#Mali : Produits vivriers de Côte d’ivoire : Les prix grimpent à Sikasso

Frontalière avec la Côte d’Ivoire, la Région de Sikasso est la porte d’entrée des produits ivoiriens à destination de notre pays. Suite à la suspension de l’exportation par les autorités ivoiriennes, les longues files de camions transportant ces produits ont disparu depuis quelques semaines

Par

Publié mercredi 21 février 2024 à 07:51
#Mali : Produits vivriers de Côte d’ivoire : Les prix grimpent à Sikasso

Les autorités ivoiriennes ont suspendu l’exportation de près d’une vingtaine de produits vivriers. Il s’agit de l’igname, du maïs, du riz, du mil, du sorgho, du fonio, de la graine de palme, de la banane plantain, du piment, de l’aubergine, de la tomate, du gombo, de l’attiéké, de la semoule de manioc, de manioc, de la pâte de manioc, de la poudre de gombo, de la poudre de piment et la poudre de maïs. Entrée en vigueur le 15 janvier dernier, cette mesure durera six mois. Elle a été motivée par le besoin de pouvoir garantir la sécurité alimentaire des populations vivant en Côte d’ivoire en assurant un approvisionnement régulier des marchés ivoiriens en produits vivriers. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les échanges entre nos deux pays. Si l’on sait que le Mali est un gros importateur de certains de ces produits : igname, banane plantain et de attiéké.

En la matière, la Région de Sikasso, frontalière avec la Côte d’Ivoire, est la porte d’entrée des produits ivoiriens à destination de notre pays. Les longues files de camions transportant ces produits ont disparu depuis quelques semaines. Ils affluaient habituellement au marché «Soukounikoura» de Sikasso. Ce marché est connu de tous comme le fief des commerçants importateurs notamment de fruits et légumes en provenance du pays d’Alassane Ouattara.

Ce lundi du mois de février 2024, il est 10 heures dans ce marché. Comme d’habitude, les commerçants grossistes et détaillants sont au four et au moulin pour pouvoir écouler leurs marchandises. Les clients sont également au rendez-vous pour effectuer les achats. Cette ambiance animée cache mal l’inquiétude des commerçants grossistes qui approvisionnent ce marché. «C’est après avoir chargé mes deux camions en ignames en Côte d’ivoire que j’ai été informé de la décision de suspension. Pour permettre à mes véhicules de sortir de ce pays, j’ai été obligé de payer 500.000 Fcfa par camion au poste frontalier, soit un million de Fcfa», témoigne l’importateur de l’igname Abdramane Diabaté, en pesant des ignames.

Contrairement à ce dernier, l’importateur de banane plantain Abdramane Diallo alias «Rougeot» avait été informé de cette mesure des autorités ivoiriennes. Mais ses délégués étaient déjà sur place avec l’argent pour les achats. «L’argent avait même été réparti entre nos fournisseurs de bananes plantains. Cet argent ne me sera remboursé qu’après la levée de la mesure de suspension», confie-t-il. Il est pourtant obligé de fournir ses clients locaux repartis un peu partout à travers le pays pour espérer recouvrer les crédits qu’il a avec eux. «Tant que je ne leur envoie pas de nouvelles marchandises, ils n’enverront pas mon argent», s’inquiète-t-il, précisant que c’est la règle du jeu. Concernant l’attiéké consommé à Sikasso, il provient à 90% de la Côte d’ivoire.

Cette situation a créé un déséquilibre entre l’offre et la demande concernant ces produits. Ce qui n’est pas sans conséquences sur les prix de ces denrées. Le sac de banane plantain qui était cédé à 12.500 Fcfa se vend entre 20.000 Fcfa et 22.500 Fcfa. Le prix du kilogramme de l’igname est passé de 225 Fcfa à 300 Fcfa. «Auparavant, on nous cédait près de sept ou huit gros morceaux de banane plantain à 500 Fcfa. Aujourd’hui, six petits morceaux coûtent 500 Fcfa. Cette quantité coûtait 400 Fcfa», déplore la consommatrice Aminata Diarra.

Pour y faire face, les commerçants ont déjà commencé à explorer d’autres pistes. «Nous nous sommes rabattus sur le Burkina Faso et la Guinée afin de pouvoir continuer à approvisionner nos clients», explique Rougeot. Il explique que la banane plantain peut également être importée du Bénin et du Ghana. Mais la distance à parcourir est trop longue, ce qui peut avoir un impact sur la qualité du produit qui pourrait pourrir avant d’arriver à destination.

Tahirou Bengaly, lui, minimise la portée de cette mesure. «Je pense qu’elles n’auront pas assez d’impact sur nous, car Sikasso est l’un des bassins de production agricole du Mali. En dehors de la banane plantain, les autres produits concernés sont cultivés chez nous», assure ce consommateur. La population est même en train de produire de l’attiéké sur place. Toute chose qui pourrait booster la production nationale.


Selon le chef du bureau statistique et suivi évaluation de la Direction régionale de l’agriculture (DRA), Moussa Dembélé, la production locale du manioc au titre de la campagne 2023 est de 28.056 tonnes, celle de l’igname est estimée à 48.035 tonnes. «Ces tubercules sont produits localement dans les Cercles de Sikasso et de Kadiolo», précise-t-il, assurant que le marché Sikassois est bien fourni en ces tubercules. «Ces tubercules sont disponibles ici, nous importons uniquement en début et pendant l’hivernage. Donc, on ne sent pas trop l’impact de la situation sur la population», conclut-il.  

 

Amap-Sikasso

Mariam DIABATE

Lire aussi : #Mali : Sikasso : L’Unicef évalue ses interventions dans la Région

Le représentant résident de l’Unicef au Mali a visité certaines réalisations de l’organisation dans la Région de Sikasso. Pierre Ngom y a séjourné du 3 au 6 mars dernier..

Lire aussi : #Mali : Sikasso : Des mesures contre la flambée des prix

Le mois béni de Ramadan ou encore le mois des grandes dépenses pour les fidèles musulmans approche à grand pas. Ce mois est surtout celui de forte consommation des produits de première nécessité comme le sucre, l’huile importée ou locale, le lait….

Lire aussi : 5è édition du festival Nangnerki : La restauration du Tata et de ses éléments associés au cœur des débats

La 5è édition du festival Nangnerki se tient du 21 au 29 février au stade municipal de Sikasso. Les activités ont été lancées vendredi dernier par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo..

Lire aussi : #Mali : Sikasso : Des sous-projets des communes financés par le Pdreas

Le Comité régional d’orientation et de coordination de suivi des actions de développement (Crocsad) a tenu, jeudi dernier au gouvernorat, sa session ordinaire sur les sous-projets des communes bénéficiaires des ressources du Projet de déploiement des ressources de l’État et décentralisat.

Lire aussi : #Mali : Production du ciment : La nouvelle usine de Sikasso produira un million de tonnes par an

Cette unité industrielle qui sortira de terre dans moins de 2 ans, permettra à notre pays de réduire sa dépendance de l’importation. Le coût de l’investissement est évalué à 30 milliards de Fcfa.

Lire aussi : #Mali : Festival mamelon de Sikasso : Petit deviendra grand

La 4è édition du Festival mamelon de Sikasso (Femas) s’est tenue du 23 au 28 janvier dernier. «Ce festival n’est pas seulement un évènement culturel, c’est un vibrant témoignage de notre riche héritage, un symbole de notre identité et un puissant moteur de notre développement régiona.

Les articles de l'auteur

#Mali : Sikasso : L’Unicef évalue ses interventions dans la Région

Le représentant résident de l’Unicef au Mali a visité certaines réalisations de l’organisation dans la Région de Sikasso. Pierre Ngom y a séjourné du 3 au 6 mars dernier..

Par Mariam DIABATE


Publié jeudi 14 mars 2024 à 09:22

#Mali : Sikasso : Des mesures contre la flambée des prix

Le mois béni de Ramadan ou encore le mois des grandes dépenses pour les fidèles musulmans approche à grand pas. Ce mois est surtout celui de forte consommation des produits de première nécessité comme le sucre, l’huile importée ou locale, le lait….

Par Mariam DIABATE


Publié jeudi 07 mars 2024 à 08:36

5è édition du festival Nangnerki : La restauration du Tata et de ses éléments associés au cœur des débats

La 5è édition du festival Nangnerki se tient du 21 au 29 février au stade municipal de Sikasso. Les activités ont été lancées vendredi dernier par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo..

Par Mariam DIABATE


Publié mardi 27 février 2024 à 09:13

#Mali : Sikasso : Des sous-projets des communes financés par le Pdreas

Le Comité régional d’orientation et de coordination de suivi des actions de développement (Crocsad) a tenu, jeudi dernier au gouvernorat, sa session ordinaire sur les sous-projets des communes bénéficiaires des ressources du Projet de déploiement des ressources de l’État et décentralisation pour l’amélioration des services (Pdreas)..

Par Mariam DIABATE


Publié mercredi 21 février 2024 à 08:13

#Mali : Production du ciment : La nouvelle usine de Sikasso produira un million de tonnes par an

Cette unité industrielle qui sortira de terre dans moins de 2 ans, permettra à notre pays de réduire sa dépendance de l’importation. Le coût de l’investissement est évalué à 30 milliards de Fcfa.

Par Mariam DIABATE


Publié lundi 12 février 2024 à 07:46

#Mali : Festival mamelon de Sikasso : Petit deviendra grand

La 4è édition du Festival mamelon de Sikasso (Femas) s’est tenue du 23 au 28 janvier dernier. «Ce festival n’est pas seulement un évènement culturel, c’est un vibrant témoignage de notre riche héritage, un symbole de notre identité et un puissant moteur de notre développement régional», a déclaré le représentant du gouvernorat de Sikasso, Drissa Coulibaly..

Par Mariam DIABATE


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:08

#Mali : Sikasso : Une forte délégation visite les réalisations de la collectivité région

Le Conseil régional de Sikasso a reçu, jeudi dernier, une forte délégation, conduite par le conseiller technique au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Mahamane pour une visite du 2 au 6 février..

Par Mariam DIABATE


Publié mercredi 07 février 2024 à 10:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner