Chronique Éco: Hausse des prix des produits de base

La reprise de l’activité économique a tiré vers le haut les prix mondiaux des principaux produits de base exportés par les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa). Les cours des produits alimentaires importés ont également connu une forte progression.

Par

Publié mercredi 05 janvier 2022 à 08:03, mis à jour mardi 05 juillet 2022 à 18:39
Chronique Éco: Hausse des prix des produits de base

Entraînés par l’effet des contraintes de l’offre et de la bonne tenue de la demande, les prix internationaux ont augmenté de 21,9% en octobre 2021 par rapport à la période de 2020, après une réalisation de 16,3% en septembre dernier. En conséquence, le prix mondial du coton a gagné 54,8%, selon la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Principal produit d’exportation pour le Mali après l’or, le coton doit l’amélioration de son cours à la hausse de la demande chinoise.

Outre l’or blanc, la hausse a concerné le caoutchouc (+33,5%), le zinc (+37,7%), l’uranium (+27,7%), les engrais (+74,0%), le gaz naturel (+252%), le pétrole (+103,8%), les huiles (+72,4%), le café (+57,8%), le cacao (+14,2%) et la noix de cajou (+4,9%).

L’accroissement des cours du pétrole est imputable aux décisions de limitation de la production par l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep+). En effet, l’Opep et ses alliés (dont la Russie) ont continué de maintenir la production à des niveaux relativement bas, alors que la demande reste vigoureuse.

La flambée des cours du gaz naturel est liée à la fois à une contraction de l’offre mondiale, qui fait suite à la réduction des provisions en gaz par la Russie (via l’Ukraine), à la baisse de la production européenne et du repli des stocks. La demande robuste en Europe, en Asie et au Brésil, ainsi que des prix de carbone plus élevés ont accentué la tendance.

Les cours de l’huile de palme et de l’huile de palmiste (extraite des graines - les noyaux - du fruit du palmier à huile) ont été soutenus par la remise de perspectives de production en Malaisie, entraînée par la pénurie de main-d’œuvre. La tendance haussière a été aussi confortée par l’augmentation de la demande, en lien avec la décision de l’Inde d’abaisser les taxes sur les importations d’huiles comestibles.

Les prix des principaux produits alimentaires importés ont augmenté de 22,3% en octobre 2021, après un accroissement de 21,9% le mois précédent. Cette tendance haussière a été imprimée par le renchérissement au plan international des huiles végétales (+83,4%), du sucre (+25,4%), du blé (+22,8%), et du riz (+9,3%).

La baisse des prévisions de récoltes dans des pays exportateurs de céréales a fait grimper les prix mondiaux du riz. La décision indienne d’abaisser les taxes sur les importations d’huiles comestibles, ajoutée à la hausse de la demande, a soutenu la hausse des cours des huiles végétales. La baisse de la production et des stocks ainsi qu’une demande soutenue au niveau international continuent de pousser les prix du blé à la hausse.

Lire aussi : Accès à l’eau potable : Ouf de soulagement à Siby

Le ministre Traoré a procédé au lancement de l’opération de branchement.

Lire aussi : La douane saisit des billets de banque à Kadiana (Bougouni)

La vigilance des douaniers en poste à Kadiana, Région de Bougouni, a porté des fruits. Le bureau des douanes de cette localité a mis les bouchées doubles pour empêcher toute opération frauduleuse dans cette bande frontalière entre le Mali et la Côte d’Ivoire..

Lire aussi : FCFA : quand la monnaie décriée est placée sous embargo contre un État souverain

Celui qui doutait encore de la réalité de la souveraineté monétaire de nos pays utilisateurs du Fcfa était encore loin d’imaginer l’idée d’un embargo exercé sur cet instrument de servitude contre ces mêmes pays..

Lire aussi : Transformation digitale au Mali : Orange Mali fait un pas de géant

Selon Orange, plus de 90% des abonnés ont accès au réseau 4G.

Lire aussi : Grève des banques : Le ras-le-bol des clients

Certains trouvent indécente l’attitude des grévistes dont l’intention manifeste est de prendre en otage le paiement des salaires. Les syndicalistes, eux, se défendent de procéder ainsi pour se faire entendre.

Lire aussi : Bamako : Des ilôts de zone verte se multiplient à ACI 2000

Ils contribuent à l’amélioration des menus des ménages avec leurs cultures maraîchères.

Dans la même rubrique

Accès à l’eau potable : Ouf de soulagement à Siby

Le ministre Traoré a procédé au lancement de l’opération de branchement.

Publié 05 October 2021 a 12:07 Cheick Moctar TRAORE

La douane saisit des billets de banque à Kadiana (Bougouni)

La vigilance des douaniers en poste à Kadiana, Région de Bougouni, a porté des fruits. Le bureau des douanes de cette localité a mis les bouchées doubles pour empêcher toute opération frauduleuse dans cette bande frontalière entre le Mali et la Côte d’Ivoire..

Publié 05 October 2021 a 11:16 Cheick Moctar TRAORE

FCFA : quand la monnaie décriée est placée sous embargo contre un État souverain

Celui qui doutait encore de la réalité de la souveraineté monétaire de nos pays utilisateurs du Fcfa était encore loin d’imaginer l’idée d’un embargo exercé sur cet instrument de servitude contre ces mêmes pays..

Publié 12 January 2022 a 07:54 Cheick Moctar TRAORE

Transformation digitale au Mali : Orange Mali fait un pas de géant

Selon Orange, plus de 90% des abonnés ont accès au réseau 4G.

Publié 07 December 2021 a 10:25 Cheick Moctar TRAORE

Grève des banques : Le ras-le-bol des clients

Certains trouvent indécente l’attitude des grévistes dont l’intention manifeste est de prendre en otage le paiement des salaires. Les syndicalistes, eux, se défendent de procéder ainsi pour se faire entendre.

Publié 24 November 2021 a 10:06 Cheick Moctar TRAORE

Bamako : Des ilôts de zone verte se multiplient à ACI 2000

Ils contribuent à l’amélioration des menus des ménages avec leurs cultures maraîchères.

Publié 30 December 2021 a 09:16 Cheick Moctar TRAORE

Chronique éco: Hausse de 7,3% des transferts monétaires

Les mesures restrictives prises pour limiter la propagation de la Covid-19 avaient mis à rude épreuve familles et foyers dépendant des envois de fonds des migrants. Ceux-ci avaient été confinés dans les pays d’accueil, pendant que les moyens de transfert monétaires tournaient au ralenti dans les pays des migrants..

Publié 24 November 2021 a 10:12 Cheick Moctar TRAORE

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner