#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux

Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38 , mis à jour mardi 21 mai 2024 à 05:24
#Mali:  Le pyromane prend dix ans de prison


De l’acte d’accusation et de renvoi en cour d’assises, il esr ressorti que le nommé Ousmane Cissé a, courant 2021, volontairement mis le feu au bureau de son patron Aliou Doumbia à qui il en voulait de le critiquer souvent avant d’emporter par la même occasion son coffre-fort. Par la suite, il a été coincé, interpellé puis conduit devant la Cour d’assises de Bamako pour répondre de son acte. Un acte prévu et puni par les dispositions des articles 305, 252, et 255 du code pénal pouvant donner lieu à des peines criminelles. Ces faits ont été commis en septembre 2021 alors qu’il officiait comme agent de sécurité au niveau du domicile de l’ancien président Alpha Oumar Konaré.

 

Un acte volontaire- Sa victime, un certain Aliou Doumbia était désigné comme intendant à la résidence de l'ancien Président Alpha Oumar Konaré. En septembre 2021, aux environs de 08 heures 30 minutes, il a garé son véhicule comme d'habitude pour ensuite prendre ses bagages puis rentrer dans son bureau. Juste avant de franchir la porte et y entrer, ce dernier senti l'odeur de la fumée venant du bureau d'à côté. Après avoir ouvert le sien, il trouva que tout était noir. Aussitôt, il appela le jeune homme chargé de nettoyer les lieux, et un élément de la sécurité pour faire le constat.

Quand Aliou Doumbia est rentré sa première intuition a été de se diriger vers son coffre-fort qui ne s'y trouvait plus. Immédiatement, sa première analyse a été de chercher à comprendre si l'incendie était d'ordre électrique. Mais c'était tout le contraire. Cet acte avait été posé par un idividu et, de façon volontaire. C’est ainsi que la victime a fait le constat suivant : uniquement c'est le dessus de la table qui a été brûlé avec des papiers notamment les reçus, les factures d’électricité entre autres. 

Il a été par la suite établi que c’est l'inculpé Ousmane CIssé qui était rentré dans le bureau nuitamment pendant que les agents de sécurité regardaient la télé. Comme lui même fait partie de ces agents de sécurité et que le jour des faits, c'était son jour de repos, il en a surement profité pour nuire en incendiant le bureau de son chef Aliou Doumbia à cause du fait que ce dernier le critiquait très souvent.

Après son forfait, le pyromane emporta le coffre-fort et s'est dirigé vers la route de Kati. Arrivé à un endroit, il a défoncé ledit coffre et y soustraire le contenu, soit la somme de Cinq million de Francs (5.000.000) FCFA. La victime Aliou Doumbia après avoir rendu des comptes à sa hiérarchie porta plainte devant les autorités compétentess afin d'ouvrir une enquête dans l’espoir de faire toute la lumière sur cette affaire.


C’est ainsi que les recherches menées ont conduit les enquêteurs sur les traces de Ousmane Cissé, agent de sécurité de la victime. Quelques jours plus tard, ce dernier sera interpellé pour clarifier de lourds soupçons qui  pesaient sur lui quant à son implication  dans l’incendie du bureau de son patron. C’est ainsi que le jeune homme a été interpellé et conduit  dans les locaux de la police pour audition avant de voir qu’une  procédure judiciaire  était  engagée contre lui pour « incendie volontaire et vol qualifié ».

 

Sans aucune raison valable- Durant toute la procédure le suspect a reconnu les faits. Même à la barre, il n’a pas cherché à se disculper. Il est resté constant dans sa logique d’aveu. Mais biezarrement l’accusé n’a pu avancer  la moindre raison valable qui l’a poussé à poser cet acte criminel. Il a tout simplement a déclaré, comme cela ressort dans son arrêt de renvoi, qu’au retour d’un de leur voyage effectué avec Aliou Doumbia sur Sélingué, il aurait subtilisé la clé de secours du bureau dans le sac dans l’optique de le nuire. C’est ainsi qu’à la date du 26 septembre de la même année, il s’est introduit dans ledit  bureau avec la clé subtilisée pour prendre le coffre-fort contenant la somme susindiquée avant d’incendier le local. Il ne lui restait plus qu’à s’expliquer sur les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte.

C’est ainsi qu’il a avancé que la victime, (son patron)  le critiquait très souvent et n’hésitait pas  à l’insulter grossièrement dans le but de le nuire tout simplement. D’où les raisons qui l’auraient poussé à poser cet acte. Rien  d’autre.  Pour la Cour cette explicaton ne tient pas, car elle ne pouvait en aucun cas être une raison valable pour incendier le bureau de son patron. Un collègue agent présent à l’audience est passé à la barre pour témoigner, un temoignage qui n’a fait que charger l’accusé. Selon ce témoin, l’inculpé Ousmane était l’homme de confiance de Aliou. D’où tout son étonnement de voir l’accusé  afffirmer que son patron l’insultait grossièrement, alors qu’ils étaient complices. Pour le temoin, l’inculpé n’avait aucune raison de s’en prendre à  son patron.

Pour le parquet général, les faits sont clairs. Selon le magistrat, à la lumière des débats, tout laisse à penser que l’accusé avait volontairement mis le feu au bureau de son patron. C’est ainsi que le defenseur des citoyens a déclaré l’accusé coupable des faits. L’avocat de la défense de son côté, s’est retrouvé devant les faits accomplis. Il  ne pouvait faire autre que de solliciter la mansuétude de la Cour avant de plaider pour des circonstances atténuantes au profit de son client. Malheureusement pour lui, après délibération, la Cour a condamné l’inculpé à 10 ans de prison…

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Le «Passeur» passe par la case prison

à deux, ils recherchaient et envoyaient les candidats à l’immigration pour regagner l’Europe via le Sahara. Un contrôle de routine a mis fin à leur activité illicite.

Lire aussi : #Mali : Livre : «Général Abdoulaye Soumaré, pans de vie d’un homme d’honneur» : Son écrivain de fils parle de lui

Cet ouvrage retrace la vie de cet ancien chef d’état-major de l’Armée malienne qui a toujours prêché par l’exemple, le sens de la loyauté, de la bravoure et le combat contre l’injustice.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les propos compromettants d’un accusé

L'homme a été traîné devant les juges à cause de son indiscrétion à la suite d’un assassinat. Il aura la chance d’être lavé de tout soupçon.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de prison pour l’époux jaloux

Il n’était pas blanc comme neige mais ne supportait pas que son épouse lui refuse le lit conjugal. Au lieu de se remettre en cause, il a préféré se débarrasser d’elle définitivement.

Lire aussi : #Mali :Université numérique du Mali : La phase d’opérationnalisation lancée

La numérisation de l’enseignement supérieur est un impératif. Pour relever ce défi majeur, notre pays s’est engagé dans un processus d’innovation de son dispositif de formation afin de répondre aux exigences de modernisation et de coller à l’air du temps..

Lire aussi : #Mali : ...Djénébou recouvre la liberté

Inculpée d’assassinat sur son mari, en l’absence de preuves, la Cour l’a tout simplement acquittée...

Les articles de l'auteur

#Mali : Le «Passeur» passe par la case prison

à deux, ils recherchaient et envoyaient les candidats à l’immigration pour regagner l’Europe via le Sahara. Un contrôle de routine a mis fin à leur activité illicite.

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:44

#Mali : Livre : «Général Abdoulaye Soumaré, pans de vie d’un homme d’honneur» : Son écrivain de fils parle de lui

Cet ouvrage retrace la vie de cet ancien chef d’état-major de l’Armée malienne qui a toujours prêché par l’exemple, le sens de la loyauté, de la bravoure et le combat contre l’injustice.

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:41

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les propos compromettants d’un accusé

L'homme a été traîné devant les juges à cause de son indiscrétion à la suite d’un assassinat. Il aura la chance d’être lavé de tout soupçon.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 09:29

#Mali : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de prison pour l’époux jaloux

Il n’était pas blanc comme neige mais ne supportait pas que son épouse lui refuse le lit conjugal. Au lieu de se remettre en cause, il a préféré se débarrasser d’elle définitivement.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 14 mai 2024 à 08:26

#Mali :Université numérique du Mali : La phase d’opérationnalisation lancée

La numérisation de l’enseignement supérieur est un impératif. Pour relever ce défi majeur, notre pays s’est engagé dans un processus d’innovation de son dispositif de formation afin de répondre aux exigences de modernisation et de coller à l’air du temps..

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 08 mai 2024 à 09:11

#Mali : ...Djénébou recouvre la liberté

Inculpée d’assassinat sur son mari, en l’absence de preuves, la Cour l’a tout simplement acquittée...

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 02 mai 2024 à 07:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le doute profite aux accusés

Courant 2009, Abel Diarra et Zan Diarra étaient suspectés d’incendie volontaire au préjudice de N’Tji Diarra pour une affaire de parcelle..

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 30 avril 2024 à 08:27

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner