#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Pour l’Essor de la localité

La 1ère édition du Festival international des arts et de la culture de Bla (FIACBLA) se tiendra du 12 au 18 mai prochain à Bla sous le thème : «Emploi des jeunes en milieu rural».

Publié lundi 22 avril 2024 à 07:23 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 06:50
#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Pour l’Essor de la localité

L’initiateur du festival (micro) entend en faire une opportunité d’échanges culturels, mais surtout de développement de Bla

 

 L’information a été donnée par l’initiateur de l’événement, le célèbre comédien Kary Bogoba Coulibaly dit Madou Wôlô, jeudi dernier lors d’une conférence de presse au Centre national de cinématographie du Mali (CNCM).

C’était en présence du conseiller technique au ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, notamment de Diarah Sanogo alias Bougouniérie et beaucoup d’autres invités.

L’objectif de ce rendez-vous est d’apporter une contribution aux actions de développement durable dans la Commune de Bla et environs à travers la promotion artistique, culturelle. Selon Kary Bogoba Coulibaly, le FIACBLA est une manifestation culturelle, festive et artistique, organisée dans le but d’offrir au public un éventail complet des différentes activités permettant de réunir les acteurs et professionnels des arts et de la culture.

Il s’inscrit dans une volonté de donner un tremplin aux jeunes talents dans une démarche d’expression artistique et touristique, associant les arts visuels, les arts de scène et les multimédias. Que chaque artiste confirmé, chaque talent et génie en herbe trouve une place pour créer, au profit de Bla, a-t-il souligné. Cette 1ère édition du FIACBLA offre un programme riche et diversifié. Le Festival débutera avec une foire-exposition artisanale qui va mettre sur le marché tout ce que la Commune de Bla regorge comme objets et productions culturelles.

La rencontre culturelle permettra aussi à la Commune de Bla de mettre la lumière sur la culture du terroir, il donnera l’opportunité aux artistes locaux pétris de talent de se faire connaître. Au programme, des jeux et kermesse, et des visites de sites historiques et naturels que regorge la localité. Le FIACBLA est l’expression artistique et culturelle des populations pour le développement de la communauté tout en s’inspirant des valeurs culturelles et civilisationnelles propres à la commune.

L’éthique du FIACBLA se veut militante contre toutes les pratiques dégradantes dans une démarche intergénérationnelle pour combattre toutes formes de discrimination. Le rendez-vous représentera aussi l’opportunité de faire des échanges interculturels. Son caractère populaire contribue à créer et renforcer les liens sociaux au sein des différentes communes qui composent le Cercle de Bla, a expliqué Kary Bogoba Coulibaly.

Nahawa SANGARÉ

Nahawa SANGARE

Lire aussi : #Mali : Journée internationale de la famille : Investir pour développer le capital humain

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, mercredi dernier au stade Vincent Traoré de Kati, la Journée internationale de la famille sous le thème national : «Investir dans la famille, c’est construire l’avenir»..

Lire aussi : #Mali : Famille : C’est avant tout le bonheur de vivre ensemble

À l’instar de la communauté internationale, notre pays s’apprête aussi à célébrer mercredi 15 mai, la Journée des familles. Ces composantes essentielles de notre société sont, aujourd’hui, sous l’emprise des réseaux sociaux dont l’utilisation incontrôlée favorise très souvent .

Lire aussi : #Mali : Salade : Denrée actuellement rare sur le marché

Entre avril et début juillet, la production de la salade devient difficile en raison de la chaleur. Cette plante potagère a besoin d’un arrosage régulier et important : au moins trois fois par jour en cette période de forte chaleur. Satisfaire ce besoin en eau des plantes se révèle un pénib.

Lire aussi : #Mali : Le Fonds de solidarité nationale : Au chevet des personnes les plus démunies

Dans le cadre de son programme de renforcement de la solidarité et de lutte contre l’exclusion, le Fonds de solidarité nationale (FSN) a fait don de 60 millions de Fcfa de kits scolaires, d’hygiène et de couture, mais aussi de couvertures et layettes destinés aux couches les plus vulnérable.

Les articles de l'auteur

#Mali : Journée internationale de la famille : Investir pour développer le capital humain

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, mercredi dernier au stade Vincent Traoré de Kati, la Journée internationale de la famille sous le thème national : «Investir dans la famille, c’est construire l’avenir»..

Par Nahawa SANGARE


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:21

#Mali : Famille : C’est avant tout le bonheur de vivre ensemble

À l’instar de la communauté internationale, notre pays s’apprête aussi à célébrer mercredi 15 mai, la Journée des familles. Ces composantes essentielles de notre société sont, aujourd’hui, sous l’emprise des réseaux sociaux dont l’utilisation incontrôlée favorise très souvent l’individualisme, voire la misanthropie.

Par Nahawa SANGARE


Publié dimanche 12 mai 2024 à 16:52

#Mali : Salade : Denrée actuellement rare sur le marché

Entre avril et début juillet, la production de la salade devient difficile en raison de la chaleur. Cette plante potagère a besoin d’un arrosage régulier et important : au moins trois fois par jour en cette période de forte chaleur. Satisfaire ce besoin en eau des plantes se révèle un pénible labeur pour de nombreux producteurs, très souvent sous-équipés, qui préfèrent donc se focaliser sur d’autres cultures..

Par Nahawa SANGARE


Publié jeudi 09 mai 2024 à 08:12

#Mali : Le Fonds de solidarité nationale : Au chevet des personnes les plus démunies

Dans le cadre de son programme de renforcement de la solidarité et de lutte contre l’exclusion, le Fonds de solidarité nationale (FSN) a fait don de 60 millions de Fcfa de kits scolaires, d’hygiène et de couture, mais aussi de couvertures et layettes destinés aux couches les plus vulnérables, notamment des veuves et orphelins de guerre. Mais aussi aux Centres de santé de référence (Csref) et communautaire (Cscom), ainsi que des associations d’aide aux personnes démunies..

Par Nahawa SANGARE


Publié vendredi 26 avril 2024 à 09:33

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner