Can 2021: Quand l’arbitre Zambien Janny Sikazwe perd les pédales

Hallucinant, surréaliste ou dramatique. La fin du match entre la Tunisie et le Mali a tourné au grotesque, quand l’arbitre, Janny Sikazwe, a mis un terme aux débats pour la seconde fois après 89 minutes et 45 secondes de jeu, provoquant la fureur des Tunisiens qui étaient menés au score (0-1).

Par

Publié jeudi 13 janvier 2022 à 09:01, mis à jour mardi 25 janvier 2022 à 11:01
Des navires de l’US Navy, de la marine chilienne, péruvienne, française et canadienne, lors d’un exercice dans l’océan Pacifique, en 2018.

Alors qu'il restait encore cinq minutes à jouer dans le temps réglementaire, l'arbitre regardait sa montre et sifflait la fin du match, dans l'incompréhension la plus totale. Personne ne comprend ce qu'il se passe, le banc tunisien est fou et l'officiel finit par revenir sur sa décision.


On s’est dit alors que l'erreur est humaine et que l'arbitre s'est finalement rendu compte de sa bêtise. Mais quelques instants plus tard, alors qu'il restait encore une dizaine de secondes dans le temps réglementaire, voilà qu'un nouveau coup de sifflet final retentit. À nouveau, le staff et les joueurs tunisiens explosent de rage et envahissent le terrain, en direction de l'arbitre.

Cette fois, pas de changement de décision, la rencontre est terminée et les officiels finissent par quitter le terrain escorté par la sécurité... Plus flou, la CAF a même tenté de faire reprendre la rencontre pour trois minutes. Les Maliens, qui étaient au vestiaire, sont revenus sur le terrain 30 minutes plus tard et Janny Sikzawe est remplacé par le quatrième arbitre. Sauf que les Tunisiens, qui étaient déjà dans le bus, ne sont plus revenus sur la pelouse. Ce qui a mis un terme à cette rencontre pour la toute dernière fois, en attendant les probables recours qui seront déposés.

Ce n’est pas la première fois que Janny Sikazwe, perd les pédales dans un match. Le nom de cet arbitre zambien est associé à une drôle d’affaire, un match de Ligue des champions d’Afrique (2018) où il avait pris plusieurs décisions en faveur de l’Espérance de Tunis, contre le CD Primeiro de Agosto (Angola).

 A la fin de cette rencontre, Janny Sikazwe avait même été provisoirement suspendu par la CAF, mais aucune charge n’a finalement été retenue contre lui, faute de preuves. Il a été également au sifflet lors de la défaite du Sénégal face au Cameroun en quart de finale de la dernière CAN. Les Algériens en gardent aussi un mauvais souvenir puisque c’est ce même arbitre qui a accordé deux penaltys dont un deuxième clairement litigieux au Burkina Faso lors du match aller des barrages pour la qualification au Mondial 2014 du Brésil.

La Commission de discipline de la CAF l’avait suspendu à titre conservatoire le 20 novembre 2018. Après «enquête», la même instance le réhabilitera en janvier 2019. Ce Zambien de 42 ans est pourtant un arbitre expérimenté. C’était lui qui était au sifflet pour la finale de la CAN 2017 entre l’égypte et le Cameroun (1-2). Et il avait même officié lors de la Coupe du monde 2018, dirigeant la rencontre Belgique-Panama.

Il n’empêche que ce Tunisie-Mali a fait ressortir d’anciennes rencontres où son arbitrage avait été discutable. Comme ce Nigeria-égypte, en éliminatoires de la CAN 2017, où il avait sifflé la fin du match alors que Mohamed Salah partait au but. Sa prestation d’hier risque d’être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase.

Lire aussi : Coupe du monde 2022 : Aigles, un forfait, deux blessés

Cheick Doucouré était présent contre le Rwanda et l’Ouganda lors des deux premières journées des éliminatoires.

Le regroupement des Aigles a débuté hier à Agadir au Maroc. Les gardiens Djigui Diarra (Young Africans, Tanzanie), Mohamed Niaré (Stade malien), le milieu de terrain Alou Dieng (Al Ahly, égypte) et l’avant-centre Adama Traoré «Malouda» (Sheriff, Moldavie) ont été parmi les premiers joueurs à débarquer dans le Royaume chérifien où les Aigles en découdront avec les Harembee stars du Kenya, le 7 octobre au compte de la troisième journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Qa.

Lire aussi : CAN 2021 : La fête du football africain officiellement lancée

Plein à 80%, le stade d’Olembé de Yaoundé a accueilli, dimanche 9 janvier, la cérémonie d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), Cameroun 2021..

Une cérémonie présidée par chef d’État camerounais Paul Biya, en présence du président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino et celui de Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepé. Hautes en couleurs les festivités d’ouverture ont été animées par les plusieurs prestations artistiques dont celle du chanteur congolais Fally Ipupa. Devant un public camerounais motivé et sorti en masse malgré les restrictions liées.

Lire aussi : Mossa Ag Attaher : «Je rêve de voir le Mali sur le toit de l’Afrique le 6 février 2022»

Dans cette interview, le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne se dit fier du niveau actuel des Aigles et invite les Maliennes et les Maliens à faire bloc autour de la sélection nationale et la porter vers la victoire.

L’Essor : Lors de la cérémonie de remise du Drapeau national aux Aigles, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a dit : «Je tiens à féliciter le ministre de la Jeunesse et des Sports pour son engagement patriotique et sa détermination à redorer le blason du sport malien». Qu'avez-vous ressenti en entendant le chef de l'État vous rendre un tel hommage ?

Mossa Ag Attaher&nbs.

Lire aussi : CAN 2021 : Les Aigles prennent leurs quartiers à Buea

La sélection nationale entre en lice mercredi contre la Tunisie.

Après dix jours de stage à Djeddah en Arabie saoudite, les Aigles ont regagné le Cameroun, vendredi. à leur arrivée, le capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers ont été accueillis par une forte délégation, majoritairement composée de Maliens vivant au Cameroun.

De l’aéroport, les joueurs et leur encadrement technique ont mis le cap sur leur Quartier général (QG) .

Lire aussi : Mohamed Soumaré : «Le match s’annonce serré»

Dans cette interview, le consultant sportif analyse les chances des Aigles et affiche son optimisme.

L’Essor : Comment voyez-vous le match Tunisie-Mali ?

Mohamed Soumaré : à mon avis, ce sera un match serré, avec deux équipes au style de jeu similaire, c’est-à-dire technique, avec des petites passes et des transitions rapides. L’équipe la plus concentrée et celle qui commettra moins d’erreurs a de bonnes c.

Lire aussi : CAN 2021 : Le maillot des aigles trop cher pour les supporters

Pour s’offrir le maillot de la sélection nationale, les inconditionnels devront débourser entre 25.000 à 35.000F cfa. L’augmentation du tarif fait grincer des dents et les supporters demandent à la fédération de revoir le prix à la baisse.