Cinéma : Fousseyni Maïga remporte trois prix

Ce jeune cinéaste très prolifique apporte du sang neuf au 7è art malien, en termes de créativité et de rythme de production. Il ambitionne de redorer le blason de notre cinéma sur la scène internationale

Publié vendredi 12 mai 2023 à 08:05
Cinéma : Fousseyni Maïga remporte trois prix

Malgré des conditions peu enviables, les cinéastes maliens continuent de se faire distinguer. Au début de ce mois, notre compatriote, Fousseyni Maïga, non moins directeur général du Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM) et sociétaire de l’agence «Arc-en-ciel» a remporté trois prix lors du Festival «Les Films de la Terranga» à Dakar.

D’abord, c’est le long-métrage Sira ou la route qui a remporté le 3è prix du meilleur long métrage. Le film raconte le cas d’une fille prenommée Sira de 17 ans et qui vit dans un petit village enclavé. Rebelle, indépendante et très coquette, elle fait l’objet de nombreuses convoitises et ne se voit pas passer sa vie dans le village. Elle rêve de retrouver la ville pour s’offrir une vie meilleure. Pendant que le père de Sira, Zan Coulibaly, vient d’accepter la demande en mariage de Doukouré, le plus riche commerçant du village, Namory débarque au village après plusieurs années passées sur un site d’orpaillage.

En second lieu, c’est le court métrage Wolonwula qui obtient le prix spécial du jury. Dans ce film, Fousseyni conte l’histoire d’Hadéja, une dame de 28 ans, qui a contracté une grossesse à 21 ans. Pendant des années, elle a consulté en vain plusieurs marabouts et sorciers. Excommuniée par sa famille et rejetée dans son village, elle se réfugie dans la ville sainte de Djenné où, elle est accueillie bienveillamment par un septuagénaire érudit.


Celui-ci a reçu la révélation que l’enfant qu’elle porte est un astre dont la naissance ne sera pas chose aisée. Des esprits malsains ont juré qu’elle n’accouchera pas de cet enfant qui est vu comme une future menace à leurs manœuvres et basses actions. Après la sixième tentative d’accouchement de Hadeja, les recherches dans les manuscrits permettent d’établir que le terme de sa grossesse ne viendra qu’après avoir élucidé 7 énigmes. Et chacun d’entre eux représente un rituel sacré. 

Enfin, la série Fanga ou le pouvoir remporte le prix de l’authenticité africaine. Fanta vient d’obtenir son master en journalisme et prépare ses fiançailles. Elle se rend au marché pour les derniers achats et assiste à l’assassinat d’un journaliste d’investigation dont le pseudonyme est «le perroquet». Ce dernier, quelques secondes avant sa mort, lui glisse à son insu un calepin qui contient des informations compromettantes contre le colonel Diamoutene, un puissant militaire contrôlant une unité sécrète appelée Arou. Pour se protéger, l’officier supérieur decide par tous les moyens de liquider Fanta. Il trouvera sur son chemin Mariam, mère de Fanta et puissante opératrice économique et le capitaine Maï, un officier ayant quitté l’armée et dont le mari a été assassiné par le même colonel Diamoutene avec la complicité du président.

Dans sa mission contre l’impunité et pour le démantèlement de l’unité Arou, le capitaine Maï doit faire face à la fureur de Diamoutene, prêt à tout pour protéger ses intérêts, ainsi qu’à la foudre du président en quête d’un troisième mandat et obstiné à faire taire toutes contestations sociales et politiques.

Dans ce jeu d’intérêt, guidé par la quête du pouvoir pour certains et la soif de justice sociale pour d’autres, se confrontent plusieurs générations, positions et corporations. Le tout sur fond de querelles politiques dans un climat d’insécurité généralisée et dans une fièvre électorale aux allures fratricides. Avec plus de 20 prix et distinctions raflés en moins d’une année, le réalisateur Fousseyni Maïga s’inscrit dans le sillage des plus brillants cinéastes du Mali et se positionne à travers ses œuvres dans le classement des plus grands ambassadeurs de la culture malienne dans le monde.

Au regard du rythme accru de ses productions, Fousseyni Maïga reste incontestablement, le réalisateur malien le plus actif des cinq dernières années. Avec une vingtaine d’œuvres réalisées depuis 2016, il nourrit l’ambition de proposer une nouvelle offre cinématographique au Mali, orientée vers les réalités locales et résolument tournée vers le public.

Il débute sa carrière professionnelle en 2006 en tant que journaliste et écrivain. à partir de 2012, après l’obtention de son Master II en communication et de son diplôme d’études approfondies (DEA) en droit des affaires, il lance son agence agréée en communication et enchaîne avec les fonctions de conseiller à la communication qui le conduiront successivement à la Primature et dans deux autres départements ministériels. Il effectuera aussi des consultations pour plusieurs organisations internationales.



À partir de 2018, il décide de se consacrer entièrement à la réalisation cinématographique et audiovisuelle. En tant que réalisateur, son rêve est de contribuer à l’émergence d’une véritable industrie cinématographique au Mali et en Afrique. Les quatre dernières années, il a suivi plusieurs formations en scénarisation et réalisation.

 

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Lire aussi : #Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes d.

Lire aussi : #Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Lire aussi : #Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut.

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : La compagnie Nama séduit en Allemagne

La compagnie Nama, représentée par son directeur général Yacouba Magassouba et le directeur artistique Boucary Ombotimbé, ont émerveillé le public allemand, lors de la grande parade d'ouverture du Festival international de marionnettes de Bochum, la semaine dernière. Il s’agit sans doute d.

Lire aussi : #Mali : Fatoumata Diawara : Désormais officier de l’ordre des arts et des lettres de la France

Fatoumata Diawara plus connue sous le sobriquet de «Sia», en référence au célèbre film de Dani Kouyaté qui l’a véritablement révélée au monde entier, a été faite officier de l’Ordre des arts et des lettres de la France..

Les articles de l'auteur

#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

#Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:59

#Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut l’enceinte de l’établissement pour suivre une chorégraphie de Karim Togola..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:36

#Mali : Masques et marionnettes : La compagnie Nama séduit en Allemagne

La compagnie Nama, représentée par son directeur général Yacouba Magassouba et le directeur artistique Boucary Ombotimbé, ont émerveillé le public allemand, lors de la grande parade d'ouverture du Festival international de marionnettes de Bochum, la semaine dernière. Il s’agit sans doute de l’un des plus grands festivals de marionnettes d’Europe..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:34

#Mali : Fatoumata Diawara : Désormais officier de l’ordre des arts et des lettres de la France

Fatoumata Diawara plus connue sous le sobriquet de «Sia», en référence au célèbre film de Dani Kouyaté qui l’a véritablement révélée au monde entier, a été faite officier de l’Ordre des arts et des lettres de la France..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 14 mai 2024 à 08:18

#Mali : Art et paix : Le président Assimi Goïta visite l’exposition peindre la paix

Cette exposition est une contribution des artistes au Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation. Pour ses initiateurs, il n’y a pas de souveraineté viable sans la renaissance culturelle.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 10 mai 2024 à 09:32

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner