#Mali : Assitan Diakité : Un combat contre le handicap

Cette jeune fille, décidée de suivre un cursus scolaire normal comme les autres enfants, souffre d’une maladie congénitale qui la prive de l’usage de ses pieds

Publié mardi 16 avril 2024 à 07:28
#Mali : Assitan Diakité : Un combat contre le handicap

Dans le monde tourbillonnant, il existe des âmes qui tracent leur chemin dans un silence inouï, portant en elles une force insoupçonnée. Assitan Diakité, née avec une malformation fait bien partie de ces âmes. Détermination et motivation sont deux épithètes qui siéent comme un gant à cette adolescente sur qui, le sort s’est acharné.

Aucune âme sensible n’est indifférente au sort de cette élève de 5è année, clouée dans une chaise roulante. Qu’il pleuve ou qu’il neige, elle prend le chemin de l’école, accompagnée de son petit frère, Mamadou Lamine, qui pousse le fauteuil roulant de toutes ses forces. Selon des témoignages, son petit frère décuple cet effort depuis des mois et des mois afin que sa sœur jouisse de son droit à la scolarisation comme tout autre enfant. «Je fréquente le groupe central», indique la fillette, l’air timide lorsqu’on l’aborde. Elle affiche un sourire innocent qui force l’admiration et prouve sa résilience à toute épreuve.

Son petit frère s’invite à la conversation et ajoute : «Nous fréquentons tous deux cette école. Je suis chargé de l’amener chaque jour», Précisant que c’est lui qui s’occupe d’elle à l’école. «Je l’amène jusque dans la classe. À la recréation, je pars la chercher et nous faisons nos achats ensemble. À la descente, je me charge de la ramener à la maison», explique ce petit ange à qui la vie a vite confié une lourde et noble tâche.

Assitan Diakité a été d’abord inscrite à l’école coranique à Koutiala, avant que sa famille ne s’installe à Ségou où elle sera scolarisée en octobre 2019 à 9 ans par son père au Groupe scolaire Bandiougou Bouaré «groupe central d’alors», mais à sa demande. Vu son handicap, on l’accepte. Les autres élèves posaient sur elle un regard inquisiteur, mais à force de sensibilisation tous finissent par l’accepter, explique en substance le directeur de son établissement scolaire, Bouba Traoré, qui la trouve «très motivée».

Son maitre d’école, Amidou Koné, confesse volontiers qu’Assitan écrit très bien. Je l’encourage à parler. Elle n’est pas aussi brillante que ça, mais avec un peu d’appui, d’encadrement, son niveau pourra s’améliorer, dit le pédagogue. À l’école, Assitan Diakité est entourée de toute l’attention requise au point d’être, appelée «la femme du directeur» parce que celui-ci est constamment à ses petits soins.

 

VICTIME DE STIGMATISATION- Assitan est née à Ségou en 2010. Troisième d’une fratrie de cinq enfants, elle est la seule à être en situation de handicap. «Elle est née comme ça. On ignore sa maladie. À Koutiala, les médecins ont diagnostiqué une bosse qu’ils ne pouvaient prendre en charge, selon eux, par manque de plateau technique adéquat. À Ségou, on a tout tenté médicalement sans obtenir de résultat satisfaisant. Sa mère Awa Coulibaly explique avoir eu recours à d’autres croyances pour conjurer le mauvais sort de sa fille. Elle a investi son temps, son énergie et son argent sans trouver la solution. Selon elle, sa fille continue de se plaindre régulièrement de douleur au niveau de la poitrine. Visiblement, la bosse qu’elle traîne la gêne. Aussi elle a des fractures au niveau de certaines parties du corps qui sont prises en charge par un traumatologue traditionnel.

Tout comme les autres enfants en situation de handicap, Assitan est souvent victime de stigmatisation. «Quand tu as un enfant malade, les autres enfants lui rappellent son handicap en l’indexant par ce nom. Même certains adultes de passage la regardent au point de lui faire sentir son handicap. Ce n’est pas facile. Mais en tant que mère, mon rôle, c’est de l’accompagner. C’est une obligation pour moi de le faire», dit-elle les larmes aux yeux, déterminée à trouver une solution pour soulager sa fille. Elle pense souvent recourir à un guérisseur qui ferait des prouesses pour la prise de tel handicap. Une fois qu’elle aura eu les moyens nécessaires.

Si tous les fils du Mali ont droit à une éducation, force est de constater que les enfants handicapés comme Assitan, ne profitent pas pleinement de ce droit, du manque d’écoles spécialisées.Pour alléger sa souffrance et celle de sa famille, elle a besoin d’être assistée par les autorités. «Sa chaise roulante, un don qu’elle a reçu à Koutiala, il y a plusieurs années est en mauvais état et ne lui facilite point son déplacement à l’école. Elle y tombe très souvent et fracture ses os qui ne sont pas très solides. Son directeur lui avait trouvé une autre chaise roulante qui malheureusement n’est pas adaptée à sa situation», confirme sa maman.

En plus de cela, les douleurs dont la petite se plaint fréquemment au niveau de la poitrine ont besoin d’être prises en charge par un spécialiste en la matière. Le cas Assitan interpelle les acteurs qui interviennent dans le domaine de la protection de l’enfance. Vivement donc un soutien à l’adolescente parce qu’aucun ne doit être laissé pour compte.

Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou

Lire aussi : #Mali: École de formation en sciences de la santé : Des matériels didactiques pour renforcer les compétences techniques

Dans le cadre du projet «Classroom to Care», financé par Takeda et exécuté par l’ONG internationale IntraHealth, la Faculté de médecine et d’odonto-stomatologie (Fmos) et quatre établissements privés de formation en santé viennent de recevoir des matériels didactiques. Il s’agit des.

Lire aussi : #Mali : Stratégies et outils de mobilisation communautaire : Le programme Usaid Doniya Taabolo renforce le personnel des ONG

Dans le cadre du programme USAID «Doniya Taabolo», le Centre Gabriel Cissé de Ségou a abrité, hier, une session de formation des formateurs sur les stratégies et outils de mobilisation communautaire..

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : Les pertinentes résolutions de Ségou

Les rideaux sont tombés, lundi dernier, sur les travaux de la phase régionale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation à Ségou. La cérémonie s’est déroulée sous la présidence du gouverneur de la région, le contrôleur général de police Alassane Traoré..

Lire aussi : #Mali : Ségou : L’occasion d’écrire une nouvelle page d’histoire

Après une phase communale bien remplie, la région de Ségou a débuté ce matin la phase régionale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le gouverneur de la Région de Ségou, le contrôleur général.

Lire aussi : #Mali : Respect des règles générales de construction à Ségou : L’implication des légitimités traditionnelles sollicitée

légitimités traditionnelles de la ville de Ségou. Elle s’est tenue dans la salle de conférence du gouvernorat sous le thème «le respect des règles générales de construction»..

Lire aussi : #Mal : Forum régional de la sécurité routière : Les travaux ont débuté à Ségou

La cérémonie d’ouverture des travaux s’est tenue hier dans la salle de conférence du gouvernorat sous la présidence du chef de l’exécutif régional, le contrôleur général de police Alassane Traoré. C’était en présence du chef d’antenne de l’Agence nationale de sécurité rout.

Les articles de l'auteur

#Mali: École de formation en sciences de la santé : Des matériels didactiques pour renforcer les compétences techniques

Dans le cadre du projet «Classroom to Care», financé par Takeda et exécuté par l’ONG internationale IntraHealth, la Faculté de médecine et d’odonto-stomatologie (Fmos) et quatre établissements privés de formation en santé viennent de recevoir des matériels didactiques. Il s’agit des écoles Espoir de Koutiala, Vicenta Maria de Ségou, l’École des infirmiers de Gao et l’École de formation des infirmiers et auxiliaires de santé de Sikasso..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié lundi 10 juin 2024 à 07:24

#Mali : Stratégies et outils de mobilisation communautaire : Le programme Usaid Doniya Taabolo renforce le personnel des ONG

Dans le cadre du programme USAID «Doniya Taabolo», le Centre Gabriel Cissé de Ségou a abrité, hier, une session de formation des formateurs sur les stratégies et outils de mobilisation communautaire..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié mardi 30 avril 2024 à 07:41

#Mali : Dialogue inter-Maliens : Les pertinentes résolutions de Ségou

Les rideaux sont tombés, lundi dernier, sur les travaux de la phase régionale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation à Ségou. La cérémonie s’est déroulée sous la présidence du gouverneur de la région, le contrôleur général de police Alassane Traoré..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié mercredi 24 avril 2024 à 07:06

#Mali : Ségou : L’occasion d’écrire une nouvelle page d’histoire

Après une phase communale bien remplie, la région de Ségou a débuté ce matin la phase régionale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le gouverneur de la Région de Ségou, le contrôleur général de police Alassane Traoré..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié mardi 23 avril 2024 à 15:13

#Mali : Respect des règles générales de construction à Ségou : L’implication des légitimités traditionnelles sollicitée

légitimités traditionnelles de la ville de Ségou. Elle s’est tenue dans la salle de conférence du gouvernorat sous le thème «le respect des règles générales de construction»..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:33

#Mal : Forum régional de la sécurité routière : Les travaux ont débuté à Ségou

La cérémonie d’ouverture des travaux s’est tenue hier dans la salle de conférence du gouvernorat sous la présidence du chef de l’exécutif régional, le contrôleur général de police Alassane Traoré. C’était en présence du chef d’antenne de l’Agence nationale de sécurité routière (Anaser) de Ségou, Bagui Traoré et du 4è adjoint au maire, Bamoussa Touré..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:55

#Mali : Décès d’Amaïguèrè Ogobara Dolo : Une icône de la presse ségovienne s’en est allée

L’Agence malienne de presse et de publicité (Amap), l’Office de radio et télévision du Mali (ORTM) et la presse malienne en général sont en deuil. La nouvelle du décès de l’icône de la presse ségovienne Amaïguèrè Ogobara Dolo est tombée à Ségou comme un couperet..

Par Aminata Dindi SISSOKO / AMAP - Ségou


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:51

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner