#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur.

Publié lundi 26 février 2024 à 08:11 , mis à jour mardi 23 avril 2024 à 22:08
#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Mais aussi leur octroyer des diplômes de reconnaissance pour l’ensemble de leurs œuvres. Les initiateurs entendaient ainsi célébrer des talents du cinéma à travers un programme alléchant à commencer par la «montée des marches», un cocktail et un concert de musique.  La particularité de l’événement, c’est qu’il avait été demandé aux invités de s’habiller avec des tissus du continent africain, conçus et cousus par des Africains. Ils sont ensuite passés sur un large tapis rouge, puis ont gravi les marches des escaliers avant de s’arrêter devant des photographes et des cameramen afin que ceux-ci immortalisent ces instants.

Ainsi comme au Festival de Cannes, tous les invités se sont prêtés au jeu, avec la fierté d’être célébrés pour l’ensemble de leurs travaux respectifs. Des anciens comme Cheick Oumar Sissoko, Cheick Tidiane Seck ou Salif Traoré reconnaîtront que pour la première fois, ils voient un tel hommage rendu au cinéma. Même le célèbre cinéaste sénégalais, Moussa Sène Abssa, n’en revenait pas. Il a exprimé tout son émerveillement de voir les Maliens réussir une telle initiative, mais aussi de voir un grand nombre de jeunes talents du cinéma malien, notamment des comédiens, réalisateurs, techniciens, scénaristes et producteurs. Pour Hamadoun Kassogué, célèbre comédien, cette fête est totale dans la mesure où les organisateurs ont tenu à rendre un hommage particulier aux anciens de la profession. Et de prier pour la pérennisation des «Nianan».





Les comédiens n’ont pas manqué de dénoncer les difficultés auxquelles ils font face. Il s’agit, entre autres, du manque de financement de matériel, mais aussi des bas salaires, le harcèlement des filles et l’absence de scénarii de fictions capables de rehausser le niveau du cinéma malien. En termes de récompenses, le premier trophée d’honneur est revenu à Souleymane Cissé pour l’ensemble de ses œuvres. Absent, pour cause de deuil, le fils du cinéaste, Youssouf Cissé, a reçu le trophée de son père des mains d’Abdoulaye Dioba Diarra, l’actuel gardien du temple du Nianan et chef traditionnaliste.

En effet, les organisateurs ont tenu à ce que ce dernier accepte l’utilisation de ce nom compte tenu de tous les mystères que cette colline, située dans la ville de Koulikoro, renferme. En remettant le trophée, Abdoulaye Dioba Diarra, en même temps chef de la confrérie des chasseurs a donné publiquement sa bénédiction à cette cérémonie.  Ce genre de manifestation  consiste à rendre hommage aux professionnels du cinéma, dont le travail contribue à réhausser l’image de notre pays, est bien accepté par le Nianan.

Ainsi Souleymane Cissé, Cheick Oumar Sissoko ont reçu chacun des Nianan d’honneur; le célèbre réalisateur sénégalais Sembène Ousmane et le comédien burkinabé Sotigui Kouyaté ont eu droit à des Nianan d’honneur à titre posthume. Quant à Kandioura Coulibaly (décorateur) et les comédiens Maïmouna Hélène Diarra et Michel Sangaré, tous ont été récompensés à titre posthume par des attestations d’honneur.

Le travail du réalisateur Salif Traoré a été reconnu à travers une attestation d’honneur spéciale. Six attestations d’honneur sont aussi allées à Habib Dembélé dit Guimba, Fatoumata Coulibaly dit FC, Maïmouna Doumbia, Hamadoun Kassogué, Fatoumata Diawara et la boîte de production Arc-en-ciel.

Enfin cinq attestations de reconnaissance ont été délivrées à Batoma Sotigui Kouyaté (maquillage) du Burkina, Bakary Ouattara (décoration), Bakary Sangaré dit Glace (son), Yiriyé Sabo (son) et Mohamed Lamine Touré (image).

Fousseyni Diakité, coordonnateur du Groupe Walaha et organisateur de l’évènement, explique que pour cette première édition des récompenses du Nianan ont été réservées aux anciens. Les éditions suivantes permettront de reconnaitre les mérites des professionnels du cinéma qui se seront illustrés au cours de l’année. Et de dire que cette cérémonie sert de lancement à la 5è édition du Festival Ag’na qui aura lieu en fin de semaine à Koulikoro.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : 13è édition du MASA : Anw Jigi art, don sen folo et Kader Tarhanin portent le Mali

Depuis samedi dernier, la 13è édition du Marché des arts du spectacle africain à commencé à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Deux de nos représentants, notamment la compagnie de théâtre Anw jigi art et le cirque de Don sen folo, se sont déjà produits le lendemain d.

Lire aussi : #Mali : Adama Yalomba : Le roi incontesté du «N’DAN»

Adama Yalomba vient de mettre sur le marché un nouvel album de 10 titres. La particularité de cet album, c’est que tous les morceaux sont rythmés par un instrument de musique assez atypique mais surtout méconnu du grand public, le «n’dan»..

Lire aussi : #Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Lire aussi : #Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses comba.

Lire aussi : #Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’.

Lire aussi : #Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour .

Les articles de l'auteur

#Mali : 13è édition du MASA : Anw Jigi art, don sen folo et Kader Tarhanin portent le Mali

Depuis samedi dernier, la 13è édition du Marché des arts du spectacle africain à commencé à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Deux de nos représentants, notamment la compagnie de théâtre Anw jigi art et le cirque de Don sen folo, se sont déjà produits le lendemain de la cérémonie d’ouverture, c'est-à-dire dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 19 avril 2024 à 09:06

#Mali : Adama Yalomba : Le roi incontesté du «N’DAN»

Adama Yalomba vient de mettre sur le marché un nouvel album de 10 titres. La particularité de cet album, c’est que tous les morceaux sont rythmés par un instrument de musique assez atypique mais surtout méconnu du grand public, le «n’dan»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 19 avril 2024 à 09:05

#Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:30

#Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses combats.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:25

#Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’apprendre à le jouer.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:24

#Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour eux et leurs familles respectives..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:22

Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant partie intégrante du patrimoine civilisationnel immatériel qui reflète les valeurs d’appartenance et de coexistence..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:20

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner