Mali : Lutte contre le VIH/Sida : L’urgence de promouvoir la prise en charge du VIH pédiatrique

La prise en charge du VIH chez les enfants nécessite l’implication de tous. C’est ce que le Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (Remapsen) a compris en consacrant son «Rendez-vous Remapsen» à la question. C’était le mercredi dernier à la Maison de la presse à la faveur d’une conférence de presse animée par le conseiller science de l’Onu-Sida, Dr Bassirou Diallo.

Par

Publié vendredi 08 décembre 2023 à 07:52 , mis à jour mercredi 21 février 2024 à 21:37
Mali : Lutte contre le VIH/Sida : L’urgence de promouvoir la prise en charge du VIH pédiatrique

Il s’agit d’informer et outiller les journalistes sur le VIH pédiatrique, a déclaré la coordonnatrice du Remapsen, Mme Fanta Diakité (c)

 

La coordonnatrice du Remapsen, Mme Fanta Diakité, a déclaré qu’il s’agit d’informer et outiller les journalistes sur le VIH pédiatrique et les impliquer davantage dans la lutte contre le VIH en général au Mali. Les personnes correctement informées au sujet de l’épidémie du VIH/Sida peuvent évaluer la menace que constitue le virus et adopter les meilleurs moyens pour éviter l’infection. Au cas où elles sont séropositives, elles sauront comment prendre soin d’elles, de leurs partenaires et de leur famille. C’est ce qui justifie la démarche du «Rendez-vous du Remapsen» sur le «VIH pédiatrique», a expliqué la coordonnatrice. Elle a indiqué que cette épidémie à développement rapide demande une riposte tout aussi rapide, avec une action harmonisée, l’implication de tous pour un monde sans VIH/Sida. «Le combat contre le VIH Sida doit être une lutte commune, particulièrement le cas des enfants», a t-elle dit.

Selon le rapport 2022, publié la semaine dernière par l’Onu-Sida, 1,5 million d’enfants de 0 à 14 ans vivaient avec le VIH/Sida dans notre région. Au même moment, 2/3 de ces enfants ne bénéficiaient pas de traitement ARV. Au Mali, les chiffres concernant les enfants font froid au dos.

Le représentant de la Maison de la presse a jugé pertinent le sujet de la rencontre. Mahamadou Talata a noté qu’on a tendance à oublier cette maladie qui continue encore de faire des ravages. Cette rencontre est, selon lui, venue à point nommé pour nous rappeler cela. Pour lui, le VIH/Sida doit être une préoccupation commune surtout quand il s’agit des enfants. Il a salué cette rencontre qui cadre bien avec les objectifs de la Maison de la presse, c’est-à-dire renforcer la capacité des professionnels des médias sur des sujets déterminants. Mahamadou Talata a dit que la presse a la lourde tâche de traiter ces sujets en vue de sensibiliser la population pour la promotion d’une vie saine.

Le représentant de l’Onu-Sida a déclaré que dans le monde 1,5 million d’enfants vivent avec le VIH. Il y a eu 130.000 nouvelles infections en 2022 et 84.000 liées au Sida. Près de la moitié des enfants ayant contractés le VIH vivaient dans 11 pays d’Afrique. Aussi a-t-il dit, ces enfants sont bien moins traités que les adultes. S’agissant du Mali, le spécialiste a déclaré que le taux de transmission mère enfant à six semaines était respectivement de 18,39% en 2019, 19,77% en 2020 et 15,87 en 2021%. La transmission mère enfant en période d’allaitement était respectivement de 30,47%, 30,55% et 26,62 pour les mêmes périodes. 87% des enfants dépistés VIH ont été mis sous traitement. La couverture ARV (antirétroviraux) chez les enfants était de 23% en 2019, 29% en 2010 et 42% en 2021. Grâce aux interventions, préventions et traitement mère enfant (PTME) les infections pédiatriques évitées étaient de 541 en 2021 contre 844 en 2022. 

Selon Dr Diallo, les principales lacunes dans la continuité des services de prévention de l’infection étaient la faible couverture des PTME dans les services offrant les services de consultation prénatale (CPN), la mobilité des personnels qualifiées, l’irrégularité dans la disponibilité des produits de santé sur les sites. À celles-ci, il ajoutera le manque de financement pour la réalisation des activités de supervision, d’achat de produits de santé et la formation continue des agents. Pour inverser la tendance, il estime qu’il faut des efforts ciblés et un engagement plus fort, des changements significatifs dans la prestation des services. Il s’agit par là de rendre les soins prénatals et postnatals intégrés et les services liés au VIH plus abordables.


Les programmes doivent devenir plus intelligents dans leurs stratégies de dépistage ainsi que dans la recherche des femmes manquantes qui vivent avec la maladie et qui ne reçoivent pas de traitement. Pour ce faire, Dr Diallo estime que les journalistes ont un rôle à jouer. Il les invite à intensifier la vulgarisation de la lutte notamment pour la réduction de la transmission mère. Il a apprécié l’initiative du Réseau qui va fortement aider l’ONU-Sida dans son combat.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Lire aussi : #Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Lire aussi : Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Lire aussi : Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Lire aussi : #Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Lire aussi : #Mali : Notre santé : Incontinence urinaire : Écoulement involontaire des urines

Perte involontaire des urines par l’urètre. L’incontinence urinaire n’indique pas nécessairement une maladie sous-jacente. Dr Daouda Sangaré, chirurgien urologue et maître de recherche au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati explique que c’est une perte des urines en dehors des p.

Les articles de l'auteur

#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 19 février 2024 à 08:40

#Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:37

Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 12 février 2024 à 08:21

Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 05 février 2024 à 08:46

#Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 02 février 2024 à 09:02

#Mali : Notre santé : Incontinence urinaire : Écoulement involontaire des urines

Perte involontaire des urines par l’urètre. L’incontinence urinaire n’indique pas nécessairement une maladie sous-jacente. Dr Daouda Sangaré, chirurgien urologue et maître de recherche au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati explique que c’est une perte des urines en dehors des phases d’inconscience..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 22 janvier 2024 à 08:08

Notre santé, #Mali : Fente labio palatine : Une malformation congénitale

La fissure labiale et/ou palatine est une malformation du visage qui consiste en une ouverture de la lèvre supérieure pouvant se prolonger jusqu’au palais..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 15 janvier 2024 à 08:13

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner