Lutte contre la corruption : La solution par les valeurs sociétales africaines

Les participants à une conférence internationale, tenue à Bamako la semaine dernière, en préconisent l’idée. Ils estiment que l’éducation civique et morale basée sur nos us et coutumes pourrait aider au respect des biens publics

Par

Publié vendredi 24 février 2023 à 07:25
Lutte contre la corruption : La solution par les valeurs sociétales africaines

Les rideaux sont tombés, mercredi dernier, sur les travaux de la 2è édition de la Conférence de haut niveau sur la lutte contre la corruption organisée par l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) et ses partenaires sur le thème : «lutte contre la corruption, nouvelle dynamique, recouvrement d’avoirs illicites, coopération internationale».

À l’issue des travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations dont la refondation des systèmes éducatifs africains par la promotion d’un enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle, l’enseignement de l’histoire africaine et les valeurs sociales africaines en particulier à travers des programmes d’éducation civique et morale réhabilités. Le renforcement des capacités des institutions et agences dédiées à la lutte contre la corruption,  la mise en œuvre effective des mécanismes de sanction et de lutte contre l’impunité font également partie des recommandations.

La cérémonie de clôture était présidée par le ministre de la Refondation de l’État, chargé des relations avec les institutions, Ibrahim Ikassa Maïga, en présence du président de l’Oclei, Dr Moumouni Guindo, le président de l’Association des autorités anticorruption d’Afrique (AAACA), Dr Khaled Mohamed Saïd Hassan et d’autres personnalités. 

Par rapport à la recommandation relative à la refondation des systèmes éducatifs, le ministre de la Refondation de l’État, chargé des relations avec les institutions dira qu’il faut aller chercher des réponses dans nos valeurs sociétales, socioculturelles qui nous caractérisent, qui nous rassemblent puisque, dit-il, ce qu’on a emprunté chez les autres ne nous a pas réussi.

Cette démarche d’élaboration d’un programme national d’éducation basé sur nos valeurs, a-t-il poursuivi, est une volonté des autorités et du peuple malien. «Ce programme sera enseigné à l’école, mais également dans les familles, dans les entreprises comme dans l’administration publique, qui va être inculqué à la petite enfance, depuis le préscolaire, le fondamental, le secondaire, mais aussi à l’Université, ainsi que dans les écoles de formation des nouvelles recrues à la fonction publique», a indiqué Ibrahim Ikassa Maïga annonçant l’élaboration prochaine de cours d’éducation civiques morales et patriotiques pour inculquer l’amour de la patrie.

Le ministre Maïga a, par ailleurs, révélé que nous sommes potentiellement très riches, puisque le montant des avoirs spoliés, détournés et transférés à l’extérieur dépasse de trois fois l’aide publique étrangère pour notre pays. «Il suffit juste de mettre une politique résolue de lutte contre la corruption pour que nous puissions nous auto suffire et nous développer», a indiqué le ministre de la Refondation de l’État, chargé des relations avec les institutions.

Le président de l’Oclei a, pour sa part, révélé que les assises de cette année ont compté au moins 350 participants, dont pas moins de 76 participants internationaux en présentiel et 10 participants internationaux à travers des vidéos conférences. Dr Moumouni Guindo a souhaité l’institutionnalisation de cette conférence périodiquement suivant une périodicité définie chaque année avec beaucoup plus de participants en terme de nombre, en termes de pays et que les recommandations soient mises en œuvre de manière à contribuer réellement et efficacement à la lutte contre la corruption au Mali dans le Sahel, en Afrique et dans le monde entier.

Pour sa part, le président de l’Association des autorités anticorruption d’Afrique (AAACA), Dr Khaled Mohamed Saïd Hassan, a félicité l’État du Mali pour le succès impressionnant de l’organisation de cette conférence. «Nous avons été impressionnés par la place que le Mali accorde aux valeurs sociétales dans la lutte contre la corruption et la lutte contre l’enrichissement illicite», a-t-il confié, ajoutant que l’Afrique regorge d’esprits capables de développer des indicateurs plus précis que ce qui existe actuellement. Les indicateurs, selon lui, qui supportent les politiques nationales de lutte contre la corruption plutôt que d’être un facteur de frustration des responsables de cette lutte dans nos pays.

Amadou GUEGUERE

Lire aussi : BMS-SA : Des résultats encourageants

Le résultat bénéficiaire avant impôt de la Banque malienne de solidarité (BMS-SA) au titre de l’exercice 2022 est estimé à 21,011 milliards de Fcfa, contre 1,513 milliard de Fcfa en 2021, en hausse de 19,5 milliards de Fcfa, soit un taux de progression de 1.300%..

Lire aussi : Produits de première nécessité : Le marché bien fourni

Le marché est suffisamment approvisionné. Les stocks disponibles sont rassurants. Ces constats ont été faits par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed, mardi dernier lors d’une visite qu’il a effectuée dans quelques magasins de stockage de produits de première n.

Lire aussi : Programme Tounkaranké : Des vivres pour Yélimané, Gabou et Tinkaré

L’initiative est née de la volonté de jeunes Maliens de l’extérieur qui ont jugé nécessaire de revenir au bercail pour servir de pont entre la diaspora et les villages d’origine des immigrés.

Lire aussi : Électrification rurale : Naréna doté d’une centrale hybride solaire

Le village de Naréna (Cercle de Kangaba) dispose désormais d’une centrale hybride solaire «PV/diesel». La cérémonie d’inauguration présidée par le représentant du ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Lassana Guindo, s’est tenue jeudi dernier dans ladite localité..

Lire aussi : Programme Tounkaranké : Gabou et Yélimané reçoivent leurs relevés d’identité bancaire

Le projet entend contribuer à constituer une épargne pour le village chaque mois. Le but étant de préparer la réalisation d’un projet collectif dans le village.

Lire aussi : Chaîne des dépenses publiques : La nécessaire rationalisation

La crise que traverse le pays entraîne la rareté des ressources financières. Une situation qui oblige les tenants du cordon de la bourse à prendre des mesures restrictives se traduisant par le gel ou l’annulation d’une partie des crédits budgétaires des structures publiques.

Les articles de l'auteur

BMS-SA : Des résultats encourageants

Le résultat bénéficiaire avant impôt de la Banque malienne de solidarité (BMS-SA) au titre de l’exercice 2022 est estimé à 21,011 milliards de Fcfa, contre 1,513 milliard de Fcfa en 2021, en hausse de 19,5 milliards de Fcfa, soit un taux de progression de 1.300%..

Par Amadou GUEGUERE


Publié jeudi 23 mars 2023 à 08:05

Produits de première nécessité : Le marché bien fourni

Le marché est suffisamment approvisionné. Les stocks disponibles sont rassurants. Ces constats ont été faits par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed, mardi dernier lors d’une visite qu’il a effectuée dans quelques magasins de stockage de produits de première nécessité..

Par Amadou GUEGUERE


Publié jeudi 23 mars 2023 à 07:52

Programme Tounkaranké : Des vivres pour Yélimané, Gabou et Tinkaré

L’initiative est née de la volonté de jeunes Maliens de l’extérieur qui ont jugé nécessaire de revenir au bercail pour servir de pont entre la diaspora et les villages d’origine des immigrés.

Par Amadou GUEGUERE


Publié mardi 21 mars 2023 à 08:06

Électrification rurale : Naréna doté d’une centrale hybride solaire

Le village de Naréna (Cercle de Kangaba) dispose désormais d’une centrale hybride solaire «PV/diesel». La cérémonie d’inauguration présidée par le représentant du ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, Lassana Guindo, s’est tenue jeudi dernier dans ladite localité..

Par Amadou GUEGUERE


Publié lundi 20 mars 2023 à 08:08

Programme Tounkaranké : Gabou et Yélimané reçoivent leurs relevés d’identité bancaire

Le projet entend contribuer à constituer une épargne pour le village chaque mois. Le but étant de préparer la réalisation d’un projet collectif dans le village.

Par Amadou GUEGUERE


Publié jeudi 16 mars 2023 à 08:02

Chaîne des dépenses publiques : La nécessaire rationalisation

La crise que traverse le pays entraîne la rareté des ressources financières. Une situation qui oblige les tenants du cordon de la bourse à prendre des mesures restrictives se traduisant par le gel ou l’annulation d’une partie des crédits budgétaires des structures publiques.

Par Amadou GUEGUERE


Publié vendredi 10 mars 2023 à 07:43

Pastoralisme : Le PRAPS-2 appuie les structures partenaires

19 véhicules tout-terrain, une cinquantaine de trousses vétérinaires, 1.000 pinces pour le marquage des petits ruminants vaccinés, 60 chaînes de froid pour la conservation et le transport des vaccins, 10 millions de doses de vaccins contre la Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et la Peste des petits ruminants (PPR), des matériels informatiques et bureautiques..

Par Amadou GUEGUERE


Publié mardi 07 mars 2023 à 08:07

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner