Notre santé, Les 1.000 premiers jours de l’enfant : Ils sont cruciaux

Le pédiatre au Centre de santé de référence (CSREF) du Quartier Mali, Dr Mamadou Traoré nourrit une conviction. «On aurait changé le visage de notre nation si on se concentre sur les 1000 premiers jours de l’enfant». Selon lui, tout se joue durant cette période.

Par

Publié lundi 28 novembre 2022 à 07:27
Notre santé, Les 1.000 premiers jours de l’enfant : Ils sont cruciaux

Dr Mamadou Traoré

 

 En effet selon les scientifiques les 1.000 premiers jours, de la conception jusqu’à ce que l’enfant atteigne 2 ans, représentent une période clef pour agir, une opportunité à ne pas manquer. C’est pendant cette période que le capital santé de l’enfant et de l’adulte en devenir se dessine. Elle constitue ainsi une fenêtre d’opportunités pour la prévention. C’est un concept scientifique mettant en évidence une période clef pour le développement de l’enfant : sa santé, son bien-être et celui de ses parents.

Pendant cette période, le cerveau de l’enfant se développe plus qu’à tout autre moment. C’est pourquoi, notre spécialiste dit que les mille premiers jours de l’enfant sont une fenêtre d’opportunités que chacun doit saisir pour changer complètement le développement de l’enfant. Particulièrement  chaque parent doit avoir la Nation de ces mille premiers jours pour changer le devenir immédiat  et à long terme de la vie de son enfant.

D’après le praticien du Centre de  santé de référence (CSREF) du Quartier Mali, c’est une période qui va de la conception de l’enfant à l’âge  de deux ans. Il indique que les 1.000 premiers jours sont divisés en trois périodes cruciales. La première période est celle de la grossesse, c’est-à-dire les 9 mois de grossesse, soit 280 jours. Durant cette période, tout ce que la femme enceinte va sentir, manger ou éprouver risquera d’agir également sur son fœtus en développement.


D’où la nécessité selon le toubib de s’intéresser à la femme enceinte. L’attention accordée à la femme enceinte par son mari et par toute la communauté fera qu’elle peut vivre sereinement sa grossesse et donner un enfant en bonne santé. Mais une femme tabassée très souvent par son mari pendant la grossesse risque de donner naissance à un enfant abruti.

La deuxième période, c’est les 6 premiers mois de vie, soit 180 jours. Ceux-ci représentent également une période sensible parce que l’enfant ne doit prendre que le lait maternel et doit être toujours avec ses deux parents.

La dernière période est de 6 mois à 24 mois qui font à peu près 550 jours. C’est le devenir en termes  de développement qui se joue à cette période. Et le praticien d’ajouter qu’elle est cruciale car l’enfant change de régime alimentaire avec l’introduction d’autres aliments. Dr Traoré précise que si cette diversification n’est pas faite correctement chez l’enfant, celui-ci peut être touché par la malnutrition et avec des conséquences énormes.

En réalité, les scientifiques ont prouvé que seulement 20% de notre santé peut être expliquée par les germes, tandis que les 80% sont influencés par notre mode de vie. La première période de la grossesse, est celle du développement du fœtus. Durant cette période, il y a tout d’abord  la mise en place des organes qu’on appelle l’embryogenèse. Elle couvre les trois premiers mois de la grossesse.

Au cours de cette période, tout problème de santé chez la maman peut faire que les organes vont se mettre mal en place ou mal fonctionner et du coup, on a un enfant qui va naître  avec des maladies. Ensuite, à partir du quatrième mois jusqu’à la naissance, c’est la période de croissance du fœtus : le fœtus doit grandir et grossir. Il précise qu’en ce moment la  tête est le plus grand consommateur de calorie.

Et l’enfant n’aura particulièrement besoin que de trois choses : une alimentation adaptée, une stimulation optimale et  psychomotrice optimale et l’hygiène.

«Si ces trois éléments sont assurés pendant les mille premiers jours, l’enfant posera moins de problème et l’adulte qu’il sera fera également moins de maladies», rassure le pédiatre.

Enfin, c’est l’hygiène de vie et l’hygiène alimentaire. Cette hygiène est capitale également et fait surtout référence aux comportements des parents. L’enfant ne doit pas être exposé au tabac, la maman ne doit pas non plus être stressée. Le sommeil doit être suffisant pour la maman, elle doit avoir un repos supplémentaire dans la matinée et dans l’après-midi quand elle est enceinte.


 L’hygiène alimentaire concerne la propreté et la conservation des aliments. L’alimentation de la femme enceinte doit être bien surveillée, riche et variée. En effet, une femme enceinte qui est mal nourrie va donner naissance à un bébé qui est aussi mal nourri. à son tour, cet enfant s’il est toujours mal nourri va grandir, développer sa malnutrition. à l’âge adulte il risque aussi de donner naissance à un enfant qui est mal nourri. C’est ce qu’on appelle le cycle générationnel de la malnutrition.

Les conséquences de cette malnutrition pendant la vie fœtale sont les maladies chroniques, comme le diabète, l’hypertension, l’obésité. Il estime qu’il faut s’intéresser à l’alimentation de la jeune fille. Faire en sorte qu’elle puisse manger correctement, équilibré et varié. Pour lui, c’est un moyen de lui garantir une grossesse sans problème.


Aussi avant le mariage, elle peut être mise sur acide folique pendant trois mois pour éviter tous les petits problèmes neurologiques ou de malformation. Il faut aussi une bonne l’hygiène corporelle et environnementale. Concernant l’alimentation du bébé, il doit être mis au sein dans l’heure qui suit l’accouchement. Cet allaitement doit être donné régulièrement au sein. Il faut toujours vider un  sein avant de passer à l’autre. Ne rien donner que le lait maternel.

La stimulation cognitive est importante et doit commencer  depuis la grossesse. Selon le pédiatre, l’enfant entend à partir de la 21ème semaine de grossesse.  C’est pourquoi, il dit que les parents doivent faire une stimulation physique chatouiller le ventre par exemple pour permettre de développer le  cerveau de l’enfant.


«Une grossesse qui a été stimulée, permettra à la femme de mettre au monde un enfant  qui aura naturellement beaucoup de connexions neurones au niveau de son cerveau et deviendra intelligent», confirme-t-il, avant d’ajouter que le cerveau de l’enfant peut faire jusqu’à mille connexions neuronales par seconde.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : Université privée du Sahel : 122 Frais émoulus sur le marché de l’emploi

L’Université privée du Sahel (UPS) vient de verser sur le marché de l’emploi 122 jeunes diplômés dont 27 femmes. Ces nouveaux diplômés ont décroché leur licence dans le cadre du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en vigueur dans notre pays depuis 2008..

Lire aussi : Médicaments non conventionnels : La HAC met en garde contre la publicité mensongère

À travers un communiqué diffusé jeudi dernier, la Haute autorité de la communication (Hac) indique avoir constaté la diffusion intempestive de messages publicitaires sur certains médicaments non conventionnels..

Lire aussi : Notre santé, Cellulite du cou et de la face : À ne pas minimiser

«Devant un patient avec une tuméfaction inflammatoire dans un contexte de douleur dentaire, d’angine, d’injection de corps étranger ou de furoncle, il faut rapidement penser à une possibilité de cellulite», révèle Dr Djibril Samaké, spécialiste en ORL au Centre de santé de référen.

Lire aussi : Évaluation et accréditation des établissements de santé : «Public et privé sont tous concernés»

Cette nouvelle Agence est outillée d’un dispositif pour amener les structures de santé à s’inscrire dans une amélioration continue de la qualité des soins. Son directeur général, Sékouli Fadjadji Touré, explique les défis à relever pour réussir cette noble mission.

Lire aussi : Utilisation excessive des bouillons industriels : Nuisible à la santé

Selon les spécialistes, les bouillons, mal utilisés, peuvent provoquer certains types de cancers, des maladies cardio-vasculaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), de l’hypertension. Et aussi des troubles digestifs comme les brûlures d’estomac, les ballonnements et les douleurs ab.

Lire aussi : Faits divers, Missira : Rixe mortelle

Suite à des injures grossières, des adolescents se sont battus dans la rue. L’un des protagonistes est finalement mort poignardé.

Les articles de l'auteur

Université privée du Sahel : 122 Frais émoulus sur le marché de l’emploi

L’Université privée du Sahel (UPS) vient de verser sur le marché de l’emploi 122 jeunes diplômés dont 27 femmes. Ces nouveaux diplômés ont décroché leur licence dans le cadre du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en vigueur dans notre pays depuis 2008..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 février 2023 à 07:59

Médicaments non conventionnels : La HAC met en garde contre la publicité mensongère

À travers un communiqué diffusé jeudi dernier, la Haute autorité de la communication (Hac) indique avoir constaté la diffusion intempestive de messages publicitaires sur certains médicaments non conventionnels..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 février 2023 à 07:53

Notre santé, Cellulite du cou et de la face : À ne pas minimiser

«Devant un patient avec une tuméfaction inflammatoire dans un contexte de douleur dentaire, d’angine, d’injection de corps étranger ou de furoncle, il faut rapidement penser à une possibilité de cellulite», révèle Dr Djibril Samaké, spécialiste en ORL au Centre de santé de référence (Csref) du Quartier Mali..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 février 2023 à 07:47

Évaluation et accréditation des établissements de santé : «Public et privé sont tous concernés»

Cette nouvelle Agence est outillée d’un dispositif pour amener les structures de santé à s’inscrire dans une amélioration continue de la qualité des soins. Son directeur général, Sékouli Fadjadji Touré, explique les défis à relever pour réussir cette noble mission.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 février 2023 à 07:44

Utilisation excessive des bouillons industriels : Nuisible à la santé

Selon les spécialistes, les bouillons, mal utilisés, peuvent provoquer certains types de cancers, des maladies cardio-vasculaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), de l’hypertension. Et aussi des troubles digestifs comme les brûlures d’estomac, les ballonnements et les douleurs abdominales.

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 03 février 2023 à 08:29

Faits divers, Missira : Rixe mortelle

Suite à des injures grossières, des adolescents se sont battus dans la rue. L’un des protagonistes est finalement mort poignardé.

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 03 février 2023 à 07:42

Aepes : Vingt ans au service de l’enseignement supérieur

L’Association des établissements privés d’enseignement supérieur (Aepes) a signé, hier au Centre du secteur privé, un mémorandum d’entente avec l’Association indépendante des promoteurs d’écoles privées agrées du Mali (Aiepam)..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 03 février 2023 à 07:37

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner