#Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Le rapport de l’institution financière prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023

Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:39
#Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Jean-Claude Brou, gouverneur de la Bceao

 

Les perspectives économiques au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) restent favorables, mais demeurent tributaires de l’évolution de la conjoncture internationale, de la situation sociopolitique et sécuritaire, ainsi que des effets du changement climatique. Selon les dernières prévisions de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), la croissance du Produit intérieur brut de l’Union, en termes réels, ressortirait à 6,5% en 2024, puis à 6,6% en 2025.


Cette embellie annoncée par l’institution financière dans son rapport sur la politique monétaire dans l’Umoa, publié vendredi 12 avril, serait notamment «impulsée par la bonne tenue des productions extractives et manufacturières». Le rapport prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du PIB en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023. Le repli attendu du déficit résulterait notamment de la poursuite de la mise en œuvre des réformes liées à la modernisation des administrations fiscales et douanières ainsi que la rationalisation des dépenses publiques.

Le taux d’endettement des pays de l’Union s’établirait, pour sa part, à 59,5% et 58,8% du PIB respectivement en 2024 et 2025, contre 59,6% en 2023. Et dans un contexte de détente des cours mondiaux projetés des produits alimentaires et pétroliers, le taux d’inflation dans l’Union, en moyenne annuelle, devrait baisser progressivement, passant de 3,7% en 2023 à 2,8% en 2024, puis à 2,5% en 2025, en dessous de la cible de 3,0%.

La balance des risques concernant les prévisions de l’inflation est orientée à la hausse. Les risques d’une hausse de l’inflation ont trait à l’extension des zones d’insécurité dans l’Union, à la persistance de la crise politique dans certains pays de l’Union et à la survenance de chocs climatiques. La hausse du niveau général des prix serait toutefois atténuée par le maintien de certaines mesures des gouvernements en faveur de la préservation du pouvoir d’achat des populations et par les relèvements des taux directeurs de la Banque centrale.

Par ailleurs, il est attendu une persistance de la tendance à la baisse des prix des produits alimentaires importés, en phase avec le reflux des cours internationaux. En effet, le rapport note que les échanges extérieurs de l’Uemoa se solderaient par un excédent en 2024, après deux années consécutives de déficit, en lien avec le repli des prix des produits alimentaires, ainsi que la mise en production des plateformes pétrolières et gazières au Niger et au Sénégal. Le solde global de la balance des paiements ressortirait excédentaire de plus de 1.464 milliards de Fcfa en 2024 et de 1.874 milliards de Fcfa en 2025, après un déficit de 3.530 milliards de Fcfa en 2023.


Les cours des matières premières exportées par les pays de l’Union devraient globalement s’améliorer en 2024, avant de se replier légèrement en 2025. Cette hausse des prix en 2024 serait liée aux perturbations des chaînes d’approvisionnement induites par les tensions géopolitiques et aux conditions météorologiques moins favorables pour la campagne 2023/2024 dans certaines régions du monde. Les cours mondiaux des produits alimentaires importés par les pays de l’Uemoa devraient se replier en 2024 et 2025.


Selon les prévisions du FMI et de la FAO, l’indice des prix des produits de base alimentaires importés devrait baisser, de 5,2% en 2024 et de 6,0% en 2025, après un recul de 9,8% en 2023. L’orientation baissière serait due aux évolutions favorables de l’offre de certains produits sur les marchés et à un ralentissement de la demande.

Les spécialistes de la Bceao estiment que la situation sécuritaire et sociopolitique actuelle ne devrait pas davantage se dégrader. En effet, les États se sont engagés à renforcer la sécurité dans la région. Il a donc été retenu une stabilisation de l’environnement sécuritaire sur la période de projection. À l’exception du Mali, précise le rapport, tous les pays de l’Uemoa disposent d’un programme économique et financier soutenu par le FMI. Le programme conclu avec le Niger pourrait reprendre son cours normal au cours de l’année 2024.


Les estimations provisoires indiquent une campagne agricole 2023/2024 aux résultats relativement contrastés. Elles tablent sur une hausse de la production céréalière de 2,1% dans la zone Uemoa par rapport à la campagne 2022/2023. La hausse de la production serait de 16,4% au Sénégal, 10,0% en Côte d’Ivoire, 6,0% au Benin, 5,0% au Togo, 2,0% en Guinée Bissau et 2,9% au Burkina Faso. Pour le Niger et le Mali, des baisses respectives de 13,0% et 1% sont attendues pour ladite campagne. Les performances contrastées de la campagne agricole 2023/2024 dans certains pays de l’Union pourraient engendrer une remontée des prix des céréales locales principalement dans les pays sahéliens de l’Union.

Les projections macroéconomiques dans l’Union demeurent globalement favorables. Ces perspectives de croissance restent toutefois entourées de risques baissiers importants, liés notamment à la situation sociopolitique dans la sous-région et à l’évolution des prix des matières premières, notamment des hydrocarbures et des engrais. La dégradation des conditions météorologiques pourrait également limiter l’offre de produits alimentaires dans l’Union.

Synthèse

Issa DEMBELE

Lire aussi : #Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 10.

Lire aussi : #Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance a.

Lire aussi : #Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

En 2023, des températures mondiales record de l’ordre de 1.4 degré Celsius (au-dessus des moyennes préindustrielles) ont entraîné davantage de vagues de chaleur et d’inondations, mais aussi des sécheresses à grande échelle..

Lire aussi : #Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Lire aussi : Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un pana.

Lire aussi : #Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

De dauphin en prison à la tête de la magistrature suprême du Sénégal. Les choses sont allées très vite pour le 5è président du Sénégal qui, à dix jours du scrutin, était en prison où il a été choisi comme dauphin du populaire opposant politique Ousmane Sonko, alors privé de ses droi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 100 tonnes par jour.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:53

#Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance au sein de la société à la mobilisation des ressources pour éponger ses dettes, en passant par le raffermissement des liens avec les pays amis pouvant faciliter l’approvisionner en combustibles..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 24 avril 2024 à 07:00

#Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

En 2023, des températures mondiales record de l’ordre de 1.4 degré Celsius (au-dessus des moyennes préindustrielles) ont entraîné davantage de vagues de chaleur et d’inondations, mais aussi des sécheresses à grande échelle..

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 18 avril 2024 à 09:29

#Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Par Issa DEMBELE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:58

Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un panafricaniste.

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:25

#Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

De dauphin en prison à la tête de la magistrature suprême du Sénégal. Les choses sont allées très vite pour le 5è président du Sénégal qui, à dix jours du scrutin, était en prison où il a été choisi comme dauphin du populaire opposant politique Ousmane Sonko, alors privé de ses droits électoraux pour cinq ans..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:13

#Mali :Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye installé dans ses fonctions

Le président du Conseil national de Transition a pris part à cette cérémonie d’investiture. Le colonel Malick Diaw conduisait une forte délégation comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et celui chargé des Maliens établis à l’extérieur, Mossa Ag Attaher.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:11

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner