#Mali : Réunion des ministres de l’AES : Les grandes décisions de Ouagadougou

Elles se rapportent notamment à la révision de la Charte de l’Alliance des État du Sahel (AES), à l’amélioration du traité portant création de la Confédération et à la question de l’Autorité du Liptako-Gourma. Ces décisions seront soumises à l’approbation du sommet inaugural des chefs d’États de l’organisation sahélienne

Publié vendredi 16 février 2024 à 19:48 , mis à jour mardi 23 avril 2024 à 20:35
#Mali : Réunion des ministres de l’AES : Les grandes décisions de Ouagadougou

 Le ministre état burkinabé (c) préside la cérémonie de clôture de la rencontre



 

La réunion des ministres de l’Alliance des États du Sahel (AES) qui s’est tenue jeudi dernier à Ouagadougou au Burkina Faso, s’est achevée sur une note de satisfaction. Elle avait pour objectif de préparer l’ensemble des documents qui seront soumis à la validation de la Conférence des chefs d’État membres de l’AES. La cérémonie de clôture était présidée par le ministre d’État, ministre de la Défense et des Anciens combattants du Faso, le général de brigade Kassoum Coulibaly.

À l’issue de cette rencontre ayant enregistré la participation d’une vingtaine de ministres des trois États, les conclusions ont été présentées par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’Extérieur, Karamoko Jean-Marie Traoré. En ce qui concerne la Charte de l’AES, les ministres n’ont pas jugé nécessaire de procéder à sa révision. Cependant, tenant compte des références faites au traité révisé de la Cedeao dans la Charte et du retrait sans délai de cette organisation, ils ont convenu que le traité portant création de la Confédération prenne acte de ce retrait et qu’il doit être fondé sur des références historiques propres aux peuples du Sahel.

Ils ont, en outre, fait l’option d’une architecture institutionnelle légère comprenant les sessions du collège des chefs d’État, les sessions du conseil des ministres et les sessions des représentants des parlements. Ils ont par ailleurs engagé les ministres chargés des Affaires étrangères à l’effet de poursuivre la réflexion sur le traité en vue de son amélioration avant la tenue de la session inaugurale du sommet des chefs d’État.

Concernant la question de l’Autorité du Liptako-Gourma, les ministres ont recommandé qu’elle soit inscrite à l’ordre du jour du prochain sommet des chefs d’État de l’AES.

 À propos de l’élaboration de la Charte graphique de l’AES, ils ont adopté le projet de termes de référence proposé par la réunion des hauts fonctionnaires. Pour ce qui est de la communication de l’AES, les ministres, en attendant la mise en place définitive de l’Alliance, ont approuvé les propositions de mesures et d’actions urgentes pour renforcer sa visibilité et son appropriation par les populations de l’espace et par les partenaires. Ils ont également approuvé l’ordre du jour et le communiqué final de la session inaugurale du sommet des chefs d’État.

 

CONFISCATION ILLÉGALE- La réunion de Ouagadougou a recommandé aussi d’élaborer la feuille de route de la Confédération des États de l’AES, d’accélérer la mise en œuvre des mesures et actions proposées dans le cadre de l’organisation de la communication et de l’élaboration de la charte graphique de l’Alliance, d’élaborer dans les meilleurs délais, des projets de protocoles additionnels relatifs à la répartition des compétences entre la Confédération et les États confédérés, d’élaborer dans l’urgence des projets de protocoles additionnels relatifs à la libre circulation des personnes et des biens, à la défense et à la sécurité pour faire face aux implications liées au retrait des États de l’AES de la Cedeao. Mais aussi, la mise en place d’un cadre de concertation pour gérer les implications liées au retrait de la Cedeao et identifier des partenaires stratégiques.

Les ministres ont condamné la confiscation illégale et illégitime des avoirs du Niger par l’Uemoa à travers la Bceao. Ils ont adopté une motion spéciale de solidarité pour ce pays. Dans cette motion lue par le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, les ministres exigent la levée sans délai de cette mesure inique qui ne vise qu’à punir injustement un peuple dont le seul tort est d’aspirer à la pleine jouissance de sa souveraineté et la prise en main de son destin. Ils ont exprimé leur solidarité au gouvernement et au peuple nigériens et exigé la restitution sans délai de ces avoirs.

Dans son discours de clôture, le général Kassoum Coulibaly dira qu’au regard des résultats auxquels la rencontre est parvenue, il y a lieu de se féliciter pour l’atteinte des objectifs fixés. Selon lui, la dynamique enclenchée à Bamako et qui s’est poursuivie à Ouagadougou est une preuve supplémentaire que «nous sommes sur la bonne voie : celle de la souveraineté retrouvée, la paix et la sécurité pour nos populations ainsi que le développement harmonieux de nos États».

En marge de la réunion, les trois délégations ministérielles ont été reçues en audience par le chef d’État burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré. Conduites par le ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le colonel Abdoulaye Maïga, les délégations ont mis à profit cette audience pour lui faire le compte rendu des conclusions de leurs travaux et solliciter les conseils et orientations pour les prochaines étapes.

À l’issue de l’audience, le ministre Maïga a indiqué qu’ils étaient venus transmettre les chaleureuses salutations et remerciements du colonel Assimi Goïta et du général Abdourahmane Tiani au président du Faso. «Nous sommes à Ouagadougou dans le cadre des préparatifs du sommet des chefs d’États de l’Alliance des États du Sahel prévu pour bientôt.

Avant notre réunion, les experts des trois pays ont eu le temps d’échanger sur un certain nombre de documents. Il était normal dans un premier temps de venir rendre compte au capitaine Traoré et dans un second temps, bénéficier de ses sages conseils et recommandations pour aller dans le sens de la matérialisation de la vision commune des trois chefs d’État», a indiqué le colonel Abdoulaye Maïga.

Envoyé spécial

Dieudonné DIAMA

Lire aussi : #Mali :Dialogue inter-Maliens : Bon départ

Ce processus qui se veut sans interférence extérieure, vise à amener nos compatriotes à discuter des préoccupations essentielles, à se pardonner et se réconcilier. La phase communale, tenue du 13 au 15 avril, a suscité une grande mobilisation des populations qui sont venues exprimer leurs po.

Lire aussi : #Mali : Session ordinaire d’avril du Conseil national de Transition : Une vingtaine de projets et de propositions de loi à examiner

Les travaux ont été lancés lundi dernier. La session planchera notamment sur les projets de code pénal et de code de procédure pénale et ceux relatifs au financement des projets de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité.

Lire aussi : #Mali :Dialogue inter-Maliens : Échanges francs avec les partis politiques et les membres du CNT

La tenue du Dialogue inter-Maliens a été annoncée par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors de son adresse à la nation le 31 décembre dernier. Elle vise à sortir définitivement notre pays du cycle de la violence, mais aussi de la haine et de l’intolérance.

Lire aussi : #Mali ; 148è Assemblée de l’union interparlementaire : Le 6ème vice-président du CNT porte la voix du Mali

Le 6è vice-président du Conseil national de Transition (CNT), Hamidou Traoré, président délégué à l’Union interparlementaire (UIP), a porté la voix du Mali à la 148è assemblée de cette organisation. Il était accompagné par d’autres membres de l’organe législatif..

Lire aussi : #Mali: 148è Assemblée de l’union interparlementaire : Le 6ème vice-président du CNT porte la voix du Mali

Le 6è vice-président du Conseil national de Transition (CNT), Hamidou Traoré, président délégué à l’Union interparlementaire (UIP), a porté la voix du Mali à la 148è assemblée de cette organisation. Il était accompagné par d’autres membres de l’organe législatif..

Lire aussi : #Mali : Commémoration du 26 mars : Le chef de l’État invite à s’unir davantage autour du Mali

Le colonel Assimi Goïta a lancé cet appel lors d’une interview accordée à la presse après avoir déposé une gerbe de fleurs au monument des Martyrs. Il a saisi l’occasion pour féliciter et remercier toutes les Maliennes et tous les Maliens pour leur résilience face aux multiples défis.

Les articles de l'auteur

#Mali :Dialogue inter-Maliens : Bon départ

Ce processus qui se veut sans interférence extérieure, vise à amener nos compatriotes à discuter des préoccupations essentielles, à se pardonner et se réconcilier. La phase communale, tenue du 13 au 15 avril, a suscité une grande mobilisation des populations qui sont venues exprimer leurs points de vue et attentes sur les cinq thématiques retenues pour ces assises.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 18 avril 2024 à 09:19

#Mali : Session ordinaire d’avril du Conseil national de Transition : Une vingtaine de projets et de propositions de loi à examiner

Les travaux ont été lancés lundi dernier. La session planchera notamment sur les projets de code pénal et de code de procédure pénale et ceux relatifs au financement des projets de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 11 avril 2024 à 09:23

#Mali :Dialogue inter-Maliens : Échanges francs avec les partis politiques et les membres du CNT

La tenue du Dialogue inter-Maliens a été annoncée par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors de son adresse à la nation le 31 décembre dernier. Elle vise à sortir définitivement notre pays du cycle de la violence, mais aussi de la haine et de l’intolérance.

Par Dieudonné DIAMA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:47

#Mali ; 148è Assemblée de l’union interparlementaire : Le 6ème vice-président du CNT porte la voix du Mali

Le 6è vice-président du Conseil national de Transition (CNT), Hamidou Traoré, président délégué à l’Union interparlementaire (UIP), a porté la voix du Mali à la 148è assemblée de cette organisation. Il était accompagné par d’autres membres de l’organe législatif..

Par Dieudonné DIAMA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:35

#Mali: 148è Assemblée de l’union interparlementaire : Le 6ème vice-président du CNT porte la voix du Mali

Le 6è vice-président du Conseil national de Transition (CNT), Hamidou Traoré, président délégué à l’Union interparlementaire (UIP), a porté la voix du Mali à la 148è assemblée de cette organisation. Il était accompagné par d’autres membres de l’organe législatif..

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:32

#Mali : Commémoration du 26 mars : Le chef de l’État invite à s’unir davantage autour du Mali

Le colonel Assimi Goïta a lancé cet appel lors d’une interview accordée à la presse après avoir déposé une gerbe de fleurs au monument des Martyrs. Il a saisi l’occasion pour féliciter et remercier toutes les Maliennes et tous les Maliens pour leur résilience face aux multiples défis.

Par Dieudonné DIAMA


Publié mercredi 27 mars 2024 à 06:59

#Mali :Sanctions financières ciblées contre les terroristes : Portée, conséquences et implications

Par cette décision, l’État malien notifie au reste du monde surtout aux pays susceptibles de les abriter, que ces acteurs sont des terroristes. Qui ne doivent plus pouvoir procéder à des flux financiers, ni bénéficier de mobilité notamment par les moyens aériens, terrestres ou même fluviaux.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 21 mars 2024 à 07:09

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner