Domestiques et aide-ménagères : ADDAD alerte sur les conditions précaires de leur emploi

L’Association pour la défense des droits des aide-ménagères (ADDAD) est une organisation à but non lucratif, apolitique et non confessionnelle, initiée en 2009 et officiellement créée en 2013 par les aide-ménagères du Mali.

Par

Publié jeudi 16 juin 2022 à 07:50, mis à jour mardi 05 juillet 2022 à 19:00
Domestiques et aide-ménagères : ADDAD alerte sur les conditions précaires de leur emploi

L’ONG initie des campagnes de sensibilisation à l’attention de cette couche vulnérable

 

 Cette association a pour objectifs «de défendre, promouvoir et protéger les droits des aide-ménagères et valoriser le métier d’aide-ménagère en vue d’améliorer leurs conditions de vie et de travail tout au long de leur parcours migratoire».


Elle est aujourd’hui présente dans neuf pays de la sous-région ouest africaine (Mali, Burkina Faso, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Sénégal, Gambie et Ghana).

L’ADDAD-Mali compte aujourd’hui à peu près 1.500 aide-ménagères et est présente dans deux capitales régionales à savoir Ségou et Koulikoro. Au niveau sous régional, elle compte aujourd’hui au moins 5.000 filles travailleuses domestiques.

Elle a initié un projet de protection des filles travailleuses domestiques contre les violences et exploitations à Bamako qui a pour objectif de «contribuer à l’exercice des droits des filles et adolescentes travailleuses domestiques».

Ce projet est soutenu financièrement par l’Agence basque (Espagne) et bénéficie de l’accompagnement technique de l’ONG de coopération mondiale pour le développement et l’action humanitaire en faveur des enfants et pour la défense de leurs droits «Educo».


Dans la mise en œuvre des activités du projet, des journées thématiques ont été initiées à l’occasion de la célébration de la fête internationale du travail le 1er mai dernier.

Le projet a mis cette journée à profit pour initier des campagnes de sensibilisations à l’endroit de l’opinion publique sur les dangers liés au travail domestique en général et au travail des enfants dans les grandes villes, en particulier. Ces mains utiles sont pudiquement appelées «aide-ménagères» par ceux qui reconnaissent leurs valeurs. Par contre, la tranche de la population qui les méprise, les interpelle comme des «bonnes», «boniches» ou encore «52».


Le parcours de ces mains utiles est parsemé d’embûches. Elles travaillent dans la plupart des cas dans des conditions précaires et sont le plus souvent victimes de diverses formes de violences, abus, exploitations et négligences (VAEN). 


Elles n’ont pas accès à une bonne alimentation, au bon logement, accumulent dans certains cas des arriérés de paiement de leur travail ou sont mal payées et sont victimes de discrimination ce qui renforce leur vulnérabilité, et accentue leur mise à l’écart. Leurs opinions ne sont pas prises en compte dans les décisions leur concernant et en dépit de leur apport incontournable dans l’entretien des foyers.

Malgré ces dénis, le code du travail malien reconnaît les domestiques comme des travailleurs à part entière et cela en vertu de la convention 138 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui fixe l’âge minimum au travail qui ne doit pas être inférieur à 18 ans et de la convention 182 qui condamne les pires formes de travail. Ces conventions qui ont été ratifiées par notre pays ne sont malheureusement pas appliquées correctement.


C’est l’objet de tout le plaidoyer que mène l’ADDAD et qui interpelle les autorités et l’opinion publique pour la protection et le respect des droits des filles travailleuses domestiques. 


L’Association interpelle également les parents qui envoient leurs enfants mineurs en ville afin qu’ils viennent trouver de quoi subvenir à leurs trousseaux et leur apporter un appui financier. Elle milite également pour le maintien des enfants filles et garçons à l’école et surtout pour une plus grande sensibilisation de ces derniers sur les dangers de l’aventure urbaine.

Lire aussi : #Mali : Une directrice d'école retrouvée égorgée dans son bureau à Sélingué

La directrice du 1er cycle B de l’école fondamentale de Sélingué a été retrouvée morte, égorgée, ce vendredi matin.

Lire aussi : Mali : Ce qu’il faut savoir de l’opération antiterroriste « Keletigui »

« Keletigui », c’est le nom de l’opération de grande envergure lancée depuis décembre 2021 par les Forces armées maliennes (FAMa) pour traquer « les groupes armés terroristes jusque dans leurs derniers retranchements »..

Lire aussi : Nouvel an 2022 : Une opération «nuit sans accident»

Les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont patrouillé la nuit du 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022, passage au nouvel an. Objectif : permettre aux populations notamment de Bamako et sa périphérie de fêter en toute sécurité, sérénité et dans la tranquillité..

Lire aussi : Région de Dioïla : l’Imam creuse seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’Adieu

Un imam qui décide de creuser seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’adieu : ce n’est pas une science-fiction, mais une histoire vraie qui s’est produite, il y a quelques semaines dans la Région de Dioïla..

Lire aussi : Faits divers : Des voleuses professionnelles aux arrêts

Elles franchissent les frontières pour commettre leurs forfaits et sont tombées dans les mailles de la police.

Lire aussi : Mali : Contamination record avec 577 cas de Covid-19 mardi

Les services de santé ont enregistré 577 nouvelles infections à la Covid-19 avec deux décès ce mardi 04 janvier 2022, sur 1750 échantillons testés.

Dans la même rubrique

#Mali : Une directrice d'école retrouvée égorgée dans son bureau à Sélingué

La directrice du 1er cycle B de l’école fondamentale de Sélingué a été retrouvée morte, égorgée, ce vendredi matin.

Publié 29 April 2022 a 14:04 Amsatou Oumou TRAORE

Mali : Ce qu’il faut savoir de l’opération antiterroriste « Keletigui »

« Keletigui », c’est le nom de l’opération de grande envergure lancée depuis décembre 2021 par les Forces armées maliennes (FAMa) pour traquer « les groupes armés terroristes jusque dans leurs derniers retranchements »..

Publié 08 January 2022 a 10:12 Amsatou Oumou TRAORE

Nouvel an 2022 : Une opération «nuit sans accident»

Les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont patrouillé la nuit du 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022, passage au nouvel an. Objectif : permettre aux populations notamment de Bamako et sa périphérie de fêter en toute sécurité, sérénité et dans la tranquillité..

Publié 03 January 2022 a 08:07 Amsatou Oumou TRAORE

Région de Dioïla : l’Imam creuse seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’Adieu

Un imam qui décide de creuser seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’adieu : ce n’est pas une science-fiction, mais une histoire vraie qui s’est produite, il y a quelques semaines dans la Région de Dioïla..

Publié 12 May 2022 a 08:19 Amsatou Oumou TRAORE

Faits divers : Des voleuses professionnelles aux arrêts

Elles franchissent les frontières pour commettre leurs forfaits et sont tombées dans les mailles de la police.

Publié 03 January 2022 a 07:21 Amsatou Oumou TRAORE

Mali : Contamination record avec 577 cas de Covid-19 mardi

Les services de santé ont enregistré 577 nouvelles infections à la Covid-19 avec deux décès ce mardi 04 janvier 2022, sur 1750 échantillons testés.

Publié 05 January 2022 a 11:01 Amsatou Oumou TRAORE

Mali : La nation rend un dernier hommage à l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta

Les obsèques nationales de l’ancien président de la République Ibrahim Boubacar Keïta se sont déroulées, ce vendredi 21 janvier, au génie militaire.

Publié 21 January 2022 a 13:16 Amsatou Oumou TRAORE

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner