Faits divers, Moribabougou : Un trio hors pair dos au mur

Ils sévissaient avec professionnalisme d’un pays à un autre et ciblaient les établissements bancaires. Les policiers ont finalement eu raison d’eux…

Publié lundi 18 septembre 2023 à 07:41
Faits divers, Moribabougou : Un trio hors pair dos au mur

Ce sont des braqueurs professionnels d’un genre un peu particulier qui sont tombés dans les mailles du filet des éléments du commissariat de police de Moribabougou que dirige le commissaire divisionnaire Salim Cissé.

Au nombre de trois personnes, ces individus qui ont, à un moment donné sérieusement perturbé le sommeil des populations de certains quartiers de Bamako, évoluent au sein d’un réseau de braqueurs internationaux commettant des vols d’argent par filature. Il s’agit des nommés Chigorie Nnebuo, Abraham Omale et Akowonjo Taofeek Olanji.

Celui-là même que les limiers ont présenté comme étant le commanditaire du groupe, non moins le cerveau. De nationalité nigériane, chacun d’eux a fêté ses vingt ans. Ils sont tous âgés d’au moins 30 ans. Contrairement aux malfrats de leur acabit, ils auraient tous un métier bien connu dans leur vie. Si le premier est conducteur de mototaxi, les deux autres sont respectivement employé de commerce et tailleur. Qu’à cela ne tienne, ils ont tout simplement opté de mettre leur savoir-faire au profit du mal.

L’appât du gain facile en est sûrement pour quelque chose. À la différence de certains bandits qui évitent d’avoir une spécialité dans la commission des infractions, ces mordus d’argent se sont spécialisés dans l’extorsion des biens de leurs victimes, les agressions physiques et le braquage à mains armées.

Mieux encore, ces dangereux voleurs qui ont opté pour la facilité, évoluaient depuis un bon moment entre certains pays de la sous-région, notamment le Bénin, le Nigeria et le nôtre. Rien d’étonnant qu’ils soient spécialisés dans le crime transfrontalier puisqu’ils voyageaient spécialement au-delà des frontières pour sévir quand l’envie les prenait. Leurs cibles ? Les clients fortunés des établissements bancaires de la place. Et dès qu’ils foulaient leurs pieds au sol, le trio ne visait que les banques de la place.

« Chaque sortie du nommé Akowonjo équivaut à une opération menée sur un pays », nous a-t-on appris à la police. Dans la pratique, c’est une bande qui agissait suivant le rôle dévolu à chacun des membres. Le nommé Akowonjo Taofeek Olanji jouait le guetteur en identifiant les victimes dans les banques tandis que ses seconds, les nommés Abraham Omale (artilleur) et Chigorie Nnebuo, (chauffeur) menaient l’opération sur une mototaxi.

Ceux-ci sont connus et reconnus pour leur spécialité. Le premier est connu pour sa gâchette facile tandis que l’autre réputé être un as au guidon d’un engin à deux roues. Dans certains cas, la bande à  Akowonjo Olanji n'hésitait pas une seconde à faire usage d'une arme à feu  pour arracher à leurs victimes leurs biens. Et par-dessus tout, la clique semblait bien organisée. La preuve ? Lorsqu’ils décidaient d’agir, ils organisaient leur plan de braquage à partir du Nigéria avec l'expertise du chef de la bande qui fréquente notre pays depuis 6 ans.

Précisons que celui-ci était tailleur avant de se lancer dans les activités criminelles.

 Cela explique clairement la facilité par laquelle ce dernier procédait pour sévir. Ainsi, il planifiait seul les éventuelles attaques quelques temps bien avant l'opération proprement dite. Une fois qu'il avait la certitude que son plan avait plus de 90% de chance de réussite, il faisait appel à ses deux guerriers. Le rendez-vous est ainsi donné à Bamako où ils élisent domicile dans un hôtel de la place sis à Missabougou. Le jour de l'opération, le guetteur, c'est-à-dire le cerveau de la bande prend position dans le hall de la banque et observe les mouvements de clients qui font des retraits de grosses sommes d'argent.

Après, il les suit jusqu'à la sortie avant d'alerter ses complices suscités par téléphone en leur donnant la description de la victime et son engin pour filature et exécution de leur projet criminel. Une fois l'opération réussie, ils se retrouvent dans leur chambre d'hôtel et partagent leur butin avant de quitter le jour suivant le territoire malien pour regagner leur pays dans la perspective d'une prochaine opération.

C'est ainsi que, durant un bon moment, "Akowonjo Tapfeek Olandji" et sa clique ont semé peur et désolation au sein des populations victimes jusqu'à ce jour où les données ont brusquement changé sans qu'ils ne puissent rien faire. Nous étions précisément le 08 septembre dernier aux environs de 11 heures.

Au terme d'une opération policière menée avec professionnalisme par les hommes du commissaire divisionnaire Salim Cissé du commissariat de police de Moribabougou, le trio est tombé. Vu les dégâts qu'ils avaient causés, leurs dossiers ne pouvaient pas du tout trainer sur les bureaux des limiers. Depuis lors, les quidams dorment bien au chaud derrière les barreaux. Mais avant leur interpellation, les policiers avaient mené des actions discrètes qui nécessitaient la collaboration des populations victimes. Il ne pouvait en être autrement. La cause ? Les bandits avaient multiplié les attaques dans différents endroits de la ville de Bamako et ses environs.

Comme ce fut le cas à la date du 13 avril dernier où leur groupe a dépossédé un client fortuné qui venait de faire un retrait de 40 millions de Fcfa. Ce dernier a été soulagé de cette somme le même jour. Ce n'est pas tout. Quelques jours après, précisément le 02 août, aux environs de 15 heures, un autre riche a subi le même sort à Moribabougou par les membres de la clique à sa sortie de la banque sur un montant colossal de 29 millions de Fcfa avant de recevoir une balle dans le dos.

Pour ne citer que cela. Il sera prouvé plus tard que toutes ces attaques avaient été  minutieusement préparées et perpétrées sous la menace  d'armes à feu. Et que c'était toujours la même bande qui en était l'auteur. À leur compteur, six opérations commises sur sept victimes portant sur un montant colossal d’un peu plus de 200 millions de Fcfa.

Face à la situation, le divisionnaire Salim Cissé a décidé de prendre en main l’affaire et de mettre un terme aux agissements de la bande peu recommandable. Et c’est ce qui s’est passé. C’est ainsi qu’en fin connaisseur, l’officier de police a, d’une manière propre à eux, exploité les images de vidéosurveillance des banques qui ont permis d'identifier les membres. Et débuta alors la traque des membres par ses hommes. De fil en aiguille, les limiers apprendront que les vagabonds qui composent la bande agissaient par filature.

Cela était suffisant pour que ses hommes exploitent à fond cela pour finalement interpeller le présumé chef de la bande. Précisons que c’est au cours de cette interpellation et vu la distance entre le commissariat de Moribabougou et le siège de l'Ecobank avec le risque d'embouteillage et dans un souci de ne pas les voir filer avant leur arrivée, celui de Torokorobougou a collaboré dans leur interpellation avec le concours des éléments de la garde nationale désignés à la banque aussi bien des riverains.

 

Les trois membres de la bande ont été alors interpellés. À la suite des faits, les deux ont été mis à la disposition de la brigade des recherches du commissariat de Moribabougou et le troisième en possession d'un pistolet de fabrication artisanal avec son chargeur garni à la disposition de l'équipe du commissariat de Tokorobougou. Interrogés sur les faits reprochés, ils ont reconnu sans détour leurs forfaits avant d'ajouter avoir commis à Bamako 06 opérations de braquage, toutes menées au détriment des clients de l'Ecobank avec un préjudice s'élevant à la somme suscitée plus haut.

Une perquisition effectuée dans leurs chambres à l'hôtel "Fiesta" sis à Missabougou a permis de saisir un chargeur contenant quatre munitions de 9mm, des montants de 225.500 Fcfa, de 4.950 Naira (soit 4.031 Fcfa), une quantité de feuilles de cannabis, deux plaquettes de tramadol 225 Mega et cinq puces d'opérateurs téléphoniques divers. Ces preuves ont été suffisantes pour les limiers pour renvoyer les trois brigands devant le juge pour « pour vol à main armée, association des malfaiteurs, extorsion, détention illégale d'arme à feu et détention des stupéfiants ».

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Crimes économiques et financiers de la Cour d’assises : Le financier écope de 10 ans de prison ferme

Plus de 1,2 milliard de Fcfa. C’est ce montant qui est reproché à un auteur de crime financier. Il s’agit de Sory Ibrahima Diarra, agent comptable d’alors de la Société de distribution de marques (Sodima-sarl). Le financier aurait détourné ce pactole en trois ans par des méthodes frau.

Lire aussi : #Mali : Journée de lutte contre le travail des enfants : Plus de sensibilisation sur le fléau

L’Ong World Vision international (WVI) a célébré hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), la Journée de lutte contre le travail des enfants sous le thème : «Respectons nos engagements : mettons fin au travail des enfants»..

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises spéciale de Bamako : L’arroseur arrosé

En dépit de son âgé très avancé, l’octogénaire n’a pas résisté à la tentation de fabriquer des faux documents pour faire de lui le propriétaire légal du domicile paternel. Il sera pris à son propre piège par la suite....

Lire aussi : #Mali : Affaire BMS : Bintou Maïga coupable de détournements

La chargée des opérations de «Sikka cash» effectuait des transferts frauduleux au détriment de son établissement bancaire. Elle a été condamnée à 5 ans de prison ferme et au remboursement de plus de 153 millions de Fcfa, la somme qui lui est reprochée.

Lire aussi : #Mali : Session crimes économiques et financiers : 51 dossiers et 181 accusés

Les infractions d’atteinte aux biens publics, de soustraction de biens dans le secteur privé, de corruption, de faux et usage de faux, de favoritisme sont les affaires les plus nombreuses. Et le Parquet explique que le détournement de milliards de Fcfa constitue une forme de terrorisme.

Lire aussi : Ségou : Mort mystérieuse d’une adolescente

Pour une histoire de bagarre entre frère et sœur, le père a battu cette dernière à mort. Face aux policiers, il a tenté de maquiller son acte en suicide. Les juges ont quant à eux une autre interprétation des faits de ce genre.

Les articles de l'auteur

#Mali : Crimes économiques et financiers de la Cour d’assises : Le financier écope de 10 ans de prison ferme

Plus de 1,2 milliard de Fcfa. C’est ce montant qui est reproché à un auteur de crime financier. Il s’agit de Sory Ibrahima Diarra, agent comptable d’alors de la Société de distribution de marques (Sodima-sarl). Le financier aurait détourné ce pactole en trois ans par des méthodes frauduleuses, notamment la falsification des chèques de paiement des fournisseurs de son service employeur au profit de sa propre entreprise dénommée Sonetra-sarl..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 15 juillet 2024 à 11:28

#Mali : Journée de lutte contre le travail des enfants : Plus de sensibilisation sur le fléau

L’Ong World Vision international (WVI) a célébré hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), la Journée de lutte contre le travail des enfants sous le thème : «Respectons nos engagements : mettons fin au travail des enfants»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 12 juillet 2024 à 10:58

#Mali : Cour d’assises spéciale de Bamako : L’arroseur arrosé

En dépit de son âgé très avancé, l’octogénaire n’a pas résisté à la tentation de fabriquer des faux documents pour faire de lui le propriétaire légal du domicile paternel. Il sera pris à son propre piège par la suite....

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 17:59

#Mali : Affaire BMS : Bintou Maïga coupable de détournements

La chargée des opérations de «Sikka cash» effectuait des transferts frauduleux au détriment de son établissement bancaire. Elle a été condamnée à 5 ans de prison ferme et au remboursement de plus de 153 millions de Fcfa, la somme qui lui est reprochée.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 03 juillet 2024 à 17:20

#Mali : Session crimes économiques et financiers : 51 dossiers et 181 accusés

Les infractions d’atteinte aux biens publics, de soustraction de biens dans le secteur privé, de corruption, de faux et usage de faux, de favoritisme sont les affaires les plus nombreuses. Et le Parquet explique que le détournement de milliards de Fcfa constitue une forme de terrorisme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 01 juillet 2024 à 17:16

Ségou : Mort mystérieuse d’une adolescente

Pour une histoire de bagarre entre frère et sœur, le père a battu cette dernière à mort. Face aux policiers, il a tenté de maquiller son acte en suicide. Les juges ont quant à eux une autre interprétation des faits de ce genre.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié dimanche 30 juin 2024 à 20:12

#Mali : Niamakoro : Retour au cachot des multirécidivistes

Ils formaient une bande spécialisée dans le braquage à main armée. Devenus le bourreau des motocyclistes la multiplication des plaintes émanant des victimes a finalement eu raison d’eux.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 27 juin 2024 à 16:36

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner