Salon de l’industrie de Guinée : Le Mali en opportunités d’investissement

Le Mali est le pays invité d’honneur de la deuxième édition du Salon de l’industrie de Guinée (SIG) sous le thème : «à l’heure de la Zlecaf : quelle stratégie pour rendre compétitives les entreprises industrielles» et le parrainage du président de la Transition en Guinée, le colonel Mamadi Doumbouya.

Par

Publié mercredi 21 décembre 2022 à 07:46
Salon de l’industrie de Guinée : Le Mali en opportunités d’investissement

C’est dans cet esprit que les initiateurs de ce rendez-vous d’affaires ont dédié la deuxième journée de l’évènement, hier, à notre pays qui expose tout un pan important de son potentiel industriel pour inciter d’éventuels investisseurs à s’intéresser à ce qu’il peut proposer en termes d’opportunités de création d’entreprises industrielles, mais aussi de facilités.

A cet effet, une vidéo promotionnelle pour mieux vendre le Mali a été largement diffusée et vue par un plus grand nombre de participants au Salon de l’industrie de Guinée. à travers d’autres projections, des exemples de réussite d’entreprises dans notre pays comme éléphant vert, Doucouré et Partenaires (DPA), une entreprise qui intervient dans la production et distribution d’engrais ont été montrés pour susciter de l’intérêt pour notre pays, autrement dit faire le pari de ce pays, chargé d’histoire et de symboles.

L’Agence pour la promotion des investissements au Mali (Api-Mali) a réalisé un travail remarquable en termes de communication sur les opportunités d’investissements dans notre pays avec une équipe dynamique. Le directeur adjoint de ce service, Alassane Diallo, a expliqué que des études plus poussées ont été menées pour faciliter le choix des investisseurs.

Notre pays multiplie aussi, selon lui, les initiatives et les actions pour raccourcir les délais de création d’entreprises ou de société. Le Code malien des investissements est également en relecture pour le rendre davantage plus attractif.

L‘Agence pour la promotion des exportations du Mali (Apex-Mali) n’est pas restée en marge de cette offensive de charme de notre pays envers les éventuels investisseurs pour leur expliquer que le Mali demeure une destination sûre au-delà des clichés et des procès d’intention qu’on pourrait nous faire. Les offres exportables ont été détaillées, notamment le coton, l’or, le cheptel, la mangue, le karité, entre autres.


Une vidéo intitulée : «Maliba» illustre que notre pays a résolument pris le tournant d’un développement industriel un peu plus que dans les intentions dans un contexte d’intégration et de libre-échange des marchandises et des services. Les autorités actuelles sont disposées à accueillir tout industriel africain, voire d’ailleurs qui serait prêt à créer une entreprise industrielle.


C’est ce qui transparait dans les intentions, initiatives et actes du ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed. Le Centre malien de promotion de la propriété industrielle (Cemapi) a une plaidoirie toute faite et elle est irréfutable : la propriété intellectuelle est un outil au service du développement industriel. Il est bon de rappeler que la participation malienne à ce Salon offre aussi une opportunité aux ambassadeurs de la cause nationale de convaincre les investisseurs, en enlevant de leur esprit les incertitudes qui pourraient y subsister.

 

777.000 tonnes. Il s’agit aussi d’apporter des éléments de réponse à toutes les questions de compréhension et aux appréhensions. Certes, un investisseur c’est le goût du risque, mais aussi une question de confiance aux engagements d’un pays et opportunités qu’il offre et auxquels il y trouve un espoir apparent de générer des profits. Il faut que le Code des investissements du pays soit attrayant pour inciter ceux qui portent des projets à proposer une idée et des chiffres, c’est-à-dire des arguments qui permettent aussi à l’État d’apprécier les conditions.

Le potentiel malien ne serait pas complet sans la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), le géant du coton, qui a une production record de plus 777.000 tonnes de coton graine. Cette entreprise est engagée dans un vaste chantier de construction des infrastructures mais aussi de mise à niveau des équipements.

Au cours de la journée du Mali, il a été rappelé à travers une projection que les relations entre nos deux pays remontent à leur accession à la souveraineté nationale. Et ces liens de coopération, d’amitié et de fraternité ont été davantage raffermis ces dernières années par une signature de conventions intervenue récemment avec la visite d’une importante délégation ministérielle malienne conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop.


Le choix du Mali comme invité d’honneur se justifie aussi par une reconnaissance de la solidarité exprimée par notre pays à l’endroit de la Guinée, chaque fois que ce pays a connu des difficultés comme la crise sanitaire Ebola et les sanctions économiques imposées à nos pays par les organisations sous-régionales, notamment la Cedeao et l’Uemoa. Et le Mali a refusé de fermer ses frontières aux Guinéens. 

Le vice-président la Chambre d’agriculture du Mali, Mamadou Baba Sylla, a expliqué que les secteurs dans lesquels nous comptons valoriser nos liens de coopération sont riches et variés. Nos deux chefs d’État s’emploient à accroître les capacités de nos pays. Pour lui, il faut bâtir le partenariat entre nos deux pays sur un socle fort pour faire face aux défis de la Zlecaf. 

Comme le Mali, un regard a été aussi porté sur le Maroc, l’autre pays invité d’honneur. Un expert a développé le potentiel industriel du Royaume chérifien qui boxe dans la catégorie des grands dans bien de secteurs, notamment l’industrie aéronautique où les experts expliquent que ce pays est mis en contribution dans la fabrication des avions à l’échelle planétaire. Le Maroc est aussi un modèle de réussite dans le partenariat public-privé.

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed a remis un présent à son homologue guinéen avant de visiter les différents stands. Son homologue du Commerce, de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises de Guinée, Louopou Lamah, a témoigné de son espoir de voir nos pays aller vers un marché unique. Mais, pour elle, les gouvernements doivent mettre en place les politiques et les secteurs doivent s’engager plus.

Brehima DOUMBIA

Lire aussi : Amamus : Un maillon important de l’assurance maladie universelle

Le train qui part à l’heure a de fortes chances de respecter les horaires d’arrivée dans les différentes gares..

Lire aussi : Pharmacie populaire : Le dos large

Au-delà des difficultés, la plus grande centrale pharmaceutique a réalisé la performance d’approvisionner correctement le secteur public.

Lire aussi : Institut d’ophtalmologie tropicale d’Afrique : Des équipements pour la greffe de la cornée

L’établissement hospitalier entend s’employer pour répondre aux exigences de soins, notamment en termes de prise en charge de cette partie transparente de l’oeil. Le partenariat avec Mali Welleness Foundation apportera un véritable bol d’air à la réalisation de cette ambition.

Lire aussi : De Mon Balcon : Un regard pluriel

L’ouvrage de l’ancien ministre Hamadoun Touré est une compilation de chroniques. Le journaliste aborde différents thèmes sur l’actualité contemporaine, mais aussi des phénomènes de société.

Lire aussi : Harouna Barry : Un écrivain, des œuvres

Le fait est rare pour être souligné. Publier d’un trait 6 recueils de poèmes relève à la fois de l’érudition, du prolifique et du génial. Dans ses œuvres, l’écrivain Harouna Barry, sans faire abstraction des règles universelles de la poésie, notamment les rimes, les sonorités et l.

Lire aussi : Caisse malienne de sécurité sociale : La constance dans l’excellence

La Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS) est un épais manteau de protection contre les angoisses du lendemain de la retraite pour les fonctionnaires civils et militaires et ceux qui bénéficient de la retraire parlementaire..

Les articles de l'auteur

Amamus : Un maillon important de l’assurance maladie universelle

Le train qui part à l’heure a de fortes chances de respecter les horaires d’arrivée dans les différentes gares..

Par Brehima DOUMBIA


Publié jeudi 23 mars 2023 à 08:03

Pharmacie populaire : Le dos large

Au-delà des difficultés, la plus grande centrale pharmaceutique a réalisé la performance d’approvisionner correctement le secteur public.

Par Brehima DOUMBIA


Publié mercredi 22 mars 2023 à 08:30

Institut d’ophtalmologie tropicale d’Afrique : Des équipements pour la greffe de la cornée

L’établissement hospitalier entend s’employer pour répondre aux exigences de soins, notamment en termes de prise en charge de cette partie transparente de l’oeil. Le partenariat avec Mali Welleness Foundation apportera un véritable bol d’air à la réalisation de cette ambition.

Par Brehima DOUMBIA


Publié jeudi 16 mars 2023 à 07:50

De Mon Balcon : Un regard pluriel

L’ouvrage de l’ancien ministre Hamadoun Touré est une compilation de chroniques. Le journaliste aborde différents thèmes sur l’actualité contemporaine, mais aussi des phénomènes de société.

Par Brehima DOUMBIA


Publié mercredi 15 mars 2023 à 07:46

Harouna Barry : Un écrivain, des œuvres

Le fait est rare pour être souligné. Publier d’un trait 6 recueils de poèmes relève à la fois de l’érudition, du prolifique et du génial. Dans ses œuvres, l’écrivain Harouna Barry, sans faire abstraction des règles universelles de la poésie, notamment les rimes, les sonorités et la cadence, se donne une certaine liberté dans l’écriture que seuls les écrivains peuvent s’autoriser..

Par Brehima DOUMBIA


Publié mardi 21 février 2023 à 07:36

Caisse malienne de sécurité sociale : La constance dans l’excellence

La Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS) est un épais manteau de protection contre les angoisses du lendemain de la retraite pour les fonctionnaires civils et militaires et ceux qui bénéficient de la retraire parlementaire..

Par Brehima DOUMBIA


Publié mercredi 08 février 2023 à 07:16

Hôpital de Dermatologie de Bamako : Le bon élève

Au moment où les Centres hospitalo-universitaires (CHU) cristallisent la colère et l’indignation des malades et autres usagers pour des problèmes de gouvernance, des mauvaises conditions d’accueil des patients, de pratiques de praticiens à l’esprit mercantiliste avéré et qui s’emblent s’être fait une spécialité de détourner les malades vers les cliniques privées et de vétusté du plateau technique..

Par Brehima DOUMBIA


Publié vendredi 03 février 2023 à 07:36

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner