#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux

Par

Publié mardi 02 avril 2024 à 09:17
#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

En janvier 2018, Tenin Keita a été violée collectivement par un groupe de jeunes avant de voir sa vidéo diffusée sur le net suscitant l’indignation. L’affaire dite de «viol collectif» a, à l’époque, défrayé la chronique de par son caractère sensible qui avait heurté plus d’un. L’horrible scène filmée à visages découverts a choqué nombreux de nos compatriotes. Il n’en fallait pas plus pour que les organisations de défense des droits des femmes montent au créneau demandant aux autorités judiciaires une punition «exemplaire» afin de dissuader la répétition d’un tel crime.

Par la suite, les enquêtes ont permis d’interpeller à Sotuba les nommés Gagny Coulibaly, Mamadou Konta, Badra Dembélé et Alfousseyni Dienta. Le plus jeune du groupe avait 16 ans, le plus âgé 25 et 18 pour les deux autres. Six ans après, ces présumés violeurs sont passés devant la Cour d’assises de Bamako au cours de la présente session qui se tient à la Cour d’appel de Bamako. Au terme de leur procès les mis en cause ont, chacun écopé de 10 ans de réclusion criminelle.

C’était le 26 janvier 2018, aux environs de 14 heures, la pétite Tenin âgée de 15 ans à l’époque des faits, se rendait à son école sise à Titibougou, en Commune I du District de Bamako. En cours de route, elle a été approchée par un groupe de jeunes  par l’intermédiaire d’un certain Badra Dembélé de se joindre à eux pour des exercices en groupe. C’est ainsi qu’elle les suivait jusque dans une maison supposée être le lieux d’exercices.

 

Violée à tour de rôle- Ainsi Mamadou Konta entrait dans une chambre et l’invitait à le joindre pour, dit-il, voir un cahier. Et c’est une fois dans la chambre, que Tenin est piégée et violée à tour de rôle par ces jeunes. Durant cette action, ils ont été rejoints dans la chambre par d’autres jeunes qui ont, eux aussi, abusé d’elle à tour de rôle. Pendant leur forfait, les auteurs des faits incriminés ont filmé la scène, pour ensuite mettre ces images sur les réseaux sociaux.

C'est en visionnant ces images qui lui ont été présentées par une de ses voisines que Fatoumata Diarra, la mère de Ténin Keïta, a reconnu sa fille. Suite à la série de questions posées à elle par sa mère, cette dernière confirmait les faits. C'est ainsi que dame Fatoumata Diarra a conduit sa fille à la police, précisément à la Brigade chargée de la Protection des mœurs et de l'enfance, pour porter plainte contre les agresseurs de celle-ci. Les investigations entreprises par cette unité, ont permis d'appréhender les nommés Badra Dembélé, Gagny Coulibaly, Mamadou Konta, N'Gada Traoré dit Gana, Alfousseyni Dienta, Boubacar Sidiki Kamissoko et Aboubacar Dienta dit Kama.

Par la suite une information judiciaire a été ouverte contre eux. Inculpés et placés sous mandat de dépôt le 15 février 2018, ils ont reconnu les faits qui leur sont reprochés, tant à l'enquête préliminaire que devant te magistrat instructeur. À la barre, ils n’étaient que quatre à comparaitre sur les sept déferés. Les accusés ont opté pour la dénégation systématique des faits. Dans cette logique de fuite en avant, ils n’ont, à aucun moment reconnu les actes qu’ils avaient pourtant admis lors des enquêtes préliminaires. À les entendre parler, ils n’ont pas entrainé la victime dans la chambre.

Le ministère public, fort de sa qualité de défenseur des citoyens a qualifié les inculpés de menteurs, qui usent de mensonge pour se défendre. C’est pourquoi, il a requis leur maintien dans les liens de l’accusation. Et d'ajouter qu'ils ne devaient aucunement échapper à la justice. Les conseils des accusés ont tout d’abord tenté de faire comprendre à la Cour que le dossier est truffé d'incohérences. Ils ont également demandé à la Cour de tenir compte de la jeunesse des accusés. Une idée qui n’a pas du tout coinvaincu les jurés. À la lumière des débats, la Cour a reconnu les accusés coupables. Cependant, ces derniers n’ont bénéficier d’aucune circonstance atténuante. Les quatre violeurs ont écopé chacun de 10 ans de reclusion criminelle.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Lire aussi : #Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Lire aussi : #Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Lire aussi : #Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Lire aussi : #Mali : Un quadragénaire assassine son père et écope de la peine de mort

Le parricide fait partie des infractions rares dans les rôles des sessions de Cour d’assises. C’est pourtant pour cette infraction criminelle que Ousmane Traoré a comparu devant les juges en milieu de semaine dernière..

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33

#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38

#Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:23

#Mali : Un quadragénaire assassine son père et écope de la peine de mort

Le parricide fait partie des infractions rares dans les rôles des sessions de Cour d’assises. C’est pourtant pour cette infraction criminelle que Ousmane Traoré a comparu devant les juges en milieu de semaine dernière..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 07:37

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le violeur en série écope de 5 ans de prison

Il escaladait nuitamment les murs d’enceinte des domiciles de ses victimes qu’il menaçait toujours avec une arme blanche. La chance a fini par l’abandonner.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 07 mars 2024 à 08:09

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner