Faits divers, Missira : Rixe mortelle

Suite à des injures grossières, des adolescents se sont battus dans la rue. L’un des protagonistes est finalement mort poignardé

Publié vendredi 03 février 2023 à 07:42
Faits divers, Missira : Rixe mortelle

A. Touré, 17 ans environ vient d’être déféré devant le parquet de la Commune II du District de Bamako pour avoir poignardé à mort Tandia  dans le quartier de Missira. Suite à la plainte des parents du défunt, le commissariat de police en charge du secteur,  le commissaire divisionnaire, Amadou dit Balobo Maïga a mis fin à la course du jeune criminel.

Selon nos sources, l’affaire est partie ‘dune rixe entre le bourreau et sa victime, dans la nuit du 17 au 18 janvier 2023, aux environs de 23 heures. Cette nuit-là, sans donner plus de précision, nos sources expliquent que la victime avait grossièrement injurié son bourreau dans la rue, alors que ce dernier était en compagnie de sa petite amie. Excédé par le comportement de Tandia, A. Touré n’a pas digéré sa colère et l’a invité à le rencontrer dans un endroit neutre afin qu’ils se battent. Avant de répondre à cette invitation, Tandia a expliqué l’affaire à un de ses compagnons et demander à ce dernier de se joindre à lui pour combattre A. Touré.

Face à la supériorité numérique de ses adversaires, A. Touré s’est enfui pour rejoindre sa famille, et s’armer d’un couteau. En ce moment, sa victime était seule dans la rue. Armé, il l’a invité à se battre de nouveau dans le but de prendre sa revanche. C’est ainsi que la bagarre a pris une autre tournure.

A Touré a profité d’un moment d’inattention de son adversaire pour le poignarder, avant de prendre la poudre d’escampette. Sa victime était déjà à terre, gisant dans une marre de sang. Son ami qui l’avait aidé lors du premier combat est revenu pour lui prêter main forte. Il  tentera ensuite de rattraper le meurtrier de son compagnon, mais en vain. 

Par la suite, les parents de la victime en ont été informés. Ces derniers saisiront les policiers du commissariat de police cité plus haut. Les investigations menées par le commandant de police, Élisabeth Traoré ont permis d’appréhender le malfrat qui avait disparu de la circulation après son forfait.
Les policiers ont diligenté son dossier avant de le transmettre au Tribunal de grande Instance de la Commune II du District de Bamako, d’où il a été mis sous mandat de dépôt.

**********


Marché de Médina Coura : Vol à l'arrachée

Il a profité du fait que sa victime était esseulée pour lui arracher son téléphone portable. Il s’est enfui avant d’être coincé par les frères de celle-ci. Il a fini entre les mains des policiers

L.B alias « Filani » est le surnom de ce jeune homme âgé de vingt ans. Il a été déféré au parquet du Tribunal de grande instance de la Commune II du District de Bamako pour vol à l’arrachée. Les policiers du commissariat de Quinzambougou que dirige le commissaire divisionnaire, Amadou I Balobo Maïga lui ont mis le grappin dessus mettant fin à l’activité illicite à laquelle il s’adonnait depuis.

Son interpellation est survenue suite à la plainte déposée contre lui par S. Diarra, une jeune fille âgée de 18 ans. Les faits qui ont motivé cette vendeuse de fruits se sont déroulés, il y a quelques semaines dans les alentours du marché de Médina-Coura, vers 19 heures. Ce jour-là, la jeune fille marchait tranquillement à l’endroit ci-dessus indiqué. Elle manipulait son téléphone portable haut de gamme sans se douter de rien. Nos sources ont, avec précision, estimé la valeur de l’appareil téléphonique à 115.000 Fcfa.

À la grande surprise de la fille, un individu lui a vigoureusement arraché son téléphone de ses mains. Aussitôt, elle s’est mise à crier de toute la force de ses cordes vocales pour alerter le voisinage. Entre temps, le malfrat avait pu se frayer un chemin pour disparaître. Il a ainsi pu échapper à ses éventuels poursuivants.
Complètement à bout de souffle, la victime est retournée à la maison où elle a raconté sa mésaventure à ses frères. Depuis, ces derniers sont restés sur le qui-vive pour mettre la main sur ce voleur d’un autre genre. Dans a foulée, la victime s’est présentée au commissariat de police pour déposer une plainte.


Soûl- Curieusement, le même malfrat s’est présenté au même endroit du commissariat où il rodait à la recherche d’une autre victime. Sans se douter de rien, il a été aperçu par les frères de sa victime. Il s’est avéré qu’auparavant, la vendeuse de fruits connaissait déjà son bourreau depuis un bon moment au même endroit du marché de Médina-Coura.

Elle avait fait sa description à ses frères qui s’étaient lancés à sa recherche dans les alentours dudit marché. C’est ainsi que ces derniers l’ont coincé lorsqu’ils l’ont aperçu. San perdre de temps, ils ont informé les policiers du commissariat et c’est le lieutenant de police, Boubacar Aw, chef de l l’Unité de recherches qui a pris le dossier en main.

Une fois devant les officiers de police judiciaire, le jeune homme a reconnu les faits. Il a expliqué les raisons qui l’ont poussé  à agir de la sorte.  Ainsi, le natif de Sikasso dira qu’il est arrivé à Bamako à la recherche d’un job. Malheureusement, la chance ne lui a pas souri et il traversait des moments très difficiles financièrement parlant. Selon le bandit, la situation était telle qu’il avait de la peine à trouver de quoi à se mettre sous la dent.

D’où l’idée, pour lui, de voler pour au moins acheter quelque chose à manger. Cependant, il a reconnu qu’avant de voler, il a fait un tour dans un cabaret, sis à Bakaribougou, où il a ingurgiter des gorgées de bière traditionnelle.  C’est après s’être soûlé qu’il a pis la direction du marché de Média-Coura pour commettre son forfait. Le suspect a précisé qu’il a profité du fait que la jeune vendeuse de fruits était seule au moment où il l’a rencontrée, avant de lui arracher son téléphone portable qu’il a ensuite vendu à 25.000 Fcfa.

Après ses aveux, les policiers n’avaient aucune raison de le garder. Ils ont diligenté son dossier pour le transférer devant le parquet du Tribunal de grande Instance de la Commune II du District de Bamako.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Le voisin pédophile écope de trois ans de prison

Il a profité d’un moment de relâchement de la mère de sa victime pour s’introduire dans sa chambre et commettre son acte. Il y sera délogé de force et renvoyé devant les juges.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Acquittés faute de preuves

Ils avaient profité des évènements d’août 2020 pour cambrioler une société de la place. Mais l’un des suspects a fait les frais.

Lire aussi : #Mali : Livre «Prévenir ou mieux vivre avec le diabète» : Un ouvrage de sensibilisation

Le spécialiste en nutrition diabète, Dr Bonkana Maïga, a décidé de contribuer à la sensibilisation dans la lutte contre le diabète à travers son nouveau livre intitulé : «Prévenir ou mieux vivre avec le Diabète». L’ouvrage a été lancé, samedi dernier dans un hôtel de la place, en .

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Le goût amer de l’argent

L’orpailleur était de bonne foi, lorsqu’il fit appel à son ami pour qu’ils travaillent ensemble. Au moment de lui payer son dû, les choses ont dégénéré.

Lire aussi : #Mali : Journée internationale des enfants de la rue : Sous le signe de l’accès à la protection et la réinsertion sociale

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, vendredi dernier à la Cité des enfants, la Journée des enfants de la rue. La cérémonie était présidée par la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga, en présenc.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Faute avouée, peine minimale

Ils s’étaient organisés pour faire main basse sur les engins roulants de leurs victimes à leurs domiciles. Mais ils ont bénéficié des largesses de la cour.

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le voisin pédophile écope de trois ans de prison

Il a profité d’un moment de relâchement de la mère de sa victime pour s’introduire dans sa chambre et commettre son acte. Il y sera délogé de force et renvoyé devant les juges.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 19 avril 2024 à 09:00

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Acquittés faute de preuves

Ils avaient profité des évènements d’août 2020 pour cambrioler une société de la place. Mais l’un des suspects a fait les frais.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:52

#Mali : Livre «Prévenir ou mieux vivre avec le diabète» : Un ouvrage de sensibilisation

Le spécialiste en nutrition diabète, Dr Bonkana Maïga, a décidé de contribuer à la sensibilisation dans la lutte contre le diabète à travers son nouveau livre intitulé : «Prévenir ou mieux vivre avec le Diabète». L’ouvrage a été lancé, samedi dernier dans un hôtel de la place, en présence de plusieurs personnalités du domaine de la santé..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:47

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le goût amer de l’argent

L’orpailleur était de bonne foi, lorsqu’il fit appel à son ami pour qu’ils travaillent ensemble. Au moment de lui payer son dû, les choses ont dégénéré.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 15 avril 2024 à 10:33

#Mali : Journée internationale des enfants de la rue : Sous le signe de l’accès à la protection et la réinsertion sociale

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, vendredi dernier à la Cité des enfants, la Journée des enfants de la rue. La cérémonie était présidée par la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga, en présence du directeur du Samusocial Mali, Alou Coulibaly, et du président de la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (Comade), Antoine Akplogan..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 15 avril 2024 à 10:24

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Faute avouée, peine minimale

Ils s’étaient organisés pour faire main basse sur les engins roulants de leurs victimes à leurs domiciles. Mais ils ont bénéficié des largesses de la cour.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali : Lycée de Kalaban-Coro : Le chantier d’extension exécuté à 35%

Le délai d’exécution est de quatre mois. L’entreprise en charge des travaux assure qu’il sera respecté.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:55

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner