Formation professionnelle : La SOMIKA forme ses employés en métiers

Photo de famille des participants à la formation

Par

Publié vendredi 14 janvier 2022 à 08:01, mis à jour mardi 25 janvier 2022 à 10:01
Des navires de l’US Navy, de la marine chilienne, péruvienne, française et canadienne, lors d’un exercice dans l’océan Pacifique, en 2018.

La Société des Mines de Kalana (SOMIKA), filiale du groupe Endeavour Mining a tenu, le lundi 10 Janvier 2021 , la cérémonie de lancement de formation de divers métiers au profit de 60 employés de la mine de Kalana tous maliens. C’était dans les locaux du Centre Père Michel.

Pour l’occasion, Nobert Adjor, directeur général du Centre Père Michel, Dieudonné Dembélé, Directeur Général de SOMIKA, Amara Traoré Maire de la Commune de Kalana, Mamadou Dembélé, Sous-préfet de l’Arrondissement de Kalana, Abdoulaye Kanté, Secrétaire Général du syndicat libre des travailleurs des mines du Mali (SYLTMM) étaient présents.

Cette formation a pour objectif d’assurer l’employabilité du personnel. Avec un coût total de 92 millions Fcfa, la formation va s’étaler sur 3 phases avec 20 employés formés tous les 3 mois dans les corps de métiers de menuiserie métallique, menuiserie bois, électricité et mécanique auto. Selon Charles Dougnon, Directeur des Ressources Humaines, « la mine de Kalana est en arrêt de production depuis 2017 pour éffectuer des travaux d’exploration pour l’ouverture d’une mine à ciel ouvert.  Pour diverses raisons d’ordre  technique, administratif et économique, le projet a pris du retard. En attendant la mise en œuvre du projet, la Société minière a jugé nécessaire de mettre à profit cette période de transition pour former ses employés. De l’arrêt de la production à maintenant, tous les emplois et salaires ont été maintenus dans sa globalité. »

Une première formation s’est tenue sur le site de SOMIKA, pendant 9 mois sur l’alphabétisation en français de plus de 60% des employés. Cette phase actuelle concerne la formation sur la métallurgie, la soudure, l’électricité, mécanique automobile et bien d’autres corps de métiers. Une fois cette étape franchie, ces derniers seront utilisés lors de la phase de construction et production pour éviter à l’entreprise d’aller recruter ailleurs, assure Charles Dougnon. 

Pour le directeur du Centre Père Michel, Norbert Adjor «le développement des compétences des ressources humaines est un message significatif car, il s’agit là d’outiller les personnes pour l’atteinte des objectifs sociaux en général et en particulier ceux de la SOMIKA SA». C’est donc un honneur, d’être sollicité aujourd’hui pour former ce personnel, estime-t-il. Et d’ajouter que le Centre Père Michel assure la formation pour le renforcement des  compétences professionnelles depuis 1956.

Le Secrétaire Général du comité syndical de la SOMIKA, Abdoulaye Sidibé, estime que cette formation est la bienvenue. «Cette formation est importante pour l’entreprise mais surtout pour les employés, qui pourront un jour vendre leur talent ailleurs», soutient-il. Par ailleurs, Abdoulaye Sidibé, rappelle que plus de 300 autres employés, non sélectionnés, espèrent profiter de cette opportunité.

Prenant la parole, Abdoulaye Kanté secrétaire général du syndicat libre des travailleurs des mines du Mali (SYLTMM), rappelle que SOMIKA est en difficulté depuis 2017. «Malgré cela, elle assure la charge de plus de 300 employés sans les licencier mais aussi continue d’assurer le financement de projets de développement local. Une chose jamais vu au Mali», soutient-il.

Le maire de la Commune de Kalana, Amara Traoré, développera que «le monde d’aujourd’hui, c’est l’éducation, sans cela on se retrouve sur la touche». Cette initiative est salutaire et très importante pour les habitants de la localité. Il invite les responsables de la SOMIKA à tenir en compte de l’employabilité des jeunes diplômés de la localité qui souvent possèdent des diplômes qui ne correspondent pas à la demande du marché de l’emploi.

Pour sa part le Directeur Général de la SOMIKA, Dieudonné Dembélé, a invité les bénéficiaires à s’approprier cette formation à travers les échanges. Il a assuré de son soutien au Centre Père Michel.

Oumar SANKARÉ

 

Lire aussi : Mali : Ce qu’il faut savoir de l’opération antiterroriste « Keletigui »

« Keletigui », c’est le nom de l’opération de grande envergure lancée depuis décembre 2021 par les Forces armées maliennes (FAMa) pour traquer « les groupes armés terroristes jusque dans leurs derniers retranchements »..

« L'opération est couronnée jusqu'à-là par un franc succès malgré les poses d'engins explosifs improvisés et d'embuscades auxquelles les forces armées maliennes ont vigoureusement réagi et infligé de lourdes pertes aux groupes armés terroristes », assure un communiqué de l'état-major général des armées. Le communiqué datant du 4 janvier 2022 donne des détails sur l’opération. Il indique que des interpellations ont été menées, notamment, le 22 décembre 2021 à la .

Lire aussi : Faits divers : Des voleuses professionnelles aux arrêts

Elles franchissent les frontières pour commettre leurs forfaits et sont tombées dans les mailles de la police.

Ce sont des voleuses professionnelles qui viennent de tomber dans les mailles du filet des éléments de la commissaire divisionnaire, Ouassa Keïta, du commissariat de police du 14ème arrondissement. Ce sont les dames R.D, M.D, et F.D. Les limiers ont présenté cette dernière comme étant la cheffe du groupe.
Selon nos sources, elles sont toutes de nationalité guinéenne. La plus jeune de la bande a 42 ans, alors que la doyenne a en 62. Aussi étonnant que cela puisse le paraître, c.

Lire aussi : Mali : Contamination record avec 577 cas de Covid-19 mardi

Les services de santé ont enregistré 577 nouvelles infections à la Covid-19 avec deux décès ce mardi 04 janvier 2022, sur 1750 échantillons testés.

Toutefois, les médecins ont déclaré 354 personne rétablies du coronavirus au cours des dernières 24 heures.  Aussi 988 malades  sont-ils sous traitement dans les structures de prise en charge, indique le rapport journalier du département de la Santé et du Développement social.

Lire aussi : Sauvegarde des ressources forestières : Les femmes de Makandiana à la bonne école

La formation a mis l’accent sur certaines espèces végétales comme le karité, le néré, le tamarin.