Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux.

Par

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:17
Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Ses créations, très contemporaines, réinventent la tradition textile et graphique de l’Afrique, aboutissant à des accessoires (ceintures, sacs, chaussures…) qui rencontrent un vif succès en Afrique comme en Europe. Elle compte ainsi parmi ses clients des stars du showbiz international telles que Salif Keita, Oumou Sangaré ou Dee Dee Bridgewater. Convaincue du potentiel économique de la filière coton pour l’Afrique, Awa Meité a lancé l’initiative «Daoula» (www.daoula.org) qui encourage la transformation locale de «l’Or blanc».

Refusant de dormir sur ses lauriers, Awa Meité van Til a toujours fait preuve d’imagination pour conforter ce statut de «La fée des matières» attribué par la presse internationale. Cette formidable reconnaissance dont elle ne cesse de bénéficier de la part des médias du monde est loin de lui monter à la tête parce qu’elle voit cela au-delà de sa personne.


«J'y vois une nouvelle étape dans la reconnaissance du processus créatif qui a toujours un lien avec l'endroit d'où l'on vient, de l'impact socio-économique», nous confie-t-elle. Et d’enchaîner, «dans mon cas en particulier, cela a une grande importance car ma présence dans la presse internationale et locale met en exergue mon combat de longue date pour la valorisation du coton malien et, d’une manière générale, de nos savoirs et savoir-faire.  Cela a forcement un impact sur d'autres jeunes créateurs localement qui prennent de plus en plus conscience de nos richesses et dont l'objectif est devenu de les valoriser».

Sa lecture de cette reconnaissance internationale est tout simplement que, «à travers ce que nous faisons, nous pouvons nous faire entendre avec nos propres mots et atteindre le coeur des autres. Cela est important dans un contexte mondial de globalisation qui se veut démocratique en théorie, mais dans lequel celui qui détient les moyens de communication les plus modernes et les plus utilisés forgent notre façon de voir et de penser ce monde».

 

Une reconnaissance - Cette reconnaissance des médias se traduit-elle aussi par plus d’intérêts pour ses créations à l’international ? «Elle suscite certes plus d'intérêts pour mes créations tant au niveau local qu'international.  Mais, les enjeux vont au-delà de la création. Au niveau local, on voit ce sentiment de fierté porté par de nombreux Maliens, car cette reconnaissance est certes celle du créateur, mais aussi de son pays et de son peuple». Et Awa Méité de poursuivre, «la compétition est rude et le défi est de se réinventer et de créer sa propre identité,  de créer du sens à travers son travail.  Les consommateurs n'ont plus juste envie d'acheter. Ils veulent aussi savoir de plus en plus qui est le créateur derrière une marque et savoir si ses valeurs correspondent aux leurs.  On a une grande envie de soutenir une cause en soutenant un créateur».

Et naturellement que cela influence son style, sa créativité. «Cette évolution des rapports entre consommateurs et créateurs influence ma façon de travailler forcement. Elle entraîne beaucoup plus de pression car l'attente est grande à chaque fois.  Il faut se surpasser, innover.  Mais par dessus tout, il faut faire des recherches, apprendre, améliorer  et cultiver la passion», avoue la créatrice engagée, habituée des grands événements comme «Lagos Fashion week» au Nigeria et des rencontres comme le «Salon International du coton et du textile» dont la première édition a eu lieu du 27 au 29 septembre 2018 à Koudougou, au Burkina Faso.

«Comme tout créateur, il est important pour moi de faire connaître mon travail.  Mais une fois que ce but est atteint, il n'appartient plus seulement au créateur.  Et cela est une lourde responsabilité à porter parfois car on ne veut pas décevoir», poursuit la fille de sa mère, la très charismatique Aminata Dramane Traoré, altemondialiste et écrivaine engagée. Et de conclure, «nous voulons continuer à donner une belle image de notre pays et faire rêver avec ce que nous avons de plus précieux, nos savoirs, nos savoir-faire, nos matières et notre culture».

Réalisatrice (documentaire), peintre, joaillière, styliste, designer… et directrice fondatrice du festival «Daoulaba», Awa Méité a récemment ajouté une nouvelle corde à son arc publiant un livre. «Masques en parure» (Santé Solidarité) est un ouvrage de 35 pages édité par «Routes du Sud», préfacé par le ministre du Commerce et l’Industrie, M. Mahmoud Ould Mohamed.


«À travers le concept Masques en parure, dont le coton est au cœur de la confection, nous retrouvons toute une symbolique de la protection telle que pensée dans les sociétés traditionnelles africaines», peut on lire dans cet ouvrage.

Au delà de ces aspects sociaux culturels, «Routes du Sud» de l’écrivaine s'engage ainsi à apporter «sa contribution  dans le développement et le renforcement des efforts consentis par le gouvernement dans la réduction de la pauvreté à travers la valorisation et la transformation du coton».

Comme quoi, «la Fée des matières premières» n’a pas encore fini de surprendre le monde.

 

 Moussa Bolly

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Lire aussi : Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient ég.

Dans la même rubrique

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 08:15 Rédaction Lessor

Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Publié vendredi 15 avril 2022 à 07:57 Rédaction Lessor

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié vendredi 01 avril 2022 à 10:29 Rédaction Lessor

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié mardi 22 mars 2022 à 08:01 Rédaction Lessor

Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Publié vendredi 11 mars 2022 à 08:25 Rédaction Lessor

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié vendredi 25 février 2022 à 07:56 Rédaction Lessor

Musée national : Cinq œuvres d’art offertes par le sculpteur Nicolas Stomboli

Une des œuvres expliquée aux visiteurs.

Publié mercredi 05 janvier 2022 à 08:04 Rédaction Lessor

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner