#Mali : Conseil national de Transition : Quitus pour plusieurs textes

Hier s’est tenue la première séance plénière de la session ordinaire d’avril du Conseil national de Transition (CNT). Au total, cinq projets de texte ont été examinés et adoptés par l’organe législatif.

Publié vendredi 26 avril 2024 à 09:01
#Mali : Conseil national de Transition : Quitus pour plusieurs textes

Les travaux se sont déroulés sous la présidence de son président, le colonel Malick Diaw, en présence du ministre de la Refondation de l’état, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga, et de ses collègues porteurs des différents textes. Le premier texte examiné au cours de cette séance est le projet de loi portant modification de l’Ordonnance n°09-016/P-RM du 20 mars 2009 portant création de l’Institut national de la Statistique (Instat). 

Initié par le ministre de l’économie et des Finances, il était défendu à sa place par son collègue de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo.

 Le budget prévisionnel de l’Instat en 2024 est équilibré en recettes et en dépenses à 17,645 milliards de F cfa. Et il est inscrit au budget 2024 au titre de la redevance statistique, un montant de 25,095 milliards de F cfa. L’adoption de ce texte permettra à l’Institut de bénéficier de 15% de redevance statistique soit 3,76 milliards de F cfa.

Pour le ministre Moussa Alassane Diallo, ce texte est aujourd’hui essentiel pour le gouvernement parce que «nous avons décidé de prendre notre destin en main à travers notre souveraineté retrouvée». Selon lui, cette souveraineté passe aussi par la souveraineté économique. Et cela va s’appuyer sur une planification de notre développement et sur le financement de notre économie. Pour le ministre Diallo, cette planification va nous permettre de sortir du pilotage à vue afin de nous inscrire dans des plans stratégiques de développement de notre pays. Moussa Alassane Diallo a évoqué le renforcement de l’Instat afin de le doter à la fois de ressources financières mais aussi de compétences en ressources humaines pour qu’il puisse mener à bien ses missions.

D’après lui, l’affection de 15% de la redevance statistique s’inscrit dans cette dynamique. Le projet de loi a été adopté par 131 voix pour, 0 contre et 1 abstention. Deux autres projets de loi étaient à l’ordre du jour de la séance. Il s’agit du projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°2023-026/PT-RM du 29 décembre 2023 autorisant la ratification de l’accord de financement signé à Bamako le 30 juin 2023 entre le gouvernement et l’Association internationale de développement (Ida) relatif au projet de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité au Mali et le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°2023-027/PT-RM du 29 décembre 2023 autorisant la ratification de l’accord de financement signé à Bamako le 30 juin 2023 entre le gouvernement et l’Association internationale de développement (Ida) agissant en qualité d’entité accréditée du Fonds vert pour le climat relatif au projet de renforcement du réseau électrique et d’extension de l’accès à l’électricité au Mali.

Ces deux textes étaient défendus par la ministre de l’énergie et de l’Eau Mme Bintou Camara. Pour le premier texte, l’Ida accorde au gouvernement un prêt en deux portions. La première portion est de 59,757 milliards de Fcfa et la deuxième est de 34,044 milliards de Fcfa.  Et pour le deuxième financement, le Fonds vert pour le climat, à travers l’Ida, accorde au Mali un prêt de 22,699 milliards de Fcfa assorti d’une subvention de 2,986 milliards de F cfa.

 

CRISE ÉNERGÉTIQUE-  Actualité oblige, la crise énergétique s’est invitée dans les débats avec plusieurs questions adressées à la ministre Bintou Camara sur cette problématique. La ministre a indiqué qu’il y a beaucoup de projets qui n’ont pas pu aboutir, car il y a un problème de ligne de transport de l’électricité. Selon elle, si l’électricité est produite, il faut pouvoir la transporter pour l’amener vers les localités de grande consommation comme Bamako et environs. La ministre Camara a précisé que les deux projets de textes sont surtout pour le financement de ces lignes. Selon elle, avec ces lignes de transport, toutes les petites localités qui seront traversées, seront gérées par les opérateurs privés. Et l’EDM va s’orienter uniquement sur les industries et les grandes villes où il y a beaucoup de consommateurs.

 Mme Bintou Camara a reconnu qu’EDM est une société en faillite qui n’a pas de capital. Et elle impacte l’économie malienne, car elle a eu à faire à des opérateurs de carburant, d’énergie qui ne sont pas payés. Aussi, elle a eu à faire aux 14 banques de la place qu’elle n’arrive pas à rembourser. Toutefois, avec le ministre de l’économie et des Finances, elle dira que les banques ont accepté de rééchelonner ce montant de 255 milliards de F cfa sur 10 ans avec un différé d’un an.

Toute chose qui permettra à la société de disposer désormais de ses recettes car chaque mois, les banques prélevaient ce qu’elle leur devait. La ministre a également annoncé que la société est actuellement en train de débrancher tous les branchements illicites à Bamako. Le premier texte défendu par la ministre Bintou Camara a été adopté par 126 voix pour, 0 contre et 3 abstentions. Tandis que le second l’a été avec 130 voix pour, 0 contre et une abstention. 

Le 4è texte de cette séance était le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°2024-001/PT-RM du 15 janvier 2024 portant création de la Direction générale des Domaines et du Cadastre. Défendu par le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Imirane Abdoulaye Touré, ce texte a été adopté à l’unanimité avec 131 voix.  Alors que le 5è texte à l’ordre du jour a été renvoyé à la prochaine plénière. Les travaux se sont poursuivis à huis clos avec la relecture de la loi n°23-058/CNT portant loi organique fixant les avantages, indemnités et autres traitements des membres du CNT.

Dieudonné DIAMA

Lire aussi : #Mali: Création d’associations au Mali : La formalité administrative d’autorisation et de déclaration préalable rendue obligatoire

Les membres du Conseil national de Transition ont donné leur quitus au texte ainsi qu’à trois autres projets de loi. La réforme et l’amélioration de la gouvernance des associations font partie des recommandations du Dialogue inter-Maliens. L’objectif étant la préservation de l’ordre pu.

Lire aussi : #Mali : Promotion des droits de la femme : Haïdara Aïchata Alassane Cissé reçoit la plus grande distinction de AWLN International

Le Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) est une plateforme continentale créée pour galvaniser le leadership des femmes en Afrique vers une paix et un développement durables dans tous les secteurs et à tous les niveaux..

Lire aussi : #Mali : Visite d’amitié et de Travail du président sénégalais : Bassirou Diomaye Faye à Bamako pour le renforcement des liens historiques

Le président sénégalais et son homologue malien ont fait le tour des questions brûlantes de l’heure, notamment les défis sécuritaires, le renforcement des relations diplomatiques entre nos deux pays.

Lire aussi : #Mali : Fin du Dialogue inter-Maliens : Des recommandations à hauteur des enjeux

Ce processus a permis de discuter des préoccupations majeures de la nation, en termes de gouvernance, gestion des conflits, développement économique, surtout paix et vivre ensemble. Une tendance globale s’est dégagée lors de ces assises pour la prolongation de la Transition et susciter la can.

Lire aussi : #Mali : Fin du dialogue inter-Maliens : Une panoplie de recommandations

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a présidé ce vendredi au Centre international de conférences de Bamako, la cérémonie de clôture du dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation. La phase nationale de ces assises s’est tenue du 6 au 10 mai. Il s’agissai.

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase ultime pour le retour de la paix

Le processus qui entame sa phase nationale est une opportunité pour les Maliens de discuter de leurs préoccupations et de proposer des solutions de sortie de crise. Le Dialogue inter-Maliens doit in fine permettre de recoudre le tissu social, renforcer le vivre-ensemble et d’instaurer une paix d.

Les articles de l'auteur

#Mali: Création d’associations au Mali : La formalité administrative d’autorisation et de déclaration préalable rendue obligatoire

Les membres du Conseil national de Transition ont donné leur quitus au texte ainsi qu’à trois autres projets de loi. La réforme et l’amélioration de la gouvernance des associations font partie des recommandations du Dialogue inter-Maliens. L’objectif étant la préservation de l’ordre public.

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 10 juin 2024 à 07:06

#Mali : Promotion des droits de la femme : Haïdara Aïchata Alassane Cissé reçoit la plus grande distinction de AWLN International

Le Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) est une plateforme continentale créée pour galvaniser le leadership des femmes en Afrique vers une paix et un développement durables dans tous les secteurs et à tous les niveaux..

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:13

#Mali : Visite d’amitié et de Travail du président sénégalais : Bassirou Diomaye Faye à Bamako pour le renforcement des liens historiques

Le président sénégalais et son homologue malien ont fait le tour des questions brûlantes de l’heure, notamment les défis sécuritaires, le renforcement des relations diplomatiques entre nos deux pays.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 19:51

#Mali : Fin du Dialogue inter-Maliens : Des recommandations à hauteur des enjeux

Ce processus a permis de discuter des préoccupations majeures de la nation, en termes de gouvernance, gestion des conflits, développement économique, surtout paix et vivre ensemble. Une tendance globale s’est dégagée lors de ces assises pour la prolongation de la Transition et susciter la candidature du colonel Assimi Goïta à la prochaine élection présidentielle.

Par Dieudonné DIAMA


Publié dimanche 12 mai 2024 à 17:07

#Mali : Fin du dialogue inter-Maliens : Une panoplie de recommandations

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a présidé ce vendredi au Centre international de conférences de Bamako, la cérémonie de clôture du dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation. La phase nationale de ces assises s’est tenue du 6 au 10 mai. Il s’agissait de l’étape d’affinement et de synthèse des solutions proposées par ces assises aux niveaux communal, régional, des ambassades et consulats..

Par Dieudonné DIAMA


Publié samedi 11 mai 2024 à 12:16

#Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase ultime pour le retour de la paix

Le processus qui entame sa phase nationale est une opportunité pour les Maliens de discuter de leurs préoccupations et de proposer des solutions de sortie de crise. Le Dialogue inter-Maliens doit in fine permettre de recoudre le tissu social, renforcer le vivre-ensemble et d’instaurer une paix durable.

Par Dieudonné DIAMA


Publié mardi 07 mai 2024 à 07:00

#Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase nationale s’ouvre ce lundi

En vue de garantir l’inclusivité autour de ce processus de dialogue, le comité de pilotage a multiplié les rencontres avec les forces vives, les Institutions de la République, les organisations de la société civile, l’ancien président par intérim, Pr Dioncounda Traoré, des anciens.

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 06 mai 2024 à 09:30

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner