Le Cameroun écrase l’Ethiopie et file en huitièmes de finale

Les Camerounais manifestent leur joie

Par

Publié vendredi 14 janvier 2022 à 10:01, mis à jour mardi 25 janvier 2022 à 10:01
Des navires de l’US Navy, de la marine chilienne, péruvienne, française et canadienne, lors d’un exercice dans l’océan Pacifique, en 2018.

Heureusement, il y a le Cameroun pour voir des buts dans cette CAN, Cameroun 2021 ! Dans une forêt de 1-0 en ce début de compétition, les hommes de Toni Conceiçao font office d’exception offensive. Et s’ils avaient marqué leurs deux buts contre le Burkina Faso sur penalty, ils n’ont pas eu besoin, hier, des coups de sifflet de l’arbitre pour en planter quatre face à l’Éthiopie (4-1).

Pourtant, dans un stade d’Olembé clairsemé mais bruyant, ce sont bien les Éthiopiens qui ont mordu les premiers, après à peine quatre minutes de jeu. La défense camerounaise s’est laissée prendre de vitesse et Dawa Hotessa a ouvert le score. Comme face au Burkina Faso, les Lions indomptables ont encaissé le premier but.

La réaction a été rapide. Bien placé au second poteau sur un centre de Collins Fai, Karl Toko-Ekambi a ramené les siens à hauteur d’une tête impeccable (8e). Muet lors de la CAN 2017, durant laquelle il était une solution de rechange, le Lyonnais a pu laisser éclater sa joie. Le n°12 a failli donner l’avantage au Cameroun avant la pause, mais sa nouvelle tête s’est écrasée sur l’arête de la cage de Teklemariam Shanko (40e).

Quelques minutes plus tôt, la sélection éthiopienne, très entreprenante, avait manqué de peu de reprendre les commandes, quand le buteur Dawa Hotessa a raté sa reprise face au but alors qu’André Onana avait repoussé plein axe un tir de Amanuel Gebremichael (24e). L’espoir des Walya n’a pas fait long feu en seconde période. Collins Fai, encore lui, a délivré un nouveau centre parfait, et cette fois, c’est Vincent Aboubakar qui a placé une reprise victorieuse de la tête (53e). Acclamé par le public, le capitaine a remis ça dans la foulée en coupant du bout du pied une offrande de Nicolas Moumi Ngamaleu (55e).

Le Stade d’Olembé, enchanté par ses Lions indomptables, a alors pu chanter à tue-tête «Cameroun ! Cameroun ! ». La fête a été encore plus belle quand Karl Toko-Ekambi, en quasi solitaire, est allé inscrire le quatrième but (67e). Décidément, rien ne semblait pouvoir arriver à ces Camerounais en seconde période, tandis que les Éthiopiens ne voyaient plus le jour et manquaient même leurs rares occasions.

Carton plein donc pour le Cameroun, avec deux victoires et six buts marqués dans cette CAN. Il y a encore des détails à peaufiner, dont ces débuts de matches difficiles. Mais la capacité de réaction des Lions indomptables est indéniable, et la large victoire contre les Éthiopiens est de bon augure pour la suite. Avant même leur dernier match du groupe A contre le Cap-Vert le 17 janvier, les Camerounais ont leur billet pour les huitièmes de finale en poche.

Source RFI

Lire aussi : Coupe du monde 2022 : Aigles, un forfait, deux blessés

Cheick Doucouré était présent contre le Rwanda et l’Ouganda lors des deux premières journées des éliminatoires.

Le regroupement des Aigles a débuté hier à Agadir au Maroc. Les gardiens Djigui Diarra (Young Africans, Tanzanie), Mohamed Niaré (Stade malien), le milieu de terrain Alou Dieng (Al Ahly, égypte) et l’avant-centre Adama Traoré «Malouda» (Sheriff, Moldavie) ont été parmi les premiers joueurs à débarquer dans le Royaume chérifien où les Aigles en découdront avec les Harembee stars du Kenya, le 7 octobre au compte de la troisième journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Qa.

Lire aussi : CAN 2021 : La fête du football africain officiellement lancée

Plein à 80%, le stade d’Olembé de Yaoundé a accueilli, dimanche 9 janvier, la cérémonie d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), Cameroun 2021..

Une cérémonie présidée par chef d’État camerounais Paul Biya, en présence du président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino et celui de Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepé. Hautes en couleurs les festivités d’ouverture ont été animées par les plusieurs prestations artistiques dont celle du chanteur congolais Fally Ipupa. Devant un public camerounais motivé et sorti en masse malgré les restrictions liées.

Lire aussi : Mossa Ag Attaher : «Je rêve de voir le Mali sur le toit de l’Afrique le 6 février 2022»

Dans cette interview, le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne se dit fier du niveau actuel des Aigles et invite les Maliennes et les Maliens à faire bloc autour de la sélection nationale et la porter vers la victoire.

L’Essor : Lors de la cérémonie de remise du Drapeau national aux Aigles, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a dit : «Je tiens à féliciter le ministre de la Jeunesse et des Sports pour son engagement patriotique et sa détermination à redorer le blason du sport malien». Qu'avez-vous ressenti en entendant le chef de l'État vous rendre un tel hommage ?

Mossa Ag Attaher&nbs.

Lire aussi : CAN 2021 : Les Aigles prennent leurs quartiers à Buea

La sélection nationale entre en lice mercredi contre la Tunisie.

Après dix jours de stage à Djeddah en Arabie saoudite, les Aigles ont regagné le Cameroun, vendredi. à leur arrivée, le capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers ont été accueillis par une forte délégation, majoritairement composée de Maliens vivant au Cameroun.

De l’aéroport, les joueurs et leur encadrement technique ont mis le cap sur leur Quartier général (QG) .

Lire aussi : Mohamed Soumaré : «Le match s’annonce serré»

Dans cette interview, le consultant sportif analyse les chances des Aigles et affiche son optimisme.

L’Essor : Comment voyez-vous le match Tunisie-Mali ?

Mohamed Soumaré : à mon avis, ce sera un match serré, avec deux équipes au style de jeu similaire, c’est-à-dire technique, avec des petites passes et des transitions rapides. L’équipe la plus concentrée et celle qui commettra moins d’erreurs a de bonnes c.

Lire aussi : CAN 2021 : Le maillot des aigles trop cher pour les supporters

Pour s’offrir le maillot de la sélection nationale, les inconditionnels devront débourser entre 25.000 à 35.000F cfa. L’augmentation du tarif fait grincer des dents et les supporters demandent à la fédération de revoir le prix à la baisse.