#Mali : Le gouvernement suspend les activités des partis politiques

Les activités des partis politiques et celles à caractère politique des associations sont interdites jusqu'à nouvel ordre au Mali pour raison d'ordre public.

Publié mercredi 10 avril 2024 à 21:53 , mis à jour mardi 21 mai 2024 à 04:21
#Mali : Le gouvernement suspend les activités des partis politiques

Les autorités de la Transition ont pris cette décision à travers un projet de décret adopté en Conseil des ministres de ce mercredi 10 avril et lu à la télévision dans un flash spécial par le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga. Selon le gouvernement, cette mesure restrictive fait suite au constat de multiplication «des activités à caractère subversif de partis et associations, face aux multiples défis auxquels le pays est confronté».


Ainsi, le gouvernement rappelle qu'au sens de ces lois, les partis politiques sont des organisations de citoyens unis par un idéal, prenant la forme d'un projet de société, pour la réalisation duquel ils participent à la vie politique par des voies démocratiques. Quant à l'association, elle est la convention par laquelle plusieurs personnes mettent en commun d'une façon permanente leurs connaissances ou leurs activités dans un but autre que de partager des bénéfices.


Qu'en ce sens, la loi relative aux associations n'autorise pas les partis politiques à former des regroupements sous la forme associative. Alors que «ces regroupements sont constitués sous la forme d'associations non déclarées qui n'ont plus d'existence légale depuis l'adoption de l'Ordonnance n°2024-008/PT-RM du 28 mars 2024 portant modification de la loi relative aux associations», explique le document.


Avant de souligner que face aux multiples défis auxquels le pays est confronté, les autorités de la Transition ont engagé des actions holistiques prenant en compte aussi bien les questions sécuritaires que celles de développement pour assurer le bien-être des populations. 


Malgré la volonté et la disponibilité des autorités à agir avec le consensus du peuple et la clarté des dispositions législatives et règlementaires qui encadrent les actions des partis politiques et des autres formes d'organisations à caractère politique, «les actions de subversion des partis politiques et de leurs alliés ne font que se multiplier», dénonce le gouvernement de Transition.


Au regard de ces constats, pour raison d'ordre public, «le projet de décret adopté suspend les activités des partis politiques et les activités à caractère politique des associations jusqu'à nouvel ordre sur toute l'étendue du territoire national», annonce le communiqué. 


Il convient de signaler que cette suspension des activités des partis politiques intervient dans un contexte crucial de la vie de notre pays marqué par le débat politique sur la fin de la Transition. En effet une partie de la classe politique dans un regroupement a indiqué le 31 mars dans une déclaration commune avoir acté la fin de la Transition conformément au décret présidentiel du 06 juin 2022 qui fixait la durée de la Transition à 24 mois à compter du 26 mars 2022 après des négociations intenses avec la Cédeao.


En réaction, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a dénoncé un faux débat et apporté des éclairages vendredi dernier à l'occasion de la rencontre du Comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens avec les membres du gouvernement à la Primature. Dans son élément de réponse, il ressort que la Transition en cours prendra fin avec l’investiture d’un président élu.


Selon lui, il y a trois référentiels qui guident la Transition à nos jours. Il s'agit de la Constitution, la Charte révisée de la Transition et le décret présidentiel du 06 juin 2022 qui sont claires sur l'issu de la Transition qui prend fin avec l'investiture du nouveau président élu à travers l'élection présidentielle organisée par les autorités de la Transition. 


Notamment l'article 190 de la nouvelle Constitution qui dispose : «Jusqu'à la mise en place de nouvelles institutions, les institutions établies continuent d'exercer leurs fonctions et leurs attributions». Aussi, la mesure restrictive intervient-elle à quelques jours du début du Dialogue inter-Maliens initié par le chef de l’État dont la phase communale est prévue du 13 au 15 avril prochain. 

Aboubacar TRAORE

Lire aussi : #Mali : Iran : Le président Ebrahim Raïssi décédé suite au crash de son hélicoptère dimanche

Le président iranien Ebrahim Raïssi est mort dans le crash de son hélicoptère, dont l'épave a été découverte à l'aube ce lundi 20 mai 2024.

Lire aussi : #Mali : La justice ouvre une enquête contre deux organisations pour « atteinte au crédit et à la sureté de l'État »

Dans un communiqué diffusé ce jeudi 16 mai, le procureur du Pôle national de lutte contre la cybercriminalité a annoncé avoir ouvert une enquête judiciaire contre les responsables de deux organisations dénuées de toute existence juridique, pour avoir annoncé la mise en place d'organes et in.

Lire aussi : #Mali : Académie Bamako Rive gauche : Deux forages pour le cap de Banconi et le groupe scolaire Sikoro de Sourakabougou

C’est dans la joie que les habitants du quartier de Banconi en Commune I du District de Bamako; notamment la communauté éducative de l’Académie d’enseignement Rive gauche ont accueilli l’équipe des œuvres sociales du président de la Transition. Son conseiller spécial, chargé de la co.

Lire aussi : #Mali : Lutte contre le terrorisme : Nouvelle reddition de terroristes à Ansongo

Parmi les repentis, il y a un chef terroriste. La hiérarchie militaire explique que la reddition et la repentance sont les seules voies de recours pour les Maliens ayant conscience qu’ils ont été entraînés dans une aventure funeste contre la nation. Elle rassure l’opinion que les FAMa reste.

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : Le président de la transition reçoit le rapport final du comité de pilotage

Les Maliens ont répondu à l’appel du chef de l’État en se mettant autour de la table pour analyser en profondeur les préoccupations majeures de la nation et proposer des pistes pour la réconciliation nationale, l’instauration de la paix et le développement durable. Nos compatriotes, y co.

Lire aussi : #Mali : Deux combattants dont un chef terroriste font reddition aux FAMa à Ansongo (Gao)

Après ceux d’Aguelhoc d’il y a quelques jours, ce dimanche 12 mai 2024, deux autres combattants armés dont un chef terroriste du fuseau Ansongo dans la Région de Gao ont fait reddition aux FAMa avec leurs armes..

Les articles de l'auteur

#Mali : Iran : Le président Ebrahim Raïssi décédé suite au crash de son hélicoptère dimanche

Le président iranien Ebrahim Raïssi est mort dans le crash de son hélicoptère, dont l'épave a été découverte à l'aube ce lundi 20 mai 2024.

Par Aboubacar TRAORE


Publié lundi 20 mai 2024 à 10:44

#Mali : La justice ouvre une enquête contre deux organisations pour « atteinte au crédit et à la sureté de l'État »

Dans un communiqué diffusé ce jeudi 16 mai, le procureur du Pôle national de lutte contre la cybercriminalité a annoncé avoir ouvert une enquête judiciaire contre les responsables de deux organisations dénuées de toute existence juridique, pour avoir annoncé la mise en place d'organes et institutions parallèles aux autorités de la Transition..

Par Aboubacar TRAORE


Publié vendredi 17 mai 2024 à 17:40

#Mali : Académie Bamako Rive gauche : Deux forages pour le cap de Banconi et le groupe scolaire Sikoro de Sourakabougou

C’est dans la joie que les habitants du quartier de Banconi en Commune I du District de Bamako; notamment la communauté éducative de l’Académie d’enseignement Rive gauche ont accueilli l’équipe des œuvres sociales du président de la Transition. Son conseiller spécial, chargé de la coordination des œuvres sociales venait y inaugurer deux châteaux d’eau au profit du Centre d’animation pédagogique (Cap) de Banconi et du Groupe scolaire Sikoro Sourakabougou..

Par Aboubacar TRAORE


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:18

#Mali : Lutte contre le terrorisme : Nouvelle reddition de terroristes à Ansongo

Parmi les repentis, il y a un chef terroriste. La hiérarchie militaire explique que la reddition et la repentance sont les seules voies de recours pour les Maliens ayant conscience qu’ils ont été entraînés dans une aventure funeste contre la nation. Elle rassure l’opinion que les FAMa resteront vigilantes et déterminées à protéger les communautés contre toutes menaces.

Par Aboubacar TRAORE


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:39

#Mali : Dialogue inter-Maliens : Le président de la transition reçoit le rapport final du comité de pilotage

Les Maliens ont répondu à l’appel du chef de l’État en se mettant autour de la table pour analyser en profondeur les préoccupations majeures de la nation et proposer des pistes pour la réconciliation nationale, l’instauration de la paix et le développement durable. Nos compatriotes, y compris ceux de la diaspora, ont formulé plus de 300 recommandations et résolutions..

Par Aboubacar TRAORE


Publié mardi 14 mai 2024 à 07:50

#Mali : Deux combattants dont un chef terroriste font reddition aux FAMa à Ansongo (Gao)

Après ceux d’Aguelhoc d’il y a quelques jours, ce dimanche 12 mai 2024, deux autres combattants armés dont un chef terroriste du fuseau Ansongo dans la Région de Gao ont fait reddition aux FAMa avec leurs armes..

Par Aboubacar TRAORE


Publié lundi 13 mai 2024 à 22:25

#Mali : Dialogue inter-Maliens : La prorogation de la Transition de 2 à 5 ans au sommet des recommandations

Clap de fin pour les travaux du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale tenus du 13 avril au 10 mai, de la base au sommet..

Par Aboubacar TRAORE


Publié vendredi 10 mai 2024 à 23:22

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner