#Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

En 2023, des températures mondiales record de l’ordre de 1.4 degré Celsius (au-dessus des moyennes préindustrielles) ont entraîné davantage de vagues de chaleur et d’inondations, mais aussi des sécheresses à grande échelle.

Publié jeudi 18 avril 2024 à 09:29
#Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

La plantation d’arbres constitue un moyen efficace de lutte contre le changement climatique  

 


Un nouveau rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) décrit la pression croissante que ces événements climatiques exercent sur les infrastructures dans tous les secteurs, depuis les réseaux d’électricité, de communication et de transport jusqu’au traitement de l’eau et des déchets. Les pays en développement étant souvent plus durement touchés.

Le rapport intitulé «Des infrastructures pour un avenir résilient face au changement climatique», publié mardi denier, recommande aux pouvoirs publics de prendre systématiquement en compte la résilience climatique dans la planification et les décisions relatives aux infrastructures. Cela, afin de réduire la vulnérabilité économique et sociétale et d’éviter les coûts à long terme. Les mesures de résilience face au changement climatique peuvent aussi protéger le rendement des investissements, garantir la continuité de l’activité et soutenir la croissance économique et le développement.

Lors de la dernière Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28), les pays se sont engagés à renforcer la résilience de leurs infrastructures d’ici 2030. Ils devront agir pour y parvenir, et les autorités régionales et locales ont un rôle essentiel à jouer à cet égard, car elles sont à l’origine de 69 % des investissements publics présentant un intérêt pour le climat dans les pays de l’OCDE.


Les investissements nécessaires pour mettre ces opportunités à profit sont considérables : selon les analyses de l’OCDE, de la Banque mondiale et du Programme des Nations unies pour l’environnement, il faudra consacrer 6.900 milliards USD chaque année aux infrastructures d’ici 2030 pour atteindre un niveau d’investissement compatible avec les ODD et l’Accord de Paris.

En parallèle, les actifs d’infrastructure représentent une fraction importante des dommages économiques, et les pertes économiques dues aux catastrophes ont été multipliées par huit entre les années 1970 et les années 2000.

 Les pertes subies par les entreprises dont les activités sont perturbées (manque à gagner, par exemple) s’en trouvent démultipliées. «Bien choisis, les investissements dans les infrastructures peuvent améliorer la qualité de la croissance, en soutenant l’action climatique tout en protégeant la biodiversité, réduisant la pollution et renforçant la résilience face aux risques induits par le changement climatique», a déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann, dans un communiqué publié le 9 mars par l’Organisation.

Les pays en développement sont beaucoup plus exposés aux catastrophes climatiques, surtout les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement, qui sont entre 10 et 30 fois plus vulnérables que les pays de l’OCDE. Ils sont confrontés à d’importantes pénuries de ressources et à des coûts de financement plus élevés, ce qui limite leur capacité à bâtir des infrastructures de qualité. Pour relever ces défis, le rapport souligne la nécessité d’inventer de nouvelles formes de partenariats internationaux et d’accroître la mobilisation des ressources par les banques de développement.

Au-delà des besoins financiers, le rapport met également en évidence l’efficacité des solutions fondées sur la nature – comme le recours aux mangroves ou aux récifs coralliens pour réduire les risques d’inondations côtières ou d’ondes de tempête - qui constituent des mesures efficaces par rapport à leur coût pour protéger les actifs d’infrastructure et les services.

Le rapport formule des réflexions importantes à l’intention des responsables publics et des parties prenantes et propose des outils pour bâtir des infrastructures plus résilientes face au changement climatique.

Synthèse

Issa DEMBELE

Lire aussi : #Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 10.

Lire aussi : #Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance a.

Lire aussi : #Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Le rapport de l’institution financière prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023.

Lire aussi : #Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Lire aussi : Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un pana.

Lire aussi : #Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

De dauphin en prison à la tête de la magistrature suprême du Sénégal. Les choses sont allées très vite pour le 5è président du Sénégal qui, à dix jours du scrutin, était en prison où il a été choisi comme dauphin du populaire opposant politique Ousmane Sonko, alors privé de ses droi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 100 tonnes par jour.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:53

#Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance au sein de la société à la mobilisation des ressources pour éponger ses dettes, en passant par le raffermissement des liens avec les pays amis pouvant faciliter l’approvisionner en combustibles..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 24 avril 2024 à 07:00

#Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Le rapport de l’institution financière prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:39

#Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Par Issa DEMBELE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:58

Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un panafricaniste.

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:25

#Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

De dauphin en prison à la tête de la magistrature suprême du Sénégal. Les choses sont allées très vite pour le 5è président du Sénégal qui, à dix jours du scrutin, était en prison où il a été choisi comme dauphin du populaire opposant politique Ousmane Sonko, alors privé de ses droits électoraux pour cinq ans..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:13

#Mali :Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye installé dans ses fonctions

Le président du Conseil national de Transition a pris part à cette cérémonie d’investiture. Le colonel Malick Diaw conduisait une forte délégation comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et celui chargé des Maliens établis à l’extérieur, Mossa Ag Attaher.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:11

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner