#Mali :Aménagement des berges du fleuve Niger : les ambitions peinent à se concrétiser

Des projets nourris à cet effet prévoient de faire des berges du Djoliba un véritable parc d’attraction en y construisant des espaces. Ils pouvaient, en outre, s’élargir sur le recyclage des déchets liquides et l’aménagement des dépôts de déchets solides

Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:46 , mis à jour mardi 21 mai 2024 à 03:40
#Mali :Aménagement des berges du fleuve Niger : les ambitions peinent à se concrétiser

Les berges de ce cours d’eau peu offrir mieux, s’ils sont bien aménagés (photo d'archives)

 

Le fleuve Niger, appelé Djoliba, constitue un élément important du paysage Bamakois. Trois ponts (pont des Martyrs, pont Fahd, pont de l’amitié Chino-malienne) l’enjambent dans sa traversée de la capitale. Son lit et ses berges sont exploités par de nombreux citadins pratiquant des activités génératrices de revenues : pêche, maraîchage, extraction du sable. Ce qui fait du Djoliba une source de revenus pour ces habitants de Bamako.


Les berges de ce cours d’eau peuvent offrir mieux, si elles sont bien aménagées. En matière, les initiatives ont de la peine à prospérer, laissant ainsi les déchets régner en maître et engloutir les opportunités pour ceux qui ont le sens des affaires. En effet, l’aménagement des berges du Niger ne peut-être qu’une aubaine non seulement pour l’économie de la capitale, mais aussi pour le bien être des humains et de la faune aquatique. Le cadre est idéal pour l’implantion des restaurants et autres lieux de distraction.

Aujourd’hui, les actions anthropiques ont érodé la beauté naturelle du fleuve. Lundi 18 mars, Zan Diarra arrose ses plantes sur les berges, près de la Place cinquantenaire. Il remplit directement son arrosoir dans le fleuve et vient humidifier ses planches de patate. Le passionné du maraîchage a vu les déchets colonisés les berges, année après année. Des aménagements auraient pu, à son avis, arrêter ce désastre. «Des belles constructions sur les berges seraient rentables pour le fleuve et pour l’état », dit-il. Non loin de lui, un visiteur, qui a souhaité garder l’anonymat, contemple le fleuve.


Le souhait de ce riverain est de voir l’état aménager, comme c’est le cas dans certains pays, des espaces verts pour la détente. «La proximité avec le fleuve procure un micro climat agréable que raffole les clients », renchérit un chef cuisinier que nous avons rencontré dans son restaurant, construit sous forme de bateau sur les berges. Le long du fleuve est un espace regorgeant d’énormes potentialités, mais il est délabré dans plusieurs parties de la ville. Selon l’ancien ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville et ancien Premier ministre, les berges du fleuve doivent être utilisées pour plusieurs activités au lieu de les laisser à l’état sauvage. Moussa Mara précise que notre fleuve est comme un fossé laissant passer l’eau, les gens y jettent des ordures et il accueille les eaux usées.

Alors qu’il peut être un espace de loisir et de bien-être pour les citadins. «Quand j’étais ministre, nous avions un vieux projet d’aménagement du lit du fleuve en perspective pour le rétrécir et le rendre plus profond et plus navigable. Ce projet envisageait l’aménagement des berges par des immeubles pour rendre la ville de Bamako attrayante», se souvient l’ancien chef du gouvernement. Il a vu un projet similaire au cours d’une mission au Maroc et souhaitait voir la même chose chez. Les Marocains lui avaient d’ailleurs signifié leur disponibilité à aider à la concrétion de son souhait.

 

1.500 MILLIARDS DE REVENUS- De retour au pays, l’ancien ministre de l’Urbanisme et de la Politique des villes n’avait pas tardé à engager des études pour enfin monter un avant-projet dont le coût était évalué à 1.000 milliards de Fcfa. «Jamais dans l’histoire du Mali, on a eu un projet de cette taille. Il allait générer 1.500 milliards de revenus», précise Moussa Mara. Selon lui, en remblayant le fleuve, le lit se rétrécit, ce qui le rend plus joli, plus profond et rempli. Des voies de la circulation routière étaient prévues sur le long des deux rives, de Sébénikoro à Moribabougou et de Kalaban-coro à Missabougou.

Des espaces de loisirs comme un parc d’attraction et des espaces verts y seraient aussi construits. Le projet pouvait, en outre, s’élargir sur le recyclage des déchets liquides et l’aménagement des dépôts de déchets solides. Moussa Mara regrette de voir ce projet rangé dans les tiroirs alors qu’il l’avait présenté au président de République d’alors. Celui-ci avait même souhaité que la présidence prenne le dossier en charge, en raison de son importance.

L’Agence du bassin du fleuve Niger (ABFN) a pour missions principales la sauvegarde du fleuve Niger, la protection des berges contre la dégradation, la dépollution des lits de ses affluents et de son cours d’eau principal. Le directeur général adjoint de cette Agence, Moussa Diamoye, rappelle qu’ils mettent en place un mécanisme financier de perception de redevances auprès des organismes préleveurs et pollueurs du fleuve Niger. En d’autres termes, il s’agit de mettre en contribution ceux qui polluent ou qui utilisent le fleuve à des fins commerciales.

Le DGA de l’ABFN fait savoir qu’ils ont porté en 2019 un projet d’aménagement des berges du fleuve dans les zones urbanisées de Bamako qui faisait 22 km, de Kalanbabougou à Sotuba. Il s’agissait de réduire la section du fleuve Niger dans le District, parce qu’il y a beaucoup de constructions dans les servitudes. «Les gens qui ont des maisons dans ce stade sont dans le cadre de l’agression du fleuve», dénonce-il au passage. L’Agence a eu des partenaires pour réaliser le projet mais l’accompagnement que le partenaire a souhaité de l’État pour prendre certaines préoccupations n’a pas été pris en compte, regrette-t-il.

«Un projet similaire était porté par l’Agence de cessions immobilières (ACI) et la direction nationale de l’urbanisme. Quand Mohamed Aly Bathily est devenu ministre des Domaines et des Affaires foncières, il a essayé de mettre ces trois projets ensemble pour n’en faire qu’un et depuis lors, c’est son département qui s’en occupait», nous apprend Moussa Diamoye. Avant de souligner que le dernier acte concret qui a été posé dans le cadre de ce projet remonte à 2019. Un communiqué du Conseil des ministres a évoqué la durée du projet, soulignant qu’il allait contribuer à protéger le fleuve et donner un nouveau visage à la capitale.

En effet, il était prévu la construction de boutiques à usage commercial de grands standings et la création des activités touristiques avec des bateaux pour générer des ressources. À ce jour, précise Moussa Diamoye, l’Agence a pu réaliser quelques kilomètres d’aménagements mécaniques et biologiques des berges dans quelques régions. Depuis un certain temps, poursuit-il, l’Agence se bat pour que toute attribution de concession de parcelles qui devrait être faite dans les abords du fleuve requière l’avis de l’ABFN pour voir son l’impact sur l’eau et sur les riverains. Mais dans son action contre ceux qui occupent les servitudes du fleuve, elle est limitée «car en général, ce sont des personnes qui détiennent des titres fonciers délivrés par des administrations du pays».

Fatoumata Mory SIDIBE

Lire aussi : #Mali : UMPP : Le ministre Moussa Alassane Diallo s’assure de la bonne marche des activités

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a effectué hier une visite à l’Usine malienne de produits pharmaceutiques (UMPP). Il a fait le tour des installations, de la salle destinée à la chaîne de production aux magasins des matières premières en passant par le la.

Lire aussi : #Mali : Entrepreneuriat : Start-up, un concept en vogue

Les jeunes entrepreneurs qui séduisent par leur esprit d’initiative doivent être accompagnés pour développer leurs entreprises et créer des emplois. L’état pourrait aussi faire en sorte qu’ils accèdent aux marchés publics.

Lire aussi : #Mali : Industrie : le ministre Moussa Alassane Diallo à l’écoute des imprimeurs

Ceux-ci ont demandé aux pouvoirs publics d’arrêter de sous-estimer les industries nationales qui, selon eux, font du bon travail.

Lire aussi : #Mali : CNT-secteur privé : Échanges utiles sur la loi de finances 2024

Le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) a organisé, hier à son siège, un petit-déjeuner professionnel autour du thème : «Loi de finances 2024». Outre le 3è vice-président du CNPM, Sidi Dagnoko, le président de la Commission finances du Conseil national de Transition (CNT), Mamadou T.

Lire aussi : #Mali :Journée mondiale de l’eau : Les bons indicateurs du Mali

Les statistiques attestent des progrès dans l’accès au service de l’eau potable dans notre pays. En 2024, ce taux est de 83,2% en milieu urbain et semi-urbain et 67,3% en milieu rural, avec une moyenne nationale de 71,9%. Les projets structurants en cours permettront d’améliorer l’approv.

Lire aussi : #Mali : Architecture : La tendance des staffs

Ce matériau à base de plâtre est utilisé dans le bâtiment pour la décoration du plafond et les travaux d’enduits pour la décoration murale. Il joue également le rôle d’isolant thermique pour diminuer la chaleur.

Les articles de l'auteur

#Mali : UMPP : Le ministre Moussa Alassane Diallo s’assure de la bonne marche des activités

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a effectué hier une visite à l’Usine malienne de produits pharmaceutiques (UMPP). Il a fait le tour des installations, de la salle destinée à la chaîne de production aux magasins des matières premières en passant par le laboratoire de contrôle, l’échantillon Tech et la chaudière..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié mardi 14 mai 2024 à 07:53

#Mali : Entrepreneuriat : Start-up, un concept en vogue

Les jeunes entrepreneurs qui séduisent par leur esprit d’initiative doivent être accompagnés pour développer leurs entreprises et créer des emplois. L’état pourrait aussi faire en sorte qu’ils accèdent aux marchés publics.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié jeudi 09 mai 2024 à 08:10

#Mali : Industrie : le ministre Moussa Alassane Diallo à l’écoute des imprimeurs

Ceux-ci ont demandé aux pouvoirs publics d’arrêter de sous-estimer les industries nationales qui, selon eux, font du bon travail.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié mardi 30 avril 2024 à 07:44

#Mali : CNT-secteur privé : Échanges utiles sur la loi de finances 2024

Le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) a organisé, hier à son siège, un petit-déjeuner professionnel autour du thème : «Loi de finances 2024». Outre le 3è vice-président du CNPM, Sidi Dagnoko, le président de la Commission finances du Conseil national de Transition (CNT), Mamadou Touré et plusieurs autres.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié vendredi 19 avril 2024 à 08:35

#Mali :Journée mondiale de l’eau : Les bons indicateurs du Mali

Les statistiques attestent des progrès dans l’accès au service de l’eau potable dans notre pays. En 2024, ce taux est de 83,2% en milieu urbain et semi-urbain et 67,3% en milieu rural, avec une moyenne nationale de 71,9%. Les projets structurants en cours permettront d’améliorer l’approvisionnement.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:21

#Mali : Architecture : La tendance des staffs

Ce matériau à base de plâtre est utilisé dans le bâtiment pour la décoration du plafond et les travaux d’enduits pour la décoration murale. Il joue également le rôle d’isolant thermique pour diminuer la chaleur.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié mercredi 13 mars 2024 à 08:26

#Mali :Création d’emplois et auto-emplois verts : Go Green pour renforcer les méthodes

Le gouvernement malien veut renforcer les méthodes de création d’emplois et d’auto-emplois verts dans les domaines agricole, alimentaire, des énergies renouvelables, de l’eau, de la sylviculture et de la finance..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié mardi 12 mars 2024 à 09:19

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner