#Mali : La crise sécuritaire dans les médias : Les dangers du traitement biaisé de l’information

Le matraquage sur de prétendues exactions contre certaines ethnies, fait croire qu’il existe une politique de persécution contre les minoritaires dans notre pays. L’objectif inavoué est de mettre à mal l’unité nationale et le vivre ensemble

Par

Publié jeudi 28 décembre 2023 à 08:20
#Mali : La crise sécuritaire dans les médias : Les dangers du traitement biaisé de l’information

 Ces médias interdits dans notre pays, travaillent à distance avec des sources moins fiables

 

À un moment donné de la crise sécuritaire au Mali, nombre de nos compatriotes souffraient du complexe de la persécution médiatique parce que les médias étrangers, notamment français pesaient de tout leur poids dans le traitement de l’actualité malienne. Conscientes du danger que ce traitement médiatique biaisé représente pour la cohésion nationale, les autorités de la Transition ont pris la décision d’interdire la diffusion de RFI et France 24 sur notre territoire.

Mais bien qu’interdits au Mali, ces médias continuent de surfer sur les inquiétudes du moment pour tenter de monter en épingle la question identitaire. Ils font un matraquage médiatique de la question peule et tentent de faire croire à une sorte de persécution de cette communauté. Bien aidés en cela par des relais, notamment des ultras qui n’hésitent pas à associer l’image de cette communauté au terrorisme.

En tout cas, RFI et France 24 essaient toujours de rembobiner l’horreur du massacre dans le village peulh d’Ogossagou. Ils font feu de tout bois pour accréditer l’idée d’une prétendue persécution contre la communauté peulh et d’autres ethnies minoritaires dans les Régions du Centre et du Nord. Tout cela pour mettre à mal le vivre ensemble et l’unité nationale. Ainsi, ces médias, qui prennent sans doute le problème par le mauvais bout, font croire qu’ils soulèvent le couvercle sur d’éventuelles violations des droits humains.


La station radio (RFI) et la chaîne de télévision (France 24) ont une certaine propension à accuser les Forces armées maliennes (FAMa) de persécution des communautés chaque fois que des personnes ayant fui la violence dans leurs localités d’origine se retrouvent sur des sites de déplacés.

Une couverture médiatique complètement à rebours de la réalité dans notre pays. Forcément, les allégations colportées par nos confrères français ne manquent pas d’étonner les observateurs avertis. Tous s’accordent à dire que les médias africains en général ont une couverture normale des évènements liés à la crise sécuritaire au Mali.

 

UN POINT DE VUE UNILATÉRAL- Mais les médias français, du fait des récents évènements survenus entre nos deux pays, ont une couverture orientée de l’actualité malienne, notamment de la crise sécuritaire. En tout cas, journalistes et autres observateurs avertis sont unanimes sur le constat. «Chaque fois que RFI parle de l’Armée malienne, il y a une addition immédiate de : «avec le supplétif de Wagner». C’est systématique au point qu’on a très souvent l’impression que la station de radio reçoit des éléments de langage.

Les informations que l’opinion nationale obtient sur la Coordination des mouvements rebelles ou terroristes viennent très souvent des médias étrangers, notamment français comme RFI, France 24, le Monde et Libération, entre autres. Souleymane Drabo, ancien directeur général de l’Amap, trouve que ces médias étrangers ont la tâche un peu facile puisque les autorités maliennes se refusent à leur parler. Le journaliste, fort de ses années d’expérience, pense simplement que cette situation arrange plutôt ces médias qui en tirent profit. «C’est pourquoi, ils ont un point de vue unilatéral parce que l’autre partie ne veut pas parler», explique-t-il.

Si les médias français comme RFI et France 24 sont interdits de diffusion sur le territoire national, les journalistes de la presse écrite ne sont pas inquiétés. Souleymane Drabo fait remarquer que les journalistes de la presse écrite n’ont pas été contrariés à l’exception d’un journaliste de Jeune Afrique qui a été expulsé à l’aéroport à son arrivée. Il ne s’attarde pas trop sur les raisons, mais explique simplement que les journalistes français de Libération, du Monde et d’autres journaux qui venaient couvrir le Mali ont surtout peur d’y revenir.

Certains d’entre eux sont de bonne volonté, mais ont malheureusement moins de sources pour travailler. Ils sont obligés de couvrir de loin. Ils ont peu de sources d’informations, donc sont contraints de se passer les numéros de téléphone des certaines sources. Et il suffit que celles-ci soient de mauvaise foi pour les induire en erreur. Cette rareté des sources complique les choses pour eux. Mais il y a clairement une couverture orientée chez les médias français.

Souleymane Drabo explique que ce matraquage a deux raisons.

«La première raison, c’est le stéréotype dont l’Afrique pâtit. Tout le monde pense qu’on vit ici dans des tribus, des clans, des groupes ethniques. Il y a donc un prisme ethnique qui prévaut chaque fois que les intellectuels européens analysent la situation africaine. La deuxième chose pour la question des peulh, c’est la paresse intellectuelle des gens. En décrétant qu’il y a des conflits ethniques, des conflits intercommunautaires, vous simplifiez la réalité, vous vous facilitez un peu la tâche alors qu’il y a des problèmes plus graves et plus importants dans ces conflits. C’est pour ces deux raisons qu’à un moment donné, il y a eu des articles qui pouvaient faire croire qu’il y a une guerre déclenchée contre les peulh», explique l’ancien patron du Quotidien national.

 

CAMPAGNE MÉDIATIQUE RAMOLLIE- Mais analystes et observateurs de l’actualité malienne savent que l’impact du matraquage des prétendues questions de persécution ou de violations graves des droits humains peut être sérieux dans un contexte de crise parce que les nouvelles infondées, les fausses informations et intoxications sont amplifiées sur les réseaux sociaux par des relais et un peu par la psychose qui règne dans le pays. Or ces nouvelles infondées peuvent déclencher des évènements graves. Mais il est utile de préciser à ce niveau que le phénomène concerne moins les médias étrangers, mais plutôt nos médias et les activistes qui opèrent sur les réseaux sociaux.

Mais la campagne médiatique contre le Mali s’est plus ou moins ramollie depuis la guerre en Ukraine et surtout depuis que les bombes israéliennes pleuvent sur Gaza, après une attaque meurtrière contre Israël par le Hamas (un mouvement nationaliste palestinien) le 7 octobre dernier. Israël punit et broie coupables et innocents sous sa puissance de feu. Un véritable pogrom qui fait que la  «la meute» est aujourd’hui aux trousses de l’actualité sur Gaza.

Souleymane Drabo partage ce constat. «Depuis qu’il y a eu la guerre de l’Ukraine, celle de Gaza et les inondations en France, l’actualité qui intéresse les lecteurs nous a réduit à la portion congrue. La preuve, sur la libération de Kidal, le quotidien français « Libération », qui s’intéresse au Mali, a consacré 5 à 10 lignes seulement alors que d’habitude, il aurait fait un article plus consistant», fait remarquer notre interlocuteur.

On est tenté de pousser un ouf de soulagement et de dire tant mieux pour notre pays, si cela nous permet de sortir des griffes des médias étrangers dont le traitement de l’information n’aide pas au retour de la paix. En insistant sur la question identitaire, ils tentent d’inoculer le venin de la division dans notre tissu social. Ils attisent la tension en portant régulièrement des accusations infondées sur des tueries contre des minorités ethniques.

Le Mali est un pays multi ethnique où la cohabitation se fait traditionnellement dans la fraternité. Aussi, un Etat démocratique se doit de défendre les droits de l’Homme et faire en sorte que la force publique reste neutre par rapport aux différentes communautés.

Brehima DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Institut national de formation judiciaire : Malgré des difficultés, des résultats encourageants

Le budget prévisionnel de l’Institut national de formation judiciaire «Maître Demba Diallo» (INFJ) a connu une importante augmentation cette année. En effet, il est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 1,24 milliard de Fcfa contre 677,21 millions de Fcfa en 2023, soit un ta.

Lire aussi : #Mali : Iota : La bonne cadence

Cet établissement hospitalier garde toujours sa vocation sous-régionale parce qu’il continue d’assurer la formation des ophtalmologistes de différents pays.

Lire aussi : Décès de Me Drissa Traoré : Un symbole de la révolution de mars 1991 s’est éteint

«À Allah, nous appartenons, à lui nous retournons». L’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Drissa Traoré, n’est plus. Celui qui, il y a un temps infini, s’était éclipsé de la vie politique, loin des passions, des incongruités et des invectives, a définitivement tiré sa ré.

Lire aussi : #Mali : Caisse malienne de sécurité sociale : La preuve par les résultats

Il y a quelques années être pensionné n’était guère enviable dans notre pays tant les retraités mettaient du temps à percevoir les allocations vieillesses qui leur étaient versées périodiquement (par trimestre, avant la mensualisation) après de bons et loyaux services rendus à la natio.

Lire aussi : #Mali : Beijing : Le visage d’un pays en plein essor

Les immeubles de béton et de verre ont transformé la ville en un paradis terrestre avec par endroits un paysage de carte postale. Beijing respire la modernité et donne l’impressionne que l’Empire du Milieu a parachevé son développement.

Lire aussi : #Mali : Visite d’une délégation ministérielle en Chine : Bientôt des retombées pour notre pays

Trois membres du gouvernement ont séjourné la semaine dernière à Beijing en Chine. Ils ont eu des échanges fructueux avec le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, et avec des responsables des institutions bancaires. À ces derniers, ils ont soumis des projets de développement pour financeme.

Les articles de l'auteur

#Mali : Institut national de formation judiciaire : Malgré des difficultés, des résultats encourageants

Le budget prévisionnel de l’Institut national de formation judiciaire «Maître Demba Diallo» (INFJ) a connu une importante augmentation cette année. En effet, il est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 1,24 milliard de Fcfa contre 677,21 millions de Fcfa en 2023, soit un taux de croissance global de 83,47%..

Par Brehima DOUMBIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:48

#Mali : Iota : La bonne cadence

Cet établissement hospitalier garde toujours sa vocation sous-régionale parce qu’il continue d’assurer la formation des ophtalmologistes de différents pays.

Par Brehima DOUMBIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:39

Décès de Me Drissa Traoré : Un symbole de la révolution de mars 1991 s’est éteint

«À Allah, nous appartenons, à lui nous retournons». L’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Drissa Traoré, n’est plus. Celui qui, il y a un temps infini, s’était éclipsé de la vie politique, loin des passions, des incongruités et des invectives, a définitivement tiré sa révérence le 11 mars dernier à 78 ans. Cet ardent défenseur des droits humains était incontestablement l’une des figures de proue du Mouvement démocratique dans notre pays..

Par Brehima DOUMBIA


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:53

#Mali : Caisse malienne de sécurité sociale : La preuve par les résultats

Il y a quelques années être pensionné n’était guère enviable dans notre pays tant les retraités mettaient du temps à percevoir les allocations vieillesses qui leur étaient versées périodiquement (par trimestre, avant la mensualisation) après de bons et loyaux services rendus à la nation..

Par Brehima DOUMBIA


Publié vendredi 29 décembre 2023 à 08:31

#Mali : Beijing : Le visage d’un pays en plein essor

Les immeubles de béton et de verre ont transformé la ville en un paradis terrestre avec par endroits un paysage de carte postale. Beijing respire la modernité et donne l’impressionne que l’Empire du Milieu a parachevé son développement.

Par Brehima DOUMBIA


Publié lundi 18 décembre 2023 à 07:53

#Mali : Visite d’une délégation ministérielle en Chine : Bientôt des retombées pour notre pays

Trois membres du gouvernement ont séjourné la semaine dernière à Beijing en Chine. Ils ont eu des échanges fructueux avec le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, et avec des responsables des institutions bancaires. À ces derniers, ils ont soumis des projets de développement pour financement.

Par Brehima DOUMBIA


Publié mercredi 13 décembre 2023 à 08:45

Mali : Industrie : Le financement de deux usines de filature au cœur des échanges avec la banque de développement de Chine

Les deux parties ont acté le principe de l’acceptation de l’examen du dossier sur la base de l’étude de faisabilité proposée par notre pays. Mais tout porte à croire que les choses sont en bonne voie surtout que c’est un projet économiquement rentable et financièrement viable, selon les experts.

Par Brehima DOUMBIA


Publié lundi 11 décembre 2023 à 07:18

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner