#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse.

Par

Publié lundi 19 février 2024 à 08:40 , mis à jour dimanche 14 avril 2024 à 23:21
#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

Cette dialyse comme le dit si bien Dr Samba Konaré est le nom commun utilisé pour la plupart des traitements pour l’épuration extra rénal. L’épuration extra rénale est une méthode utilisée pour venir en aide aux reins défaillants. Il peut s’agir d’une insuffisance rénale aiguë ou d’une insuffisance rénale chronique.

Le médecin néphrologue du Centre de dialyse à l’hôpital de district de Lafiabougou précise que le rein défaillant n’est pas en mesure de faire l’excrétion, l’élimination des déchets ou ses fonctions hormonales. C’est pourquoi, l’épuration extra rénale est utilisée pour épurer les déchets du sang et éliminer les toxines de l’urine. Il existe deux types de dialyse : l’hémodialyse et la dialyse péritonéale. D’après le néphrologue, notre pays fait plus  d’hémodialyse conventionnelle, une méthode utilisée pour épurer le sang des déchets.

L’hémodialyse consiste à travailler sur le sang du malade par la fistule artério-veineuse pour faire circuler le sang. Pour ce faire, le toubib dit qu’il faut deux aiguilles. La première amène le sang pour le nettoyer. Le sang sort par cette première aiguille pour venir dans un rein artificiel. Il indique que c’est ce rein artificiel qui va assurer la fonction du rein défaillant. Après nettoyage le sang est retourné chez le malade par une autre aiguille. Pour cette séquence, il faut une durée moyenne de 4 heures de temps. Le médecin insiste sur le fait que l’hémodialyse doit être une prescription spécialisée faite par le médecin. La moyenne doit être 12 heures de temps en raison de 3 séances par semaine. Mais le néphrologue dit qu’au Mali, nous sommes à  8 heures par semaine. Lors des séances d’hémodialyse, il faut utiliser l’héparine pour éviter la coagulation du sang.

Chaque fois que le sang est en contact avec le rein artificiel, celui-ci élimine les déchets toxines urémiques et l’excès de liquide. Dr Konaré dit que ces éliminations sont naturelles chez une personne qui a une bonne fonction rénale normale. «Lorsque que nous mangeons et buvons, nous devons uriner chaque fois et l’excès de ces toxines sont éliminés par l’urine normale», souligne le praticien, avant de préciser que les patients souffrant d’insuffisance rénale ne sont pas en mesure d’amener ces déchets hors de l’organisme, même en urinant.

C’est pourquoi, il y a une accumulation des déchets toxiques chez eux. À la fin de la séance, la totalité de sang du malade est retournée au malade. Le malade peut manger avant et pendant la séance de dialyse. Sur ce point, il soulignera qu’il y a des malades diabétiques ou des enfants qui ne pourront pas faire 4 heures sans manger.

Pour une bonne séance de dialyse, Dr Konaré rappelle qu’il y a des principes à respecter. «Nous examinons le malade bien avant sa séance de dialyse, nous prenons les chiffres tensionnels, la température, nous vérifions chez les malades diabétiques la glycémie», indique t-il, avant de préciser que si ces paramètres sont normaux, le malade peut rentrer avec sa fiche médicale remplie par le médecin néphrologue et commencer sa séance. Par contre, si le malade a de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée, une infection sévère, la séance de dialyse est suspendue.


Il faut noter que lors de la séance de dialyse, des complications peuvent survenir comme l’hypotension, l’hypoglycémie, des poussées hypertensives, des vomissements et saignements. Mais, le médecin spécialiste de néphrologie rasure que ces cas sont, pour la plupart, corriger par les infirmiers lors de la séance. En fin de dialyse, c’est l’hypoglycémie, des crampes musculaires, une fatigue exagérée et des poussés hypertensives. Après la séance, le toubib dit que s’il n’y a pas d’incident, le malade peut directement rentrer à la maison.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont inf.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Lire aussi : #Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Lire aussi : Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de l.

Lire aussi : #Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Lire aussi : #Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolong.

Les articles de l'auteur

#Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont infectieux, toxiques et radioactifs..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:33

#Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:10

#Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:40

Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de la salive, le maintien de la température corporelle et le transport des nutriments..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:38

#Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:37

#Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolongés est une situation assez particulière. Durant un mois, dit-il, on est amené à changer notre régime alimentaire..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:46

#Mali : Tuberculose osseuse vertébrale : Quand la colonne vertébrale est atteinte

Consulte un spécialiste en cas de douleur de dos surtout quant elle est associée à de la fièvre et à un amaigrissement ! Selon le neurochirurgien, Dr Youssouf Traoré, il peut s’agir d’une tuberculose osseuse vertébrale ou mal de Pott. C’est l’atteinte d’un ou de plusieurs vertèbres ou d’un disque ou de plusieurs disques par le microbe de la tuberculose..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 11 mars 2024 à 09:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner