#Mali : Ravec : Mali kura biométrie ou l’expression de la souveraineté numérique

Le nouveau système informatique de gestion des données du Recensement administratif à vocation d’état civil (Ravec) qui remplace l’ancien fichier, a été présenté, hier à Koulouba, au président de la Transition, le colonel Assim Goïta, en présence du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw et des membres du gouvernement

Publié mercredi 14 février 2024 à 07:55 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 08:08
#Mali : Ravec : Mali kura biométrie ou l’expression de la souveraineté numérique

«Si tu veux quelque chose de grand, fais ce que tu n’avais jamais fait», dixit le colonel Assimi Goïta. L’histoire est toute récente. Le 25 septembre 2023 dans un communiqué lu à la télévision nationale, le gouvernement du Mali évoquait la prise en otage de la base de données du Ravec par le prestataire, l’entreprise Idemia. Cette dernière, à l’occasion d’une mise à jour, avait délibérément saboté en novembre 2022, le système et programmé l’arrêt des serveurs de service.


D’où le blocage à partir du mois d’avril 2023. Cette situation a engendré des difficultés, voire des ruptures dans la délivrance des services de qualité à nos concitoyens avec de nombreuses implications néfastes à la vie de la Nation. Ceci a engendré l’impossibilité d’enrôler les nouveaux majeurs afin de les inscrire sur le fichier électoral, l’impossibilité de mettre à jour les fiches individuelles descriptives ou de faire des corrections, le ralentissement de la production de la Carte nationale d’identité biométrique sécurisée.

Pour trouver une solution urgente à cette situation déplorable, le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a mis en place un Comité technique composé exclusivement d’informaticiens et d’ingénieurs maliens. L’équipe de 13 personnes a mis au point un système de génération de numéro Nina temporaire qui a permis, à titre illustratif, à certains pèlerins d’obtenir leurs passeports puis d’effectuer le Hadj à La Mecque.

Ce nouveau système informatique appelé «Mali Kura Biométrie», dénomination soumise à l’approbation du chef de l’État, est né de la volonté de ce dernier, de délivrer des services de qualité à nos concitoyens, a expliqué le ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le colonel Abdoulaye Maïga. En effet, Mali Kura Biométrie a été conçu dans le respect des principes guidant l’action publique au Mali, à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect du choix de partenariat et des choix stratégiques opérés par le Mali et la prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans toutes les décisions.

À l’origine de cette initiative, a rappelé le ministre d’État, il y a la réaction du coordonnateur du projet, Abdoul Karim Sidibé, après le communiqué du gouvernement ce jour-là. Il confie à une connaissance que la prise en otage de la base de données était une humiliation pour les informaticiens maliens, avant de proposer ses services de manière bénévole.

En plus de l’action bénévole des experts maliens, qui ont accepté par patriotisme de travailler gratuitement, le basculement vers le nouveau système n’a eu aucune incidence budgétaire, selon le ministre Maïga. «Il est d’autant plus important de relever ces faits, que l’offre la moins onéreuse pour mettre fin à la prise d’otage, qui nous a été proposée, s’élevait à environ 6 milliards de Fcfa pour un délai d’exécution de 6 mois, avec le risque de créer une nouvelle dépendance», a-t-il ajouté.

Mali Kura Biométrie est un système plus performant avec une sécurité renforcée, une possibilité d’évolution maîtrisée des fonctionnalités dans l’espace et dans le temps, une multitude de possibilités aux structures administratives comme la police scientifique, la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), le pôle économique et autres, une plateforme d’authentification en temps réel des identités, une offre aux structures financières et aux opérateurs économiques permettant d’authentifier l’identité de leurs abonnées contribuant ainsi à garantir la sûreté nationale.

Mali Kura Biométrie est une solution souveraine dont les codes source ou les licences sont maîtrisés par nos experts nationaux, ce qui met fin au chantage d’éventuels prestataires étrangers. Ce nouveau système est également une solution largement plus économique financièrement, n’exigeant pas d’acquisition de licence.

Le Chef du comité technique, Abdoul Karim Sidibé a présenté le travail de son équipe à l’assistance. Les différents axes de la présentation ont porté sur l’état des lieux du système, les activités réalisées, le développement d’une solution de bout en bout, le projet de migration du système, la fonctionnalité et les perspectives portant sur la digitalisation future de l’administration.

L’équipe qui a conçu et réalisé la plate-forme en 3 mois a été décorée de la médaille du chevalier de l’Ordre national par le président de la Transition. C’est le point de départ de la souveraineté numérique du Mali, s’est réjoui le colonel Assimi Goïta, qui a insisté sur l’indépendance de notre pays à tous les niveaux dans le contexte du Mali Kura.

Cheick Amadou DIA

Lire aussi : #Mali : 14è Session du Conseil supérieur de l'Agriculture : Les grandes décisions et les grands engagements du chef de l’État

Il s'agit de la subvention des intrants agricoles dont le prix de l'Urée à 14.000 Fcfa, l'engrais organique à 3.000 Fcfa et la DP à 17.500 Fcfa. Le prix de vente du coton a été majoré de 250 à 300 Fcfa le kilogramme. Pour une fois, c'est un Plan triennal de campagne agricole consolidé et ha.

Lire aussi : #Mali : Élevage : Les pays du Liptako-Gourma harmonisent leurs actions

Elles sont consignées dans un document actualisé de Programme quinquennal de développement de l’élevage dans la région.

Lire aussi : #Mali : Gestion des forêts au Mali : Un imbroglio écologique

Malgré le contrôle intégral par l’État de la gestion de ce secteur vital pour le pays, la tendance à la dégradation se renforce de jour en jour. Les producteurs ruraux de bois dans les Régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso, les commerçants - transporteurs, les structures étatiques, les b.

Lire aussi : #Mali : Pollution atmosphérique : Ce danger au dessus de nos têtes

Depuis quelques semaines, les Bamakois vivent sous une brume de poussière. Ce phénomène météorologique comme tant d’autres, est causé par un renforcement de la pression atmosphérique au niveau de l’océan Atlantique, appelée anticyclone des Açores.

Lire aussi : #Mali : Changement climatique : Seco-ONG/ Mali partage le bilan de son programme «Benkadi-Mali» avec les acteurs

C’était au cours d’un atelier bilan tenu le 21 février 2024 à Bamako, sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mamadou Samaké.

Lire aussi : #Mali : Entretien routier : Indispensable mais plombé par diverses contraintes

Malgré les efforts de l’État dans la mobilisation des ressources et la mise en place d’un Fonds d’entretien routier, l’état des routes demeure préoccupant.

Les articles de l'auteur

#Mali : 14è Session du Conseil supérieur de l'Agriculture : Les grandes décisions et les grands engagements du chef de l’État

Il s'agit de la subvention des intrants agricoles dont le prix de l'Urée à 14.000 Fcfa, l'engrais organique à 3.000 Fcfa et la DP à 17.500 Fcfa. Le prix de vente du coton a été majoré de 250 à 300 Fcfa le kilogramme. Pour une fois, c'est un Plan triennal de campagne agricole consolidé et harmonisé, sur une programmation et projections 2025-2026.

Par Cheick Amadou DIA


Publié mardi 30 avril 2024 à 22:27

#Mali : Élevage : Les pays du Liptako-Gourma harmonisent leurs actions

Elles sont consignées dans un document actualisé de Programme quinquennal de développement de l’élevage dans la région.

Par Cheick Amadou DIA


Publié mercredi 24 avril 2024 à 07:23

#Mali : Gestion des forêts au Mali : Un imbroglio écologique

Malgré le contrôle intégral par l’État de la gestion de ce secteur vital pour le pays, la tendance à la dégradation se renforce de jour en jour. Les producteurs ruraux de bois dans les Régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso, les commerçants - transporteurs, les structures étatiques, les boulangers et les revendeurs de bois en ville, constituent un ensemble d’acteurs actifs impliqués dans la problématique.

Par Cheick Amadou DIA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:54

#Mali : Pollution atmosphérique : Ce danger au dessus de nos têtes

Depuis quelques semaines, les Bamakois vivent sous une brume de poussière. Ce phénomène météorologique comme tant d’autres, est causé par un renforcement de la pression atmosphérique au niveau de l’océan Atlantique, appelée anticyclone des Açores.

Par Cheick Amadou DIA


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:51

#Mali : Changement climatique : Seco-ONG/ Mali partage le bilan de son programme «Benkadi-Mali» avec les acteurs

C’était au cours d’un atelier bilan tenu le 21 février 2024 à Bamako, sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mamadou Samaké.

Par Cheick Amadou DIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:46

#Mali : Entretien routier : Indispensable mais plombé par diverses contraintes

Malgré les efforts de l’État dans la mobilisation des ressources et la mise en place d’un Fonds d’entretien routier, l’état des routes demeure préoccupant.

Par Cheick Amadou DIA


Publié jeudi 01 février 2024 à 08:12

#Mali : COP 28 de Dubaï : Accord sur l’abandon des énergies fossiles

Attendue comme la plus importante et porteuse d’espoir pour l’avenir de la planète, la 28è Conférence de l’Onu sur le climat n’a pas tenu toutes ses promesses. À la dernière minute, les participants ont réussi à forger une entente sur la fin du pétrole dans un avenir lointain.

Par Cheick Amadou DIA


Publié jeudi 14 décembre 2023 à 08:05

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner