#Mali : Cour d’assises de Bamako : 5 ans de prison pour le quatuor

Armes à la main, ils se sont introduits dans l’échoppe d’une commerçante, puis l’ont obligée à leur remettre le contenu de la caisse. L’opération s’est soldée par un échec

Publié jeudi 25 avril 2024 à 09:16
#Mali : Cour d’assises de Bamako : 5 ans de prison pour le quatuor

Courant octobre 2022, Moussa Kansaye, Bénoît Diarra, Sidy Coulibaly et Bakary Sacko ont, de concert, porté atteinte au commerce de la dame Marguerite Dembélé en la braquant avec une arme. À l’origine de leur acte répréhensible, l’appât du gain facile.


Les juges n’ont pas manqué de leur rappeler leur mauvaise conduite conformément aux dispositions des articles 253, 24 et 175 du Code pénal du 12 novembre 2004 régissant les armes et munition au Mali.

De l’acte d’accusation et de renvoi devant la Cour d’assises, il ressort que le jeudi 22 octobre 2022 à Daoudabougou en Commune V du District de Bamako, aux environs de 17 heures, Bénoît Diarra usant de manœuvres se fit passer comme un client venant acheter de la boisson dans la boutique apparentant à la dame Marguerite Dembélé. Ce client d’un autre genre en a profité pour entrainer la propriétaire hors de son comptoir.

Aussitôt Moussa Kansaye en profitait pour pointer sur elle un pistolet de fabrication artisanale, en lui intimant l’ordre de  leur donner l’argent de sa caisse. Prise de peur, la dame s’exécuta sans broncher. Après leur forfait, les braqueurs sortirent de la boutique et, au même moment, la commerçante s’est mise à  crier pour alerter les secours.

C’est ainsi que dans la foulée Moussa Kansaye et Bénoît Diarra ont été maîtrisés par la clameur publique et conduits devant les autorités compétentes. Leur interpellation a mené les policiers enquêteurs sur les traces de leurs complices qui ont été aussi interpellés avant d’être déférés. C’est comme cela que le quatuor s’est retrouvé devant les juges pour répondre de ses actes conformément à la loi.

 

Détaillés à la virgule près- Durant la procédure, les inculpés ont reconnu les faits dès l’enquête préliminaire. Il en a été de même devant le juge d’instruction. Ils sont restés constants dans cette attitude jusqu’à la barre. Difficilement, il pouvait en être autrement à partir du moment où ils avaient été pris quasiment la main dans le sac. Cependant, face aux juges, les quatre ont manifesté leur regret. Ils ont détaillé les faits tout en expliquant le degré de participation de chacun à la virgule près, tels que cela  ressortait dans l’arrêt de renvoi.

 Avec ces aveux, les choses devenaient plus faciles et pour le parquet et pour le conseil. Sachant que les carottes étaient cuites pour eux, les inculpés n’avaient d’autres choix que de solliciter la clémence de la Cour. Du point de vue du ministère public, les faits sont non seulement clairs, mais ils aussi très graves. Partant de là, sans vouloir détailler outre mesure le parquet a requis de les maintenir dans les liens de l’accusation en tenant compte de leur jeune âge.

Quant au conseil, il est revenu sur la gravité des faits reprochés à ses clients. L’avocat a estimé que les inculpés sont victimes de mauvaises fréquentations. « Ce sont des novices. Ils sont à leur première infraction », a-t-il plaidé, tout en centrant la défense sur les degrés d’implication de chacun des inculpés.

En fin de compte la Cour les a reconnus coupables des faits, mais leur a néanmoins accordé des circonstances atténuantes. C’est ainsi que les quatre ont écopé de cinq ans de prison chacun.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Lire aussi : #Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts

Un client sollicite les services d’un conducteur de mototaxi. Ce dernier accepte sans savoir que c’était pour le livrer à ses complices braqueurs.

Lire aussi : #Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Lire aussi : #Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Lire aussi : #Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?.

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Les articles de l'auteur

#Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:44

#Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts

Un client sollicite les services d’un conducteur de mototaxi. Ce dernier accepte sans savoir que c’était pour le livrer à ses complices braqueurs.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 10 juin 2024 à 07:27

#Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 18:21

#Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:11

#Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:08

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner