«L’art du protocole au Mali» : un breviaire pour les agents du protocole

«L’art du protocole au Mali, Enseignement et savoir-faire». C’est le titre du livre de Mathias Diarra, un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale à la retraite.

Par

Publié mardi 24 mai 2022 à 08:13, mis à jour mardi 05 juillet 2022 à 19:41
«L’art du protocole au Mali» : un breviaire pour les agents du protocole

Son ouvrage de 153 pages, édité en mars dernier par Cauris livres et préfacé par l’ancien ministre du Développement rural, N’Fagnanama Koné, est un voyage dans l’univers de l’élégance, c’est-à-dire un monde aux savoir-faire, savoir-vivre et convenances codifiés. L’auteur plonge sa plume de connaisseur dans les généralités du protocole, notamment son historique, la définition qui est donnée, la fonction du directeur et des agents de protocole, les exigences, notamment les qualités à avoir forcément et le sens de l’organisation des évènements. Le protocole est essentiel dans le dispositif organisationnel.
La formation en protocole diplomatique et les cas pratiques sont les deux chapitres denses de l’ouvrage. Le premier traite des généralités du protocole comme l’environnement socioprofessionnel, la pratique du protocole, la courtoisie, les obligations et les outils protocolaires, etc... Dans le deuxième chapitre, l’auteur met en évidence les règles de préséance dans les cérémonies publiques comme dans l’investiture du président de la République dans notre pays, ainsi que celles relatives aux activités des missions diplomatiques et aux visites des chefs d’État à savoir : la présentation de lettres de créance des ambassadeurs étrangers et l’organisation d’un sommet.
 
L’USAGE DU TAPIS ROUGE- Rien d’étonnant que le caractère pratique et pédagogique de l’ouvrage permette une initiation aux méthodes de l’organisation des cérémonies officielles.  Pour avoir voué sa carrière à la promotion du protocole, l’écrivain livre les ficelles de ce métier très exigeant (parce qu’aucun détail ne doit être raté) et très prenant parce que ça demande de la disponibilité constante. Il évoque à titre d’exemple de l’usage du tapis rouge. Dérouler cette bande d’étoffe devant un invité de marque signifie simplement que cet hôte reçoit tous les honneurs dus à son rang. L’écrivain explique que son usage est régi par un décret et ne peuvent en bénéficier que les présidents de la République, leurs épouses (les Premières dames), les souverains étrangers, les Premiers ministres ou chefs du gouvernement, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) et le président de la Commission de l’Union africaine (UA).

Comme on pouvait s’y attendre, Mathias Diarra propose des recettes en termes de conseils et d’informations pratiques à tous ceux qui aspirent devenir un agent du protocole. L’ouvrage de poche vient aussi appuyer les agents du protocole dans leurs rôles et fonctions respectifs. Bref, le livre enseigne ce qu’il faut savoir ou faire pour réussir dans cette profession.
C’est un véritable coup de maitre qui se veut une contribution à la bonne organisation de futurs sommets ou autres manifestations d’envergure internationale. L’ancien conseiller chef protocole met son immense talent et son vécu, notamment ses longues années d’expériences professionnelles et ses connaissances académiques au service des profanes et des praticiens du protocole.

Mathias Diarra propose une approche compréhensive et intégrée du protocole dans notre pays. «J’ai, après les services rendus à mon pays, pensé qu’il me revenait de partager mon expérience dans le domaine du protocole. Au-delà de sa visée purement pédagogique, ce document pourra servir d’outil de travail à l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine du protocole», peut-on lire de l’auteur dans son avant-propos.

 A travers ce bréviaire, il entend donner une meilleure compréhension du métier dont le niveau et l’image doivent être rehaussés. Parallèlement, il invite au débat sur les grands défis auxquels le secteur est confronté. Dans le livre qui allie le protocole traditionnel malien au moderne, l’auteur s’attaque de manière opportune à la méconnaissance des méthodes, procédures et mécanismes protocolaires. Dans la même veine, il révèle les ficelles les mieux adaptées pour la pratique efficace du protocole dans notre pays.

Ancien fonctionnaire de la direction du protocole au Mali, Mathias Diarra est détenteur d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en relations internationales. Il a successivement servi comme responsable de liaison à la Compagnie malienne des textiles (CMDT), attaché de cabinet au ministère du développement rural avant d’occuper le poste de conseiller-chef protocole à l’ambassade du Mali à Paris où il se fera apprécier de tous de 2002 à 2016. Ce n’est pas rien cette longévité au poste et qui résulte simplement du talent, de l’humilité et d’une perpétuelle remise en cause. Son livre qui sortira le mois prochain, c’est-à-dire en juin, garnira probablement le rayon de documentation de nombre de professionnels, mais aussi de lecteurs. Il sera disponible dans les librairies de la place au prix de 12.500 Fcfa.

Lire aussi : Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Dans la même rubrique

Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Publié 01 April 2022 a 08:17 Tamba CAMARA

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié 01 April 2022 a 08:15 Tamba CAMARA

Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Publié 15 April 2022 a 07:57 Tamba CAMARA

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié 22 March 2022 a 08:01 Tamba CAMARA

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié 01 April 2022 a 10:29 Tamba CAMARA

Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Publié 11 March 2022 a 08:25 Tamba CAMARA

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié 25 February 2022 a 07:56 Tamba CAMARA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner