Chômage des jeunes diplômés : Une plaie à panser

Une chose est de décrocher un diplôme. Une autre est de trouver un job, une fois en possession du précieux sésame. C’est à cette situation déplorable que sont confrontés les jeunes produits de nos grandes écoles et institutions de formation

Par

Publié lundi 23 janvier 2023 à 07:42
Chômage des jeunes diplômés : Une plaie à panser

Dépôt de candidatures de jeunes diplômés pour le concours  de la Fonction publique (Photo d’archives)
 

«Le chômage a anéanti mon espoir de retrouver un travail. Pourtant depuis tout petit, j’ambitionnais d’exercer la fonction de juge ou d’avocat. Mais depuis 7 ans, je me bats pour trouver du travail salarié». C’est en ces termes que se lamente Alioune Dramé, jeune diplômé en droit sans emploi. Rencontré dans un grin de jeunes en train de prendre la boisson nationale (le thé vert de Chine), ce juriste de formation semble avoir perdu tout espoir.

Comme lui, Mathieu Sangaré, diplômé en lettres depuis 2015, connaît aussi les difficultés liées au chômage, même s’il observe actuellement une période de stage dans un service de la place. Des stages, il dit en avoir accumulés sans être embauché. Il lui arrive même de faire des petits métiers comme l’apprenti maçon pour essayer de joindre les deux bouts. Il s’est aussi essayé au petit commerce. Pour lui, il est clair que vivre une telle situation impacte la position sociale. «Certains qui font dans l’argumentation facile pensent que les diplômés sans emploi sont des fainéants. Je voudrais juste leur dire de cesser d’avoir des œillères, parce que les jeunes ne chôment pas faute d’essayer, mais plutôt par manque d’opportunités d’emplois», lâche-t-il.

Le chômage est un cancer à l’échelle planétaire auquel font face tous les pays, à des degrés différents. Une idéologie soutient qu’avec une meilleure politique économique, les pays du Sud, notamment ceux en développement auraient pu résorber une bonne partie du chômage. Il leur faut, pour ce faire, développer des stratégies efficaces contre ce phénomène qui peut être à l’origine de beaucoup d’échecs et de frustrations des jeunes diplômés dans leurs entreprises sociales. 


Dans le contexte malien, l’emploi salarié est assimilé à une réussite sociale et même un épanouissement individuel. Et l’école reste le plus sûr moyen de démocratiser cette réussite. Mais depuis des décennies, le chômage continue de prendre des proportions inquiétantes au point de devenir un caillou dans la chaussure des dirigeants, de la communauté et des jeunes diplômés eux-mêmes. Car, c’est une préoccupation unanimement partagée par tous.

Les produits de nos grandes écoles et instituts de formation, une fois qu’ils obtiennent le précieux sésame, ne savent plus à quel saint se vouer. Ainsi à la fin de leurs études, de nombreux jeunes se retrouvent sans réelles opportunités d’insertion socio-économique. Certains d’entre eux passent la journée à regarder la télé, à pérorer dans les «grins» ou à se tourner les pouces autour d’un verre de thé. Cela semble être une réalité quotidienne de nombreux jeunes diplômés sans emploi.

 

UN CHAT EST UN CHAT- Au Mali, le phénomène touche les deux sexes. La gent féminine aussi en souffre, même plus que les hommes car exposée au chantage et autres formes de harcèlement sexuel. Pour Fatoumata Traoré qui a décroché une licence en anglais, l’accès à l’emploi des jeunes filles est un véritable parcours du combattant. Selon elle, certains employeurs, sans scrupules, proposent l’embauche aux jeunes filles, mais à conditions d’accepter leurs avances.


Cette réalité rend vulnérable les jeunes filles qui sont souvent évaluées, non pas sur ce qu’elles valent réellement, mais plutôt sur des considérations subjectives. Et notre interlocutrice de dire que les femmes ne doivent être jugées selon leur faciès, leur chute de rein, leur sensibilité ou la passion que l’on peut éprouver pour leur être, mais plutôt sur les valeurs intrinsèques.

Une ancienne Garde des Sceaux de la France, invitée sur un plateau de télévision en tant que déléguée à l’expression républicaine de Ségolène Royal lors d’une campagne présidentielle dans ce pays expliquait : «L’histoire des femmes est une histoire d’oppression, qui est fortement une histoire d’exclusion, qui est une histoire de doute sur leurs capacités et de rejet de leurs compétences…» Et dans Le Haut-Karabakh pour se moquer de la spécificité féminine, il y a une plaidoirie toute faite contre : «Les femmes sont travailleuses mais les hommes ont un plus gros cerveau.»

Sans se mouiller dans un débat aussi sensible, disons simplement que les femmes ont bel et bien du talent et des arguments intellectuels à faire valoir. Nombre d’entre elles ont crevé le plafond de verre à l’échelle mondiale et au plan national par leur expertise, leur intelligence, leur art de la gestion et du management, leur poigne, entre autres.

Mariam Koné, aussi a obtenu un diplôme universitaire en allemand. Elle confirme qu’évidemment les jeunes filles sont confrontées à beaucoup d’obstacles dans la quête d’emplois. Elle préfère appeler un chat, un chat. «On vous propose d’offrir votre corps en échange d’un emploi. C’est une astuce dans bien de cas juste pour vous abuser. Après vous ruminez vos remords à vie», explique celle qui demande simplement beaucoup plus de respect pour les femmes.

Assitan Diallo, spécialiste en droit privé de son état, partage à mille pour cent cette analyse. Celle qui est dans le chômage depuis 2014 dit passer son temps à postuler aux offres d’emplois qui correspondent à son profil de formation. Pour elle, il y a un problème. L’État, censé être le premier employeur des jeunes diplômés, limite ses offres. Le secteur privé aussi malheureusement ne peut absorber seul le flux de diplômés déversés sur le marché de l’emploi depuis des années et des années.

Mohamed Cissé, juriste de formation, lui aussi compte les sauts de la puce à la maison. Pour lui, la problématique de l’emploi des jeunes constitue un véritable boulet que nous traînerons pendant longtemps dans notre pays. Et de dire qu’il n’est pas admissible de ne pas agir pour inverser le cours des choses et éviter que l’avenir de la jeunesse ne s’écrive en pointillé.

Dr Fodié Tandjigora, sociologue, justifie le chômage des jeunes diplômés par plusieurs facteurs. Il évoque l’inadéquation entre formation et l’emploi, et la tendance des jeunes à opter pour les filières universitaires au lieu parfois d’une formation professionnelle où ils peuvent être à titre d’exemple des ouvriers qualifiés, des techniciens d’agriculture et autres avec une chance d’employabilité plus élevée. À le croire, la solution du fléau qui préoccupe la communauté passe aussi par la réforme de notre système de formation. L’État doit faire une analyse situationnelle plus poussée du marché de l’emploi et concevoir les filières conformes à l’Université.

 

LA VÉRITÉ DES CHIFFRES- Malgré le taux élevé de chômage des jeunes, l’État, à travers ses structures comme l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ), apporte un bol d’air aux jeunes diplômés. Cet effort semble peu par rapport à l’immense besoin. Le chef de la Cellule de l’information et de la communication de l’APEJ, Casimir Sangala, explique que sa structure a été créée par la loi N° 03-31 AN/RM du 25 aout 2003, modifiée par la loi n°2014-068/AN-RM du 31 décembre 2014.


Établissement public à caractère administratif, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, elle est placée sous la tutelle du ministre en charge de l’Emploi. L’APEJ, fait-il remarquer, vise à contribuer au développement économique et social du pays à travers la mise en œuvre de la Politique nationale de la formation professionnelle en offrant aux jeunes maliens, âgés de 15 à 40 ans, des opportunités d’emplois dans les différents secteurs d’activité économique à travers l’emploi salarié ou l’auto-emploi. Et de préciser que sa mission est aussi de concourir à la création d’emplois pour les jeunes en milieu rural et urbain, diplômés ou non, notamment en facilitant l’accès au marché du travail et au crédit.

Le groupe cible de l’APEJ est constitué de jeunes de la tranche d’âge susmentionnée, y compris ceux de la diaspora. Selon lui, sur la période de référence de 2004 à 2021, les interventions de l’APEJ ont touché directement 204.252 jeunes. Dans la composante 1 intitulée : «Renforcement de l’employabilité des jeunes» de l’Agence, 50.736 jeunes diplômés ont été placés en stage de formation professionnelle dans les services publics, 12.329 autres ont bénéficié de stage de qualification dans les entreprises privées et ONG. Il faut aussi retenir que 2.835 jeunes non scolarisés ont été formés en apprentissage dans les métiers.


Casimir Sangala ajoute que les stages de l’APEJ ont démontré leur efficacité parce qu’une récente étude d’évaluation menée par l’Observation nationale de l’emploi et de la formation (Onef) a fait ressortir que 19.736 jeunes, soit 73,60% des stagiaires ont obtenu un emploi et 3,10% un programme supplémentaire de formation.

Au-delà de ces statistiques qui peuvent soulager, se cache la dure réalité d’un phénomène qui interpelle la conscience collective. Il faut sortir d’une démarche de constat et panser la plaie. Sinon c’est une «bombe» qui nous explosera à la face un jour.

    

Amsatou Oumou TRAORE

Lire aussi : Université privée du Sahel : 122 Frais émoulus sur le marché de l’emploi

L’Université privée du Sahel (UPS) vient de verser sur le marché de l’emploi 122 jeunes diplômés dont 27 femmes. Ces nouveaux diplômés ont décroché leur licence dans le cadre du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en vigueur dans notre pays depuis 2008..

Lire aussi : Médicaments non conventionnels : La HAC met en garde contre la publicité mensongère

À travers un communiqué diffusé jeudi dernier, la Haute autorité de la communication (Hac) indique avoir constaté la diffusion intempestive de messages publicitaires sur certains médicaments non conventionnels..

Lire aussi : Notre santé, Cellulite du cou et de la face : À ne pas minimiser

«Devant un patient avec une tuméfaction inflammatoire dans un contexte de douleur dentaire, d’angine, d’injection de corps étranger ou de furoncle, il faut rapidement penser à une possibilité de cellulite», révèle Dr Djibril Samaké, spécialiste en ORL au Centre de santé de référen.

Lire aussi : Évaluation et accréditation des établissements de santé : «Public et privé sont tous concernés»

Cette nouvelle Agence est outillée d’un dispositif pour amener les structures de santé à s’inscrire dans une amélioration continue de la qualité des soins. Son directeur général, Sékouli Fadjadji Touré, explique les défis à relever pour réussir cette noble mission.

Lire aussi : Utilisation excessive des bouillons industriels : Nuisible à la santé

Selon les spécialistes, les bouillons, mal utilisés, peuvent provoquer certains types de cancers, des maladies cardio-vasculaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), de l’hypertension. Et aussi des troubles digestifs comme les brûlures d’estomac, les ballonnements et les douleurs ab.

Lire aussi : Faits divers, Missira : Rixe mortelle

Suite à des injures grossières, des adolescents se sont battus dans la rue. L’un des protagonistes est finalement mort poignardé.

Les articles de l'auteur

Université privée du Sahel : 122 Frais émoulus sur le marché de l’emploi

L’Université privée du Sahel (UPS) vient de verser sur le marché de l’emploi 122 jeunes diplômés dont 27 femmes. Ces nouveaux diplômés ont décroché leur licence dans le cadre du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en vigueur dans notre pays depuis 2008..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié lundi 06 février 2023 à 07:59

Médicaments non conventionnels : La HAC met en garde contre la publicité mensongère

À travers un communiqué diffusé jeudi dernier, la Haute autorité de la communication (Hac) indique avoir constaté la diffusion intempestive de messages publicitaires sur certains médicaments non conventionnels..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié lundi 06 février 2023 à 07:53

Notre santé, Cellulite du cou et de la face : À ne pas minimiser

«Devant un patient avec une tuméfaction inflammatoire dans un contexte de douleur dentaire, d’angine, d’injection de corps étranger ou de furoncle, il faut rapidement penser à une possibilité de cellulite», révèle Dr Djibril Samaké, spécialiste en ORL au Centre de santé de référence (Csref) du Quartier Mali..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié lundi 06 février 2023 à 07:47

Évaluation et accréditation des établissements de santé : «Public et privé sont tous concernés»

Cette nouvelle Agence est outillée d’un dispositif pour amener les structures de santé à s’inscrire dans une amélioration continue de la qualité des soins. Son directeur général, Sékouli Fadjadji Touré, explique les défis à relever pour réussir cette noble mission.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié lundi 06 février 2023 à 07:44

Utilisation excessive des bouillons industriels : Nuisible à la santé

Selon les spécialistes, les bouillons, mal utilisés, peuvent provoquer certains types de cancers, des maladies cardio-vasculaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), de l’hypertension. Et aussi des troubles digestifs comme les brûlures d’estomac, les ballonnements et les douleurs abdominales.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 03 février 2023 à 08:29

Faits divers, Missira : Rixe mortelle

Suite à des injures grossières, des adolescents se sont battus dans la rue. L’un des protagonistes est finalement mort poignardé.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 03 février 2023 à 07:42

Aepes : Vingt ans au service de l’enseignement supérieur

L’Association des établissements privés d’enseignement supérieur (Aepes) a signé, hier au Centre du secteur privé, un mémorandum d’entente avec l’Association indépendante des promoteurs d’écoles privées agrées du Mali (Aiepam)..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 03 février 2023 à 07:37

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner