#Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

De dauphin en prison à la tête de la magistrature suprême du Sénégal. Les choses sont allées très vite pour le 5è président du Sénégal qui, à dix jours du scrutin, était en prison où il a été choisi comme dauphin du populaire opposant politique Ousmane Sonko, alors privé de ses droits électoraux pour cinq ans.

Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:13
#Mali : Destin fulgurant de Bassirou Diomaye Faye

Bassirou Diomaye Faye a soufflé ses 44 ans, le lendemain même de la présidentielle. Il est né le 25 mars 1980 à Ndiaganiao où il fit son éducation primaire, avant de poursuivre son cycle moyen et secondaire dans la ville Mbour Il décroche son baccalauréat en 2000, qui lui ouvre les portes de la prestigieuse université Cheikh Anta Diop de Dakar. Bassirou Diomaye Faye en sortira en 2004 avec une maîtrise en sciences juridiques et politiques.

Le moment est alors venu pour lui d’affronter le marché de l’emploi. Il tenta les concours d’admission à l’école des officiers de police, de la magistrature et l’École nationale d’administration (Ena). Il échoua au premier, mais réussi les deux autres. Il opta pour l’Ena et y suivi sa formation en fiscalité. à sa sortie, le jeune Bassirou est affecté à la Direction générale des impôts et domaines en 2007. Et c’est là que son destin croise celui d’Ousmane Sonko, qui venait de porter sur les fonts baptismaux le Syndicat autonome des agents des impôts et domaines (Said) et dont il était le secrétaire général (d’avril 2005 à juin 2012). Bassirou Diomaye a d’abord été chargé des revendications du nouveau syndicat, avant de succéder à Sonko au poste de secrétaire général.

Les deux syndicalistes finissent par basculer sur le terrain politique. Avec d’autres jeunes fonctionnaires, ils vont créer le parti des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) en 2014. Bassirou Diomaye y occupa successivement les fonctions de membre du comité de pilotage, de président du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap) et des diasporas et de secrétaire général, à partir d’octobre 2022.

Les Sénégalais découvriront davantage la carrure de Bassirou Diomaye à la suite du litige foncier entre les habitants du village de Ndingler (dans la même Commune de Ndiagagniao dont il est originaire) et l’entreprise sénégalaise Sedima. La notoriété qu’il tirera de ce combat qui a eu un écho national ne lui permettra pas de remporter son bastion lors des élections locales de janvier 2022. Il va perdre face au candidat du régime. Investi sur la liste des titulaires nationaux à la députation de juillet 2022, l’invalidation de la liste principale remplacée par une liste de suppléants, l’empêchera également d’entrer à l’Assemblée nationale.

Ces deux revers successifs semblaient sceller son sort. Surtout qu’à la suite du procès pour diffamation contre Sonko intenté par l’ancien ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, Faye va être emprisonné. On lui a reproché de s’en être pris à la magistrature en dénonçant ce qu’il a nommé dans un message Facebook «la clochardisation continue de la fonction». Il dénonçait alors un procès d’inéligibilité de Sonko à la présidentielle de 2024.


Il sera inculpé le 14 avril 2023 des chefs «d’outrage à magistrat, diffamation et actes de nature à compromettre la paix publique». Le secrétaire général du parti et son président vont se trouver dans les liens de la détention. Contrairement à son mentor, le procès de Bassirou Diomaye n’a jamais été enclenché. Il jouissait donc de ses droits civiques et c’est en cellule qu’un plan sera concocté pour lui permettre de participer à l’élection présidentielle.

Les difficultés ne manqueront pas sur son chemin. Et au bout d’un processus électoral à rebondissements, le voilà élu 5è président du Sénégal. Ce père de famille avec deux épouses est très attaché à ses origines paysannes. On le dit altruiste. Il abhorre par-dessus tout voir, soutient-il, les plus forts se servir de leur force pour écraser les supposés plus faibles“.


************

Mali-Sénégal : Des avantages comparatifs À exploiter

 

Le Mali et le Sénégal sont aussi unis par des liens séculaires d’ordre géographique, historique et socioculturel. Ils ont établi des relations multiformes depuis très longtemps et cela bien avant leur accession à la souveraineté internationale. Bien que la Fédération du Mali (janvier 1959-20 août 1960) n’a pas pu résister longtemps aux vents contraires, les deux pays ont su rétablir rapidement des relations bilatérales avec l’institution d’un cadre de coopération à travers la mise en place d’une Grande commission mixte de coopération. Ils entretiennent d’excellentes relations au plan politique et appartiennent aux mêmes ensembles internationaux, régionaux et sous-régionaux.

L’invitation adressée au Mali pour l’investiture du président Bassirou Diomaye Faye témoigne de la qualité des relations qu’entretiennent les deux États et la volonté des autorités des deux pays d’œuvrer au raffermissement de ces liens de coopération, mais aussi d’amitié et de fraternité.

Le Sénégal accueille plusieurs milliers de nos compatriotes dont certains s’y sont installés depuis des décennies, notamment à la faveur de la Régie des chemins de fer Dakar-Niger.

De façon générale, ces derniers ne rencontrent pas de difficultés particulières. également, le Sénégal fait partie des pays qui ont accouru au secours du Mali suite à la crise sécuritaire. Ce pays frère a participé à la consolidation de la sécurité dans les régions du Nord avec le déploiement d’un contingent de soldats dans le cadre de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), dont le mandat a pris fin le 31 décembre 2023.

Le Mali est le premier partenaire commercial du Sénégal avec plus de 50% des activités du Port de Dakar. Et depuis la finalisation de la route Dakar-Bamako, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont développés même si des difficultés persistent au nombre desquelles, il y a la non fluidité du trafic, les conflits récurrents entre les transporteurs maliens et sénégalais, les tracasseries administratives, etc.

La coopération bilatérale entre le Mali et le Sénégal couvre presque tous les domaines de la vie socioéconomique : échanges économiques et commerciaux, santé, artisanat, tourisme, éducation, formation professionnelle etc. Toutefois, cette coopération bilatérale qui reste largement en deçà des possibilités qu’offrent les deux pays mériterait d’être renforcée en exploitant davantage les avantages comparatifs. Il faut signaler que treize sessions de la grande commission mixte de coopération Mali-Sénégal se sont déjà tenues et la 14è est prévue à Bamako.

Issa DEMBELE

Lire aussi : #Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 10.

Lire aussi : #Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance a.

Lire aussi : #Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

En 2023, des températures mondiales record de l’ordre de 1.4 degré Celsius (au-dessus des moyennes préindustrielles) ont entraîné davantage de vagues de chaleur et d’inondations, mais aussi des sécheresses à grande échelle..

Lire aussi : #Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Le rapport de l’institution financière prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023.

Lire aussi : #Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Lire aussi : Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un pana.

Les articles de l'auteur

#Mali : Entrepreneuriat : Seydou KEïta présente son projet au chef de l’État

L’installation de ce complexe agroindustriel a coûté un investissement estimé à plus de 14 milliards de Fcfa. Il comprend une usine de production d’aliment bétail d’une capacité de 120 tonnes par jour, une huilerie et une usine de beurre de karité qui produiront respectivement 200 et 100 tonnes par jour.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:53

#Mali : Crise énergétique : actions tous azimuts pour soulager les populations

L’épineuse situation de la société Énergie du Mali (EDM-SA), dont le modèle est jugé obsolète et qui demande des investissements lourds pour son redressement, mobilise les efforts des autorités. Plusieurs actions sont menées dans ce sens : des actions visant à améliorer la gouvernance au sein de la société à la mobilisation des ressources pour éponger ses dettes, en passant par le raffermissement des liens avec les pays amis pouvant faciliter l’approvisionner en combustibles..

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 24 avril 2024 à 07:00

#Mali : Changement climatique : Besoin d’infrastructures pour renforcer la résilience

En 2023, des températures mondiales record de l’ordre de 1.4 degré Celsius (au-dessus des moyennes préindustrielles) ont entraîné davantage de vagues de chaleur et d’inondations, mais aussi des sécheresses à grande échelle..

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 18 avril 2024 à 09:29

#Mali : Perspectives macroéconomiques au sein de l’Uemoa : La BCEAO annonce une embellie

Le rapport de l’institution financière prévoit une réduction des déficits budgétaires qui passeraient de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2024 à 3,0% du PIB en 2025, après les 5,4% de 2023.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:39

#Mali : Conduite de la Transition : Satisfecit de la communauté malienne au Sénégal

«On est hors du pays, mais on sait que les choses avancent dans le bon sens». C’est en ces termes que le président du Haut conseil des Maliens établis au Sénégal, Salia Coulibaly, a salué la dynamique en cours dans notre pays..

Par Issa DEMBELE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:58

Mali-Sénégal : Des opportunités à exploiter

Le nouveau président sénégalais partage la même vision que les autorités de la Transition sur le principe d’une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement avantageuse. En tout cas, le président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, voit en lui un panafricaniste.

Par Issa DEMBELE


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:25

#Mali :Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye installé dans ses fonctions

Le président du Conseil national de Transition a pris part à cette cérémonie d’investiture. Le colonel Malick Diaw conduisait une forte délégation comprenant notamment le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et celui chargé des Maliens établis à l’extérieur, Mossa Ag Attaher.

Par Issa DEMBELE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:11

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner