OMVS : La centrale hydroélectrique de Gouina officiellement mise en service

Les chefs de gouvernement du Mali (colonel Abdoulaye Maïga), de la Guinée (Bernard Goumou), de la Mauritanie (Mohamed Bilal Messaoud) et du Sénégal (Amadou Ba), tous membres de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), ont procédé, ce samedi, à l’inauguration du complexe hydroélectrique de Gouina.

Par

Publié dimanche 04 décembre 2022 à 15:30
OMVS : La centrale hydroélectrique de Gouina officiellement mise en service

Le colonel Abdoulaye a effectué le voyage en compagnie de quatre membres de son gouvernement dont celui en charge de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré.

L'ouvrage se dresse majestueusement aux environs immédiats des chutes naturelles de Gouina, situées dans la Commune de Diamou (Kayes) et à 53 km en aval de la confluence Bafing-Bakoye, à Bafoulabé. Sa capacité installée est de 140 mégawatts (MW). La centrale utilise les sorties du barrage de Manantali en amont. Un déversoir de 1,230 m de long construit juste au-dessus de la cascade dirige l'eau dans un canal qui alimentera la centrale. L’ouvrage comprend également une ligne de transport 225 kv de 60 km pour l’évacuation de l’énergie produite.

Cette gigantesque infrastructure a coûté environ 284 milliards de Fcfa dont 248 financés grâce à un prêt contracté solidairement par le Mali, la Mauritanie et le Sénégal auprès de la banque chinoise de promotion des exportations, Eximbank de Chine. C'est également un groupe chinois, en l'occurrence Sinohydro, qui a exécuté les travaux en 5 ans.

La mise en service du complexe de Gouina est un « moment fort dans la vie de l’OMVS », selon le Premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye Maïga. Il a souligné qu’avec la présente réalisation, l’Organisation « vient d’aménager près de la moitié de ses sites de barrages hydroélectriques. Et cet ouvrage est considéré comme un maillon de ce qu’on appelle les ouvrages de seconde génération ».

Sa production associée à celle de la centrale de Félou augmentera la capacité de production de Manantali de 200 à 340 MW. Pour faire transiter l’énergie de Gouina, l’OMVS a mis en place un projet dénommé Manatali II. Il vise à augmenter la capacité de transit de l’énergie, favoriser les échanges d’énergie dans le cadre du marché d’énergie sous-régionale et renfoncer les capacités de la SOGEM.

 Le colonel Abdoulaye Maïga a encouragé les instances de l’Organisation à diligenter les travaux de ce projet, avant de rendre un « vibrant hommage » aux populations, sans lesquelles le barrage de Gouina n’aurait pas vu le jour. Il a magnifié leur sens du patriotisme pour avoir accepté de céder leurs terroirs. Le projet a, en effet, nécessité le relogement de 104 ménages en juin 2018. Le maire de Diamou, Habib Diakité, a confirmé que les ménages affectés ont été tous relogés.

Auparavant, le président du Conseil des ministres de l’OMVS, le sénégalais Serigne Mbaye Thiam, a soutenu que l’Organisation est surtout une « communauté de volonté et d’aspirations pour une conservation qualitative de la vie de nos populations ». Au nom de ces homologues, il a exprimé sa reconnaissance à la nation malienne dont le « peuple accorde sa légendaire « djatiguiya » aux ouvrages de Manantali, de Félou et de Gouina ».

Le  complexe hydroélectrique de Gouina est le quatrième ouvrage réalisé par l’OMVS depuis sa création en 1972, après le barrage hydro-électrique Manantali au Mali, le barrage anti-sel de Diama au Sénégal, et la centrale hydro-électrique de Félou. Ces ouvrages assurent une maitrise partielle du fleuve et donc une disponibilité permanente de l’eau qui permet de satisfaire notamment les besoins énergétiques, la fourniture d’eau potable et l’agriculture irriguée, transport. 

I. DEMBELE

Issa DEMBELE

Lire aussi : CENTIF : Logée de neuf

Le ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, a procédé, hier, à l’inauguration du nouveau siège de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif). C’était en présence du président de la Centif, Idrissa Mahamar Haïdara, et de nombreux invités.

Lire aussi : Trésor : La RGD et la PGT dans deux tours jumelles

Les deux structures sont essentielles dans la gestion des finances de l’état. La première a encaissé plus de 80% de recettes de l’état et la seconde paie plus de 90% de ses dépenses.

Lire aussi : Société B2Gold : Près de 19 tonnes d’or produites par la mine de Fekola en 2022

En 2022, la société B2Gold a globalement dépassé sa fourchette prévisionnelle annuelle en produisant 1.027.874 onces, dont 598.661 onces (environ 19 tonnes) produites par sa mine de Fekola au Mali..

Lire aussi : Holding-CMDT : Le budget 2023 chiffré à plus de 534 milliards de FCFA

Les ravages des jassides (des insectes) et les inondations ont fait perdre à notre pays plus de 150.000 hectares. Ce qui justifie une augmentation des dépenses par rapport à l’exercice écoulé.

Lire aussi : Le dromadaire : Un animal au service de la résilience humaine en milieu sahélien

Le dromadaire (Camelus dromedarius) occupe une place très importante en Afrique, au Moyen-Orient et dans le subcontinent indien. L’effectif mondial, selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) (2009), est estimé à plus de 24 millions de têtes, dont 80% se trouve en Af.

Lire aussi : Viande de dromadaire : De plus en plus prisée par les Bamakois

Riche en glycogène, la viande cameline s’avère être une excellente source d’énergie et permet de booster les défenses immunitaires notamment grâce à la vitamine A qu’elle contient.

Les articles de l'auteur

CENTIF : Logée de neuf

Le ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, a procédé, hier, à l’inauguration du nouveau siège de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif). C’était en présence du président de la Centif, Idrissa Mahamar Haïdara, et de nombreux invités..

Par Issa DEMBELE


Publié vendredi 03 février 2023 à 08:19

Trésor : La RGD et la PGT dans deux tours jumelles

Les deux structures sont essentielles dans la gestion des finances de l’état. La première a encaissé plus de 80% de recettes de l’état et la seconde paie plus de 90% de ses dépenses.

Par Issa DEMBELE


Publié vendredi 03 février 2023 à 08:18

Société B2Gold : Près de 19 tonnes d’or produites par la mine de Fekola en 2022

En 2022, la société B2Gold a globalement dépassé sa fourchette prévisionnelle annuelle en produisant 1.027.874 onces, dont 598.661 onces (environ 19 tonnes) produites par sa mine de Fekola au Mali..

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 02 février 2023 à 08:07

Holding-CMDT : Le budget 2023 chiffré à plus de 534 milliards de FCFA

Les ravages des jassides (des insectes) et les inondations ont fait perdre à notre pays plus de 150.000 hectares. Ce qui justifie une augmentation des dépenses par rapport à l’exercice écoulé.

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 02 février 2023 à 08:05

Le dromadaire : Un animal au service de la résilience humaine en milieu sahélien

Le dromadaire (Camelus dromedarius) occupe une place très importante en Afrique, au Moyen-Orient et dans le subcontinent indien. L’effectif mondial, selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) (2009), est estimé à plus de 24 millions de têtes, dont 80% se trouve en Afrique..

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 02 février 2023 à 08:03

Viande de dromadaire : De plus en plus prisée par les Bamakois

Riche en glycogène, la viande cameline s’avère être une excellente source d’énergie et permet de booster les défenses immunitaires notamment grâce à la vitamine A qu’elle contient.

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 02 février 2023 à 08:02

Poste du Mali : Retour progressif des services de proximité

La Poste du 3è millénaire à laquelle aspirent les autorités de la Transition, doit être une entité qui offre au citoyen une gamme de services, allant du courrier au numérique en passant par les services financiers postaux..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 01 février 2023 à 08:15

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner