Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains.

Par

Publié vendredi 15 avril 2022 à 07:57
Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Dans un entretien accordé au site de l’Institut français, Mamou Daffé, le directeur du Centre culturel kôrè revient sur les dynamiques et autres de ce partenariat bénéfique pour le secteur culturel africain.


Ce changement s'est, tout d'abord, opéré au niveau de la dynamisation et de la compétitivité des industries culturelles et créatives, tout au long de la chaîne de valeur.


Il a appuyé le développement de l'économie numérique en accompagnant les acteurs culturels dans leur transition digitale. Il a aussi renforcé la résilience et la diversité des acteurs puisque c'est, à la fois, un programme de financement, mais aussi de professionnalisation du secteur. Enfin, il s'attaque au réseautage et à la mise en commun.

« De cette façon, le programme agit de manière structurelle sur une longue période, tout en donnant le temps aux acteurs de bien mûrir leur projet et de travailler en toute quiétude. »

Un second appel à projet a été lancé en janvier. Il vise la valorisation des contenus créatifs en favorisant l'aide à la création, la production, l'éducation à l'image, ainsi que le développement des moyens de diffusion, mais aussi de distribution physiques et numériques.

Sur recommandation de l'Union européenne, il faut donner la chance à des acteurs de gagner deux fois ce fonds, dans le but de les soutenir durablement. Une vision qui permet d'accompagner à long terme les acteurs de ces projets. Toute chose qui permet de sortir du schéma classique du financement.

 Dans le cadre du premier appel à projets relatif au Fonds de structuration des opérateurs culturels sorti en 2021, les quinze meilleurs projets ont été sélectionnés pour un financement sur trois ans. Le choix a été difficile parmi des centaines de projets, venant de treize pays de l'Afrique de l'Ouest. Le second appel était, quant à lui, axé sur le Fonds de valorisation des cultures ACP. Il s’agit d’un financement sur un an, renouvelable une fois. 

Le premier appel était très intéressant avec un montant conséquent de150. 000 euros (soit environ 95 millions de francs CFA par projet sur trois ans et couvrant plusieurs disciplines. Il y a des projets anglophones, francophones et lusophones.

Synthèse de Y. DOUMBIA

Lire aussi : Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Lire aussi : Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient ég.

Dans la même rubrique

Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:17 Youssouf DOUMBIA

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:15 Youssouf DOUMBIA

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 10:29 Youssouf DOUMBIA

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié mardi 22 mars 2022 à 08:01 Youssouf DOUMBIA

Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Publié vendredi 11 mars 2022 à 08:25 Youssouf DOUMBIA

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié vendredi 25 février 2022 à 07:56 Youssouf DOUMBIA

Musée national : Cinq œuvres d’art offertes par le sculpteur Nicolas Stomboli

Une des œuvres expliquée aux visiteurs.

Publié mercredi 05 janvier 2022 à 08:04 Youssouf DOUMBIA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner