Situation socio-politique : Suivez le regard de Dr Aly Tounkara

Dans les lignes qui suivent, le directeur du Centre des études sécuritaires et stratégiques au Sahel (CE3S) livre son analyse sur la récente visite du président de la Transition du Burkina au Mali et la fin de l’opération Barkhane au Sahel. Le sociologue se prononce aussi sur la question de la laïcité et sur l’institution d’une Journée nationale des légitimités traditionnelles.

Par

Publié mardi 15 novembre 2022 à 07:51
Situation socio-politique : Suivez le regard de Dr Aly Tounkara

Pour le chercheur, la visite président Ibrahim Traoré au Mali n’a rien de surprenant pour qui connaît l’état dans lequel se trouvent les  frontières des deux pays en termes de présence militaire.

Selon lui, les militaires  burkinabés avaient déserté les frontières avec le Mali depuis le mois de décembre. Seules quelques poches de la gendarmerie étaient, par moments et par endroits, présentes de façon sporadique. Pour le directeur du CE3S, cette visite, au-delà d’une déclaration officielle, chercherait à reprendre ces activités militaires conjointes entre Bamako et Ouagadougou.

D’après lui, lors de cette visite, les différents états-majors auraient abordé la question des partages de renseignement et même de collecte d’informations sur les groupes radicaux qui sévissent dans ces deux pays. Il s’agit  notamment de ceux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans avec la Katiba d’Amadoun Kouffa au Mali et ceux de Malam Diaffar Dicko  au Burkina Faso.


Dr Tounkara fait savoir que cette visite s’inscrit fondamentalement dans la reprise des actions militaires conjointes, dans le possible soutien aérien que le Mali pourrait apporter au  Burkina Faso au besoin. Mais aussi, le renforcement et même la mutualisation des renseignements et informations sur les groupes radicaux violents.

Parlant de l’annonce de la fin de l’opération Barkhane par le président Emmanuel Macron, le chercheur dira que cela peut être inscrit  dans un effet communicationnel. Pour Aly Tounkara, il chercherait à coup sûr, à défaut d’être légitimé par les Sahéliens, une certaine acceptabilité de l’opinion publique sahélienne vis-à-vis de la présence militaire française dans le Sahel.


«Cette annonce du président Macron vise à apaiser le sentiment anti-politique militaire français qui s’exprime dans les rues sahéliennes. Mais dans le même temps, par cette annonce, Emmanuel Macron chercherait également à rassurer ses nouveaux alliés dont le Niger de cette nouvelle volonté de la France d’opérer dorénavant de concert avec les pays avec lesquels, elle serait en partenariat en termes de coopération militaire», explique-t-il.

Pour le directeur du CE3S, c’est un gage d’assurance que le président Macron a voulu donner par cette annonce. Mais en termes de contenu, il n’y a rien de subséquent à retenir. Dr Tounkara pense qu’il est important que les Sahéliens comprennent qu’au-delà de cette annonce, la défense et la securité reviennent avant tout à l’élite politique au pouvoir dans les États.

Pour lui, tous les efforts des partenaires qu’ils soient Russes, Portugais, Arabes, Iraniens, Américains, doivent venir s’ajouter à ceux déjà consentis par les hommes et femmes en charge des questions de défense et de securité dans nos pays.

 

RÈGLEMENTER LES PRÊCHES-Le chercheur s’est aussi prononcé sur la question de la laïcité dans notre pays. Pour Dr Tounkara,  la laïcité est un concept qui fâche au Mali parce qu’il est loin d’être compris. Mieux, il estime que c’est un concept instrumentalisé voire  manipulé à la fois par certains acteurs politiques et religieux.

C’est pourquoi, il dira que la laïcité dans le contexte malien mérite une attention particulière. Selon lui, les gens sont plus dans la sensation religieuse que dans la compréhension religieuse. Le directeur du CE3S soutient que l’état du Mali a été longtemps absent en termes de réglementation des faits cultuels et même culturels dans l’espace public malien. Il a rappelé que la dernière règlementation de l’État du Mali vis-à-vis des faits religieux remonte à 1962. Et depuis cette date, aucun texte officiel n’a été adopté vis-à-vis du fait religieux.

D’où toute la pertinence de sortir du sensationnel religieux, de la crise idéologique et de s’attaquer à cette question avec rigueur sans qu’il y ait d’interface de la Péninsule arabique, du Proche ou Moyen-Orient ou même de l’Afrique du Nord dans ce débat. Pour lui, c’est un débat  qui doit être mené aujourd’hui entre Maliens, coreligionnaires.

Dr Aly Tounkara trouve qu’il n’est pas normal que dans un Etat, des hommes et des femmes s’adonnent à des activités de prêches sans pour autant obtenir les qualifications requises à cet effet.


Il soutient que  dans tous les pays à dominance musulmane qu’on soit en Mauritanie, en Algérie, au Maroc, en Arabie saoudite, en Iran, pour prêcher, la condition est d’avoir au minimum le niveau licence dans les études théologiques.


Selon lui, toutes les tentatives de réformes du fait religieux au Mali de 1962 à nos jours ont échoué parce que beaucoup d’hommes et de femmes qui tiennent des prêches ne sont pas outillés théologiquement et n’ont pas la légitimité religieuse pour le faire.


Le directeur du CE3S estime que le prêche ne doit pas se faire dans  l’amateurisme. Il nécessite des études très approfondies en théologie musulmane pour un musulman ou en théologie chrétienne pour un chrétien.  

Enfin, Dr Aly Tounkara s’est prononcé sur la question des légitimités traditionnelles auxquelles une journée a été consacrée par les autorités de la Transition.

Pour le chercheur, les légitimités qu’elles soient traditionnelles ou religieuses dans le contexte malien, dans toutes les aires culturelles et  sur tout le territoire national, remplissent des fonctions de prévention, de gestion des tensions et des conflits.


Consacrer une journée aux légitimités traditionnelle, à vue d’œil, est une bonne chose, estime notre interlocuteur, ajoutant que les rôles et les places qui doivent revenir à ces légitimités doivent être au préalable définis. 

Lire aussi : Contribution, Sanctions contre le Mali : Les vertus du dialogue

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a trouvé le ton juste et mesuré dans son adresse à la nation du 10 janvier 2022..

Lire aussi : Mali : Le Premier ministre s'imprègne de la situation sécuritaire à Segou

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga s’est rendu, ce samedi 13 novembre 2021, à Segou où il a présidé la cérémonie de clôture du Forum national sur l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes en milieu rural. Le chef du gouvernement a ensuite rendu visite aux troupes du camp militai.

Lire aussi : Le médiateur de la Cedeao à Bamako : des échanges en prélude au sommet d’Accra

Le médiateur de la Cedeao s’est adressé à la presse après l’audience avec le président de la Transition.

Lire aussi : Conseil national de Transition : La session d’octobre s’ouvre

Le projet de loi de finances 2022 et 13 autres textes législatifs seront examinés au cours des travaux.

Lire aussi : Mission du Conseil de sécurité à Bamako : Échanges francs et constructifs avec les autorités de la transition

Au cours de sa visite de 48 heures, la délégation des Nations unies s’est bien imprégnée de la situation difficile et complexe que notre pays traverse depuis 2012.

Lire aussi : Primature : Le Premier ministre reçoit les diplomates algérien et américain

Dr Choguel Kokalla Maïga avec l’Algérien Delmi Boudjemaa.

Dans la même rubrique

Contribution, Sanctions contre le Mali : Les vertus du dialogue

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a trouvé le ton juste et mesuré dans son adresse à la nation du 10 janvier 2022..

Publié mercredi 12 janvier 2022 à 07:50 Dieudonné DIAMA

Mali : Le Premier ministre s'imprègne de la situation sécuritaire à Segou

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga s’est rendu, ce samedi 13 novembre 2021, à Segou où il a présidé la cérémonie de clôture du Forum national sur l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes en milieu rural. Le chef du gouvernement a ensuite rendu visite aux troupes du camp militaire Amadou Cheickou Tall de Segou..

Publié dimanche 14 novembre 2021 à 17:08 Dieudonné DIAMA

Le médiateur de la Cedeao à Bamako : des échanges en prélude au sommet d’Accra

Le médiateur de la Cedeao s’est adressé à la presse après l’audience avec le président de la Transition.

Publié jeudi 06 janvier 2022 à 08:14 Dieudonné DIAMA

Conseil national de Transition : La session d’octobre s’ouvre

Le projet de loi de finances 2022 et 13 autres textes législatifs seront examinés au cours des travaux.

Publié mardi 05 octobre 2021 à 10:28 Dieudonné DIAMA

Mission du Conseil de sécurité à Bamako : Échanges francs et constructifs avec les autorités de la transition

Au cours de sa visite de 48 heures, la délégation des Nations unies s’est bien imprégnée de la situation difficile et complexe que notre pays traverse depuis 2012.

Publié vendredi 08 octobre 2021 à 16:43 Dieudonné DIAMA

Primature : Le Premier ministre reçoit les diplomates algérien et américain

Dr Choguel Kokalla Maïga avec l’Algérien Delmi Boudjemaa.

Publié mardi 05 octobre 2021 à 12:05 Dieudonné DIAMA

Atelier sur l’état d’évaluation des TIC : Les participants ont affiné les données

La réorganisation du secteur des TIC est un challenge pour le département.

Publié jeudi 09 décembre 2021 à 15:24 Dieudonné DIAMA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner