31è anniversaire de l’Adéma-PASJ : Débat sur l’avenir des partis dans les démocraties africaines

25 mai 1991-25 mai 2022, cela fait 31 ans que l’Alliance pour la démocratie au Mali- Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma/PASJ a vu le jour au bord du fleuve Niger, plus précisément au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba.

Par

Publié vendredi 27 mai 2022 à 08:27, mis à jour mardi 05 juillet 2022 à 19:37
31è anniversaire de l’Adéma-PASJ : Débat sur l’avenir des partis dans les démocraties  africaines

Circonstance heureuse, cet anniversaire coïncide avec celui de la fête de l’unité africaine et de la célébration de la date de naissance de l’un des conférenciers, Dr. Ousmane Sy qui avait comme co-animateur de la conférence-débat Pr Doulaye Konaté sur le thème :«Quel avenir pour les partis politiques dans les démocraties africaines ? Cas du Mali». La cérémonie de mercredi était placée au CICB sous la présidence du chef du parti Marimathia Diarra, qui avait à ses côtés beaucoup d’anciens ministres et de personnalités.  
D’emblée, le modérateur Moustaph Dicko a précisé le champ d’intervention des deux conférenciers Pr Doulaye Konaté et Dr Ousmane Sy. Il s’agit respectivement de la période coloniale à l’avènement de la démocratie et de 1991 à nos jours. Pr Doulaye Konaté a évoqué la nécessité de l’étude des grands empires qui, selon lui, a mis l’accent sur les périodes glorieuses.

Et d’ajouter qu’il y a un déficit de connaissance sur la période contemporaine. Il a fait la genèse des partis politiques africains en commençant par la création au Libéria en 1860 du premier parti sur notre continent en passant par la conférence de Brazzaville et la mise sur orbite du front populaire. Au Mali, Pr Konaté a martelé que le foyer du Soudan et les différentes associations ethniques ou régionalistes ont cédé leur place aux partis politiques entre 1946 et 1959.

«Les rôles des associations ont été déterminants. C’est de là que vont naître les luttes pour l’indépendance », a- t-il expliqué tout en magnifiant l’apport du Parti progressiste soudanais (PSP) et l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (US RDA). Il a indiqué que le multipartisme ne date pas d’aujourd’hui sans perde de vue l’installation après du parti unique.

À ce propos, le conférencier tente de justifier qu’il fallait un front anticolonialisme. De 1974 à 1979 jusqu’en 1991, Pr Doulaye Konaté a fait savoir l’existence aussi d’un autre parti unique. C’est pourquoi, dit- il, la conférence nationale a opté pour le multipartisme intégral. Après 31 ans d’exercice démocratique, selon lui, cela laisse un goût amer. «Le désamour de l’opinion pour les partis politiques », a-t-il reconnu. 

Abondant dans le même sens, Dr Ousmane Sy a souligné que la décrédibilisation des partis politiques est liée à leur gestion à tout prix. Pour lui, c’est le projet qui doit prévaloir et donner un sens au pouvoir. « Tout cela est oublié pour le pouvoir », a- t-il fustigé avant de dire que la plupart des formations sont des partis patrimoniaux. En clair, les formations politiques se résument à être le patrimoine des individus. Ainsi, le second orateur demande s’il y a partage de pouvoir entre les bases des partis et les différents états-majors.  
En proposant sa recette, il met l’accent sur la pertinence de la cohérence entre le modèle démocratique et la pratique socio-culturelle du pays en se faisant l’obligation politique et morale d’améliorer le système démocratique pour ne pas tomber « dans une démocratie des élites». Convaincu que le pluralisme est inhérent à toute démocratie, Dr Sy estime toutefois que la pléthore pose également des difficultés. Il a fait remarquer trois axes sur lesquels repose notre système démocratique à savoir l’état de droit et les libertés politiques, le combat pour le choix des dirigeants et le pluralisme politique.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Adéma/PASJ, Marimathia Diarra, dira que même si  les partis politiques en Afrique jouent insuffisamment leur rôle de fonction programmatique, de contrôle de l’action gouvernementale, de socialisation politique, il n’en demeure pas moins que la crédibilité de la démocratie dépend de la vitalité des partis politiques à proposer des projets de société et de programmes de gouvernement compétitifs et alternatifs.

N. KOUYATÉ

Lire aussi : Régions de Sikasso et Mopti : Les FAMa neutralisent une trentaine de terroristes

Dans un communiqué publié mardi dernier, l’État-major général des Armées a porté à la connaissance de l’opinion les actions menées dans la lutte contre le terrorisme, par les Forces armées maliennes (FAMa)..

Lire aussi : Logements sociaux de N’Tabacoro : Le ministre Traoré met fin au calvaire de la population

Le ministre Lamine Seydou Traoré constate la fonctionnalité des installations dans une concession.

Lire aussi : CAN 2021 : Le ministre AG Attaher sonne la mobilisation

Mossa AG Attaher (C) lors de la cérémonie de présentation du maillot des Aigles.

Lire aussi : Œuvres sociales du président de la Transition : Un nouveau forage pour Dialakorobougou

Ce forage a été réalisé à la demande du défunt chef de village.

Lire aussi : Abdoulaye Diop : «Il n’y a plus de base légale pour la France d’opérer sur le sol Malien»

Dans une interview accordée hier soir à la télévision nationale, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a expliqué en profondeur la décision du gouvernement de mettre fin aux accords de défense avec la France et ses partenaires européens. Toutefois, il ras.

Lire aussi : Malnutrition : Le paradoxe de la région de Sikasso

La prévalence de Sikasso est au-dessus du taux national (7,2%), soit 11,1% pour l’année 2020.

Dans la même rubrique

Régions de Sikasso et Mopti : Les FAMa neutralisent une trentaine de terroristes

Dans un communiqué publié mardi dernier, l’État-major général des Armées a porté à la connaissance de l’opinion les actions menées dans la lutte contre le terrorisme, par les Forces armées maliennes (FAMa)..

Publié 13 January 2022 a 08:11 Rédaction Lessor

Logements sociaux de N’Tabacoro : Le ministre Traoré met fin au calvaire de la population

Le ministre Lamine Seydou Traoré constate la fonctionnalité des installations dans une concession.

Publié 13 January 2022 a 07:49 Rédaction Lessor

CAN 2021 : Le ministre AG Attaher sonne la mobilisation

Mossa AG Attaher (C) lors de la cérémonie de présentation du maillot des Aigles.

Publié 03 January 2022 a 08:22 Rédaction Lessor

Œuvres sociales du président de la Transition : Un nouveau forage pour Dialakorobougou

Ce forage a été réalisé à la demande du défunt chef de village.

Publié 07 January 2022 a 07:50 Rédaction Lessor

Abdoulaye Diop : «Il n’y a plus de base légale pour la France d’opérer sur le sol Malien»

Dans une interview accordée hier soir à la télévision nationale, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a expliqué en profondeur la décision du gouvernement de mettre fin aux accords de défense avec la France et ses partenaires européens. Toutefois, il rassure que notre pays continuera à coopérer avec toutes les nations qui le souhaitent mais dans le respect mutuel.

Publié 04 May 2022 a 07:21 Rédaction Lessor

Malnutrition : Le paradoxe de la région de Sikasso

La prévalence de Sikasso est au-dessus du taux national (7,2%), soit 11,1% pour l’année 2020.

Publié 03 January 2022 a 08:15 Rédaction Lessor

Mali-Cedeao : Bientôt une solution consensuelle à la crise

Les partenaires ont assuré que le dialogue n’a pas été interrompu avec les autorités.

Publié 09 February 2022 a 07:52 Rédaction Lessor

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner