Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême.

Par

Publié lundi 12 février 2024 à 08:21
Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Dr Moussa Daou

 

Les victimes sont parfois rejetées par leurs communautés, car la maladie est souvent perçue comme une malédiction. Les enfants ayant survécu sont donc victimes d’anxiété. Ils ont un sentiment de culpabilité et se replient sur eux-mêmes. Ils ont aussi des difficultés fonctionnelles de nutrition. Dr Moussa Daou, chirurgien plasticien et chargé de recherche au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré, explique que le Noma est une gangrène qui se développe dans la bouche et se propage très rapidement, détruisant les tissus cutanés et les os du visage.

La maladie débute par une gingivite aiguë, qui évolue vers une gingivite nécrosante, associée à la malnutrition les maladies intercurrentes comme (la rougeole, le paludisme, l’immunodépression, la tuberculose, etc.) et à un manque d’hygiène. C’est cette gingivite nécrosante qui évolue vers le Noma. L’OMS estime que 80% de la population rurale vivant dans les pays en développement sont tributaires de la médecine traditionnelle pour des soins de santé primaires. Cela s’explique le plus souvent, par le fait qu’il n’existe pas d’alternative. La médecine traditionnelle est proche, d’accès facile, d’un prix abordable et compatible avec la culture traditionnelle ou le groupe ethnique. 

Sans donner de statistiques exactes sur la prévalence de la maladie dans notre pays, le praticien hospitalier explique simplement qu’elle est répandue au Mali. Elle peut atteindre tous les âges, mais plus généralement les enfants de 2 et 6 ans sont les plus touchés avec 80% de décès avant d’avoir accès aux premiers soins. Il indique que la méconnaissance de la maladie par certains agents de santé communautaire entraine un taux de mortalité élevé.

Comment reconnaît-on la maladie ? Dr Daou dit qu’en phase aiguë de la maladie, une nécrose gingivale avec une haleine fétide est associée à une fièvre, une douleur et une déshydratation entrainant une difficulté à s’alimenter. En phase gangréneuse, la déshydratation s’accélère associée souvent à une septicémie entrainant la mort de l’enfant. Peut-on éviter la maladie ? D’après notre toubib, c’est possible en menant des campagnes de sensibilisation auprès de la population pour améliorer l’hygiène bucco-dentaire et lutter contre la malnutrition. Mais aussi former, renforcer et développer les capacités des agents de santé communautaire à dépister les gingivites.

Pour le traitement, le chirurgien spécifie que la prise d’antibiotiques permet de traiter la maladie à un stade pas très avancé. Mais le principal problème dans certaines zones rurales est l’absence de médicaments. Le chirurgien plasticien est on ne peut plus clair : «Une bonne connaissance de la maladie par les tradithérapeutes et une bonne collaboration entre les deux médecines peuvent diminuer le risque de mortalité de la maladie.»

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Lire aussi : #Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Lire aussi : Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Lire aussi : #Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Lire aussi : #Mali : Notre santé : Incontinence urinaire : Écoulement involontaire des urines

Perte involontaire des urines par l’urètre. L’incontinence urinaire n’indique pas nécessairement une maladie sous-jacente. Dr Daouda Sangaré, chirurgien urologue et maître de recherche au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati explique que c’est une perte des urines en dehors des p.

Lire aussi : Notre santé, #Mali : Fente labio palatine : Une malformation congénitale

La fissure labiale et/ou palatine est une malformation du visage qui consiste en une ouverture de la lèvre supérieure pouvant se prolonger jusqu’au palais..

Les articles de l'auteur

#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 19 février 2024 à 08:40

#Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:37

Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 05 février 2024 à 08:46

#Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 02 février 2024 à 09:02

#Mali : Notre santé : Incontinence urinaire : Écoulement involontaire des urines

Perte involontaire des urines par l’urètre. L’incontinence urinaire n’indique pas nécessairement une maladie sous-jacente. Dr Daouda Sangaré, chirurgien urologue et maître de recherche au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati explique que c’est une perte des urines en dehors des phases d’inconscience..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 22 janvier 2024 à 08:08

Notre santé, #Mali : Fente labio palatine : Une malformation congénitale

La fissure labiale et/ou palatine est une malformation du visage qui consiste en une ouverture de la lèvre supérieure pouvant se prolonger jusqu’au palais..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 15 janvier 2024 à 08:13

Notre santé, Froid : Protégez-vous

Attention, le froid qui sévit en cette période peut entrainer des problèmes de santé. Il soumet notre organisme à de rudes épreuves. Certaines maladies infectieuses sont très fréquentes..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 janvier 2024 à 07:39

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner