Militaires à la barre (suite et fin) : Peines proportionnelles à l’acte

Ils étaient suspectés de violation de consignes militaires, détournement d’armes et de minutions de guerre et recel

Par

Publié mardi 18 janvier 2022 à 08:14
Militaires à la barre (suite et fin) : Peines proportionnelles à l’acte

Les débats ont permis de savoir que les principaux auteurs étaient les adjudants-chefs Moussa Traoré, Boubacar Coulibaly et le sergent Sékou Sacko. Dans sa réquisition, le ministère public est revenu sur les faits tels qu’ils s’étaient produits. Les débats selon lui, ont élucidé les faits. Le parquet a indiqué qu’excepté l’adjudant-chef Boubacar Coulibaly, tous les autres inculpés ont reconnu les actes à toutes les étapes de la procédure.

Le parquet a ensuite fait la part des choses dans la commission du forfait. Pour l’avocat général, l’adjudant-chef Moussa Traoré a violé les consignes militaires dans sa gestion du magasin ce qui lui a poussé à détourner les armes. Et que les nommés Sékou Sacko et Boubacar Coulibaly se sont rendus complices des faits de détournement des armes et recel. «Moussa est le cerveau. Les faits ont démontré qu’il a vendu à Moulaye Haïdara trois fusils mitraillettes (FM) avec la complicité de Sékou et de Boubacar», a fait savoir le parquet ajoutant que cela suffisait pour asseoir sa culpabilité.

Le défenseur des citoyens est allé jusqu’à dire que le magasinier distribuait les armes comme des petits-pains profitant de la légèreté de la hiérarchie. Mieux encore se référant à leur mode opératoire, le magistrat débout enchainera que le trio de militaires n’a pas détourné que des armes mais également des explosifs. Ces complices, a-t-il pensé, sont plus dangereux que lui, «ils démarchaient les clients moyennant une commission.

Mieux, ils choisissaient eux-mêmes les armes à vendre, d’où le fait que des paramilitaires se retrouvent mêlés dans cette affaire. Leur détournement a dépassé Kayes pour couvrir tout le Mali». Pour lui, ils sont tous coupables des faits de violation de consignes militaires, de détournement et complicité, de recel et de détention illégale d’armes de guerre. «Si l’armée a une plaie aujourd’hui, c’est que ce sont des militaires qui détournent nos armes pour les revendre à nos ennemis», a-t-il déclaré.

En fin de plaidoirie, il a requis au Tribunal d’être indulgent à l’endroit des paramilitaires, à condamner les commerçants à la peine exemplaire et les militaires auteurs au maximum de la peine conformément au code de justice militaire. Comme il fallait s’y attendre, la défense n’était pas de cet avis. Elle a, à l’unanimité, déploré la violation des droits des accusés tout en demandant l’annulation de la procédure. Par ailleurs, dans leurs plaidoiries, les conseils ont plus ou moins plaidé coupable en sollicitant la clémence du tribunal par de larges circonstances atténuantes. Le conseil de l’adjudant-chef Moussa Traoré a joué la stratégie des services rendus à la nation par son client avant de solliciter la clémence du tribunal. Les conseils de ces co-accusés sont allés dans le même sens excepté celui de l’adjudant-chef Boubacar Coulibaly qui a plaidé non coupable pour n’avoir possédé aucune arme encore moins la vendre.

Après délibération, le Tribunal a rendu son délibéré permettant ainsi de fixer les 17 prévenus cités dans le dossier sur leur sort. Le principal auteur, l’adjudant-chef Moussa Traoré a écopé de cinq ans d’emprisonnement ferme. Trois ans de prison ferme ont été requis pour les nommés Sékou Sacko et Boubacar Coulibaly. Leur client principal Moulaye Haïdara, ainsi que Abdoul Diallo et Hama Bah ont été condamnés à un an avec sursis. Deux des accusés dont l’adjudant Hady Sow et l’adjudant-chef Cheick Sidi Bengalmy ont été acquittés.

Le nommé Jahani Mohamed Maouloud qui était absent au procès, s’en est sorti avec une année de prison ferme avec un mandat d’arrêt à l’audience. Les accusés restants ont été condamnés à six mois d’emprisonnement avec sursis. Les prévenus doivent collectivement payer au titre de dommages et intérêts 7 millions de Fcfa comme dommages-intérêts à la Direction du Matériel, des Hydrocarbures et du Transport des Armées.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme.

Lire aussi : #Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Lire aussi : La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Les deux amis paient pour leurs comportements

Ils se promenaient librement avec une arme à feu dans leur voiture. L’un deux n’a pas hésité à en faire usage en tirant à bout portant sur une de leur connaissance.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Des peines proportionnelles aux actes

Vendredi dernier au cours des travaux de la Cour d’assises, les jurés ont siégé uniquement sur des affaires se rapportant aux infractions de mœurs.

Les articles de l'auteur

#Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly, Mamadou Konta, Badra Dembélé et Alfousseyni Dienta. Le plus jeune a 16 ans, le plus âgé 25 et les deux autres en ont 18..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:18

Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme à feu et complicité »..

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 21 février 2024 à 07:54

#Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:35

La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 15 février 2024 à 09:27

Cour d’assises de Bamako : Les deux amis paient pour leurs comportements

Ils se promenaient librement avec une arme à feu dans leur voiture. L’un deux n’a pas hésité à en faire usage en tirant à bout portant sur une de leur connaissance.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 13 février 2024 à 08:08

Cour d’assises de Bamako : Des peines proportionnelles aux actes

Vendredi dernier au cours des travaux de la Cour d’assises, les jurés ont siégé uniquement sur des affaires se rapportant aux infractions de mœurs.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 12 février 2024 à 07:59

#Mali : Cour d’assises de Bamako : L’accusé écope de 20 ans de réclusion criminelle

Aly Coulibaly, cultivateur de son État a comparu pour des faits d’assassinat, suite à un différend l’opposant à d’autres membres de sa famille pour la construction d’une maison dans la cour familiale..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:13

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner