dans toutes les grandes villes du pays, brandissant des drapeaux marocains un peu partout.

L’hôte de la 34è édition de la CAN venait d’être remis en selle, mais à dire vrai, personne ne pariait sur les Éléphants pour la suite des événements pour la simple raison que la route des locaux devait croiser celle du Sénégal, champion d’Afrique en titre et, surtout seul pays qui a fait carton plein au premier tour (3 succès en autant de sorties face, respectivement à la Gambie, au Cameroun et à la Guinée).

En fait, la question que tout le monde s’est posée après le repêchage de la sélection ivoirienne n’était pas de savoir si les hommes d’Emerse Faé (le technicien français Jean-Louis Gasset a été limogé après la troisième journée de la phase de poules, ndlr) étaient capables de tenir tête au Sénégal, mais plutôt à quelle sauce ils allaient être mangés par les Lions de la Teranga. Mais à la surprise générale, les locaux ont tenu tête aux Sénégalais après avoir été menés 1-0 dès la 3è minute de jeu, obtenant le nul 1-1 après 120 minutes pour ensuite s’imposer 5-4 dans la séance des tirs au but. En quarts de finale, les Aigles subiront le même sort que les champions d’Afrique en titre. Au terme d’un match complètement fou, l’hôte de la CAN renverse 2-1 une sélection malienne dominatrice dans tous les compartiments et qui a été elle, aussi, la première à scorer. Tout s’est joué pour les Ivoiriens dans les dernières secondes du temps réglementaire (90è min) et des prolongations (120è min+2).

 

DEUX PROLONGATIONS- Contre le Sénégal en huitièmes de finale, comme face aux Aigles du Mali en quarts, les Éléphants ont donc joué 120 minutes, ce qui pouvait laisser des traces sur le plan physique contre la RD Congo, mercredi 7 février en demi-finale. Il n’en a rien été et bien que privés des services de quatre joueurs (Serge Aurier, Christian Kouamé, Odilon Kossounou, Oumar Diakité), la sélection ivoirienne a répondu présente et maîtrisé son adversaire qui était jusque-là invaincue. Inutile donc de dire que la Côte d’Ivoire est en confiance et abordera la finale contre le Nigeria avec la ferme intention d’aller au bout de son rêve. Au premier tour, les deux pays étaient dans la même poule et leur confrontation avait tourné à l’avantage des Super Eagles (1-0).

Cette fois, le trophée de la CAN est en jeu et on peut légitimement s’attendre à un tout autre match de la part des deux sélections. D’un côté, les Nigérians visent un 4è titre après les sacres de 1980, 1994 et 2013 et de l’autre les Ivoiriens en quête d’une 3è couronne après celles conquises en 1992 et 2015. C’est la première fois que les deux pays s’affrontent à ce stade de la CAN et cette confrontation intervient 40 ans après l’échec des Super Eagles contre les Lions indomptables du Cameroun en finale de la 14è édition de la CAN qui s’était déroulée…en Côte d’Ivoire (3-1). Cette année-là, les Éléphants avaient été éliminés dès le premier tour, provoquant une immense déception dans le pays.

Le Nigeria disputera, dimanche sa 8è finale (3 succès), contre 5 pour la Côte d’Ivoire (2 sacres) et il convient de rappeler que les Éléphants n’ont marqué aucun but lors des 4 finales qu’ils ont disputées. C’est tout le contraire du Nigeria qui a remporté sa première finale 3-0 face à l’Algérie (1980), avant de perdre trois fois de suite en 1984, 1988 et 1990 face, respectivement au Cameroun (deux fois) et à l’Algérie. Si l’on ne devrait s’en tenir qu’à ces statistiques et au parcours des deux sélections depuis le début de la CAN, le Nigeria apparaît comme le favori logique de la finale, mais comme on a coutume de le dire, «une finale ne se joue pas, elle se gagne» et la Côte d’Ivoire «ressuscitée» semble avoir toutes les cartes en main pour terminer sa CAN en beauté.

Soulemane Bobo Tounkara

Lire aussi : CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8.

Lire aussi : CAN 2023 : Les éléphants forcent le destin

La Côte d’Ivoire est donc allée au bout de son rêve. Comme portés par une force divine après la fin de la phase de poules de la CAN et leur repêchage au titre de meilleurs troisièmes, les Éléphants, version Emerse Faé, sont devenus hier, les nouveaux rois d’Afrique grâce à leur victo.

Lire aussi : #Mali : Accord d’Alger, Cedeao, Kidal : La plateforme anw ko fasoko décrypte l’actualité

Les responsables de la Plateforme Anw Ko Fasoko étaient face à la presse, samedi 10 février au siège du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) à Niamkoro Cité Unicef. Plusieurs sujets ont été évoqués lors de cette rencontre avec les hommes de médias..

Lire aussi : Aigles : Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Éric Sékou Chelle à genou aux abords de la pelouse pleurant à chaudes larmes sous les yeux des autres membres du staff technique qui lui versaient de l’eau sur la tête..

Lire aussi : Au Rebond : Un échec frustrant

La défaite 2-1 contre la Côte d’Ivoire, samedi 3 février en quarts de finale de la CAN 2023 est difficile à digérer et risque de laisser une plaie profonde. Explication.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Mali : La 40è promet du spectacle

Après le Burkina Faso, battu hier en huitièmes de finale (voir ci-dessus l’article de nos envoyés spéciaux en Côte d’Ivoire, Ladji M. Diaby et Habibou Kouyaté), un autre derby ouest-africain attend les Aigles qui s’annonce plus passionnant..

Les articles de l'auteur

CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8 finales.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 13 février 2024 à 11:36

CAN 2023 : Les éléphants forcent le destin

La Côte d’Ivoire est donc allée au bout de son rêve. Comme portés par une force divine après la fin de la phase de poules de la CAN et leur repêchage au titre de meilleurs troisièmes, les Éléphants, version Emerse Faé, sont devenus hier, les nouveaux rois d’Afrique grâce à leur victoire 2-1 contre le Nigeria en finale de la 34è édition de la CAN..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 12 février 2024 à 08:03

#Mali : Accord d’Alger, Cedeao, Kidal : La plateforme anw ko fasoko décrypte l’actualité

Les responsables de la Plateforme Anw Ko Fasoko étaient face à la presse, samedi 10 février au siège du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) à Niamkoro Cité Unicef. Plusieurs sujets ont été évoqués lors de cette rencontre avec les hommes de médias..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 12 février 2024 à 07:49

Aigles : Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Éric Sékou Chelle à genou aux abords de la pelouse pleurant à chaudes larmes sous les yeux des autres membres du staff technique qui lui versaient de l’eau sur la tête..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié jeudi 08 février 2024 à 08:10

Au Rebond : Un échec frustrant

La défaite 2-1 contre la Côte d’Ivoire, samedi 3 février en quarts de finale de la CAN 2023 est difficile à digérer et risque de laisser une plaie profonde. Explication.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 05 février 2024 à 08:56

Côte d’Ivoire-Mali : La 40è promet du spectacle

Après le Burkina Faso, battu hier en huitièmes de finale (voir ci-dessus l’article de nos envoyés spéciaux en Côte d’Ivoire, Ladji M. Diaby et Habibou Kouyaté), un autre derby ouest-africain attend les Aigles qui s’annonce plus passionnant..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mercredi 31 janvier 2024 à 09:43

Cricket : Deux nouvelles ligues portées sur les fonts baptismaux

La Fédération malienne de cricket (FeMaCrik) compte désormais six Ligues. Après les Ligues de Bamako, Koulikoro, Sikasso et Ségou, l’instance dirigeante du cricket national vient d’enregistrer l’affiliation des Ligues de San et Koutiala..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 30 janvier 2024 à 09:26

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner