Faits divers, Kati Hèrèmakono : Difficile cohabitation entre frères

À l’époque nos grands-parents tenaient à ce que tous les membres de la même famille vivent sous le même toit. Histoire de consolider les liens familiaux. En dépit de tout ce qui pouvait survenir, la vie familiale se passait sans grand problème.

Par

Publié mercredi 25 janvier 2023 à 08:16 , mis à jour vendredi 23 février 2024 à 12:27
Faits divers, Kati Hèrèmakono : Difficile  cohabitation entre frères

Autre époque, autre réalité. De nos jours, la cohabitation est de plus en plus difficile même entre frères de sang. Le cas présent l’en illustre parfaitement.  R et J sont deux frères qui sont nés et ont grandi dans la famille « S », le domicile paternel à Kati-Mission. Depuis toujours, ils ont partagé la cour commune jusqu’à leur mariage respectif. Au début, tout se passait relativement bien entre les deux frères et leurs épouses.

Mais, il est arrivé un moment où les difficultés de cohabitation ont commencé à se faire sentir. Tous les voisins sont formels sur un fait. Depuis leur mariage, les tensions sont récurrentes entre les deux frères à la maison. Si ce ne sont pas leurs épouses, ce sont leurs enfants qui sont en cause. Ainsi, la famille « S » vivait dans une atmosphère délétère qui n’était pas prête de se détendre.


Atmosphère familiale délétère- Et à chaque fois qu’il y avait une dispute entre les épouses des deux frères ou leurs enfants,  « R » qui est l’aîné trouvait toujours les moyens de défendre sa petite famille aux dépens de celle de son jeune frère. Dans certains cas, il ne cherchait même pas à comprendre.

Il suffit soit qu’une dispute éclate entre les membres des deux petites familles pour qu’il tranche, sans réfléchir, du côté de la sienne. Et il le faisait sans la moindre gêne. Avec le temps, cette atmosphère invivable semblait s’éterniser dans la «famille »S ». Plus grave, elle était connue de tout le voisinage. Tout récemment, le jeune frère est revenu d’une course en ville.

Il a trouvé que ses neveux avaient verrouillé les battants de la porte de la maison commune. À l’intérieur, ils étaient en train d’en découdre durement avec ses enfants. Le jeune homme est parvenu, non sans difficulté, à accéder à la cour. S’il faut croire aux explications faites aux policiers, il semble que c’est l’aîné de ses enfants qui aurait éclaboussé sa tante (l’épouse de son grand-frère) avec de l’eau usée.

C’’était suffisant pour que  cette dernière s’acharne sur ses enfants. Pour leur faire payer l’acte que le garçon lui a fait, elle a  ordonné à ses propres mômes de verrouiller le portail d’entrée de la cour commune. Puis, leur aurait enjoint l’ordre de  corriger les enfants de son beau-frère comme s’ils n’étaient pas les siennes.

Les choses pouvaient s’arrêter là, si son époux n’avait tranché encore en sa faveur. Une fois informé, sans réfléchir par deux fois, il s’est rangé du côté de ses enfants comme dans ses habitudes. Et sa réaction a été verbalement violente pour le garçon fautif.

Excédé par le comportement de son grand frère, « J » n’a eu d’autres solutions que d’aller porter plainte contre lui. Au commissariat de police de Hérémakono (Kati), c’est le lieutenant Seydou Sininta qui a hérité du dossier.


L’officier de police a convoqué les deux protagonistes pour les entendre. Au terme de plusieurs heures d’échanges, il semble que les limiers sont parvenus à les convaincre pour qu’ils accordent leurs violons.

Selon les dernières informations, il semble que la raison a prévalu au détriment du cœur. Du moins devant les policiers. Reste à savoir si les deux frères vont définitivement enterrer la hache de guerre et vivre en harmonie dans la cour commune comme ils l’étaient bien avant leur mariage.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Lire aussi : #Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé,.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Lire aussi : #Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’.

Les articles de l'auteur

Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 08:10

#Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé, du vendredi au samedi dernier, un colloque scientifique sur la langue et l’histoire songhoy sous le thème : «Communion et résilience pour le Mali»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 07:53

Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:42

Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:25

#Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:11

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’assises de Bamako pour répondre de leurs actes. Les accusés seraient tous les deux de la même famille. Le premier (Amadou) n’est autre que l’oncle du second (Moussa)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 07 février 2024 à 09:20

#Mali : Tribunal militaire de Bamako : Des peines proportionnelles aux actes

Les travaux de la session d’assises militaires ont débuté la semaine dernière au Tribunal militaire de Bamako..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 06 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner