Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa

Par

Publié vendredi 11 mars 2022 à 08:25
Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

Les trois représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (Masa) ont réalisé des prestations de belle facture, cette semaine. Il s’agit des compagnies de marionnette Nama de Yacouba Magassouba avec son œuvre intitulée : «Le chat pèlerin» et Sogolon de Yaya Coulibaly avec «Le baptême du lionceau» et l’orchestre de Samba Touré. Tous les groupes de musique, danse, théâtre, cirque, humour, slam, marionnette et mode ont droit à deux passages devant le public.

Déjà, la compagnie de marionnette Nama a réalisé son deuxième show, mardi dernier au Palais de la culture de Treichville. «Le chat pèlerin» est la représentation scénique d’un texte écrit par le célèbre conteur malien Salif Berthé. La production est faite en tandem avec la compagnie «Territoire 80» du Canada. La salle «Théâtre du mouvement» de Paris (France) s’est portée candidate pour sa diffusion en France.

Malheureusement, cette production a aussi subi le contrecoup de la pandémie du coronavirus parce que les représentations (une centaine) qui avaient été commandées, entre mars à juin 2020, par les salles et festivals du Canada n’ont pu se faire pour cause de restrictions liées à la Covid-19. Idem pour la  vingtaine de sorties programmées en France. Yacouba Magassouba explique que des discussions sont engagées pour reprogrammer ces représentations. En attendant, une série est prévue à Bamako, Sikasso et Ségou avant la fin de l’année.

C’est après avoir décroché le Diplôme d’études fondamentales (DEF) dans son village en 1999 que Yacouba Magassouba a foulé le sol de la capitale pour poursuivre des études de comptabilité. Il y renonce au bout de deux ans pour se consacrer à l’apprentissage de cette forme d’art auprès de son oncle et célèbre marionnettiste connu à travers le monde, Yaya Coulibaly. Il accumulera 10 ans d’expériences dans la compagnie Sogolon à l’ombre de son mentor. Un apprentissage qui a porté fruit puisqu’il lui permettra de bourlinguer un peu partout au gré des tournées et festivals dans nombre de pays, notamment Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Bénin, Centrafrique, Togo, Niger, Congo, Guinée, Sénégal Espagne, Belgique, France, Luxembourg et Martinique.  Il est aujourd’hui metteur en scène, marionnettiste et technicien de spectacle.

Il a aussi participé à la distribution du spectacle Tall Horse de la compagnie Handspring Puppet lors de la tournée 2004 en Afrique du Sud et en Allemagne. «C’est par amour pour l’art de la marionnette que j’ai décidé d’abandonner les études», explique-t-il. Et de dire que les masques et marionnettes de notre pays ne doivent pas disparaître parce qu’ils représentent un pan important de notre patrimoine culturel.

Quant au «Baptême du lionceau» de Yaya Coulibaly, il n’est plus à présenter. C’est une leçon de morale que les jeunes Abidjanais et le public du Masa ont totalement intégré. En tout cas, si l’on s’en tient à la standing ovation du public pour ce beau spectacle. Yaya Coulibaly est à la fois marionnettiste, auteur, metteur en scène, conteur, danseur, chanteur et sculpteur. Avec «Sogolon», il a voyagé plusieurs fois dans de nombreux pays de tous les continents (ou presque), Afrique, Asie, Amérique et Europe pour des expositions et des représentations sur scène. Il s’est produit dans le Réseau des centres culturels français en Afrique. Ces interminables périples à travers le monde commencèrent en réalité en Inde en 1990. Ils le conduisirent sur d’autres continents.

Samba Touré et ses deux musiciens (Djimé Sissoko qui joue le ngoni et Souleymane Kané dont l’instrument de prédilection est la calebasse) ont aussi séduit le public. Ils se disent fiers de représenter la musique malienne au Masa. Lundi dernier, le trio était sur la scène de la salle François Lougah du Palais de la culture de la Commune de Treichville où il a presté avec une dizaine de chansons, en majorité de leur nouvel album intitulé : «Binga», du nom du village d’origine de Samba Touré. Une vraie musique acoustique songhaï que les professionnels ont certainement appréciée à sa juste valeur.


Envoyé spécial

Youssouf DOUMBIA



------------------


 

Programme de soutien aux artistes : Le Fonds Awa, un exemple de réussite

 

Différentes organisations de financement du secteur culturel ont saisi l’opportunité de cette 12è édition du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (Masa) pour venir à la rencontre des professionnels. Les partenaires d’Afrique Caraïbe et Pacifique-Union européenne (ACP-UE) ont tenu, mercredi dernier au Palais de la culture de Treichville, une réunion pour faire le bilan du Programme ACP-UE culture : soutien aux secteurs de la culture et de la création.

C’était en présence de la ministre de la Culture et des Industries des arts et du spectacle de la Côte d’Ivoire, Mme Harlette Badou Nguessan Kouamé, du directeur général du Masa, Hervé Patrick Yapi, ainsi que de nombreuses autres personnalités, des artistes et des opérateurs culturels dont certains ont déjà bénéficié du soutien de ce programme.

La rencontre fut pratiquement consacrée au consortium Art in West Africa (AWA), composé par l’Institut français de Paris et le Centre culturel Kôrè de Ségou.  Ce dernier est l’un des 6 projets régionaux retenus dans le cadre du programme ACP-UE culture. Une initiative conjointe de l’Union européenne (UE) et de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) à travers la mise en place du nouveau mécanisme régional de financement décentralisé, destiné à renforcer la compétitivité des industries culturelles et créatives dans les pays ACP.

Le projet AWA d’une durée de 40 mois vise un double objectif, explique son administrateur, notre compatriote Bourama Diarra. Il soutient la dynamisation de la compétitivité des industries culturelles et créatives (ICC) tout le long de la chaîne de valeurs (création, production et diffusion) dans les 16 pays d’Afrique de l’Ouest. Le soutien financier aux opérateurs des ICC de la zone, en termes de structuration et d’aide aux projets culturels et créatifs permet le développement des compétences des artistes et acteurs culturels et la facilitation de l’accès au marché et aux financements innovants.


Il encourage notamment l’entrepreneuriat et la collaboration (cocréation, coproduction et codiffusion) entre professionnels ouest africains et avec leurs homologues à l’extérieur de cette zone. Le projet AWA affiche d’autres ambitions. Il doit aussi contribuer plus spécifiquement à financer au moins 115 projets du secteur culturel et créatif, innovants et structurants, portés par des opérateurs des pays concernés qui favorisent l’accroissement des recettes économiques. Il entend aussi participer au développement de compétences d’environ 335 acteurs du secteur culturel et créatif des pays concernés à travers l’organisation d’activités de renforcement de la compétitivité, de la production artistique ouest-africaine, notamment en entrepreneuriat culturel et l’éducation à l’image.

Le programme AWA a bénéficié d’une subvention d’environ 6,2 milliards de Fcfa par l’OEACP et la Commission européenne dans le cadre de l’appel à propositions de soutien aux secteurs de la culture et de la création. Il a été lancé en décembre 2020 et a pu réaliser deux appels à projets en 2021. Le premier était réservé à la structuration qui a permis de sélectionner 15 opérateurs culturels ouest-africains avec l’attribution d’un montant de 150.000 euros, soit un peu plus de 98 millions de Fcfa, par opérateur sur 3 ans.


Le second a financé la valorisation des cultures d’Afrique de l’Ouest et a aussi permis de sélectionner 27 opérateurs culturels pour un financement de 25.000 euros, soit un peu plus de 16 millions de Fcfa par projet sur une année. Le troisième appel a été lancé en janvier dernier, il doit permettre de sélectionner 35 projets. En somme, le projet AWA a pu financer 42 projets culturels en 2021 avec un niveau de décaissement d’environ 1.154.000 euros, soit 750 millions de Fcfa, injectés dans le secteur culturel ouest-africain particulièrement dans 11 pays.

 Y . D

Lire aussi : Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient ég.

Dans la même rubrique

Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:17 Youssouf DOUMBIA

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:15 Youssouf DOUMBIA

Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Publié vendredi 15 avril 2022 à 07:57 Youssouf DOUMBIA

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 10:29 Youssouf DOUMBIA

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié mardi 22 mars 2022 à 08:01 Youssouf DOUMBIA

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié vendredi 25 février 2022 à 07:56 Youssouf DOUMBIA

Musée national : Cinq œuvres d’art offertes par le sculpteur Nicolas Stomboli

Une des œuvres expliquée aux visiteurs.

Publié mercredi 05 janvier 2022 à 08:04 Youssouf DOUMBIA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner