Foire scientifique : Les élèves du fondamental montrent leur génie créateur

L’École nationale d’ingénieurs-Abderhamane Baba Touré abrite, depuis lundi dernier, la première édition de la Foire scientifique au niveau du fondamental 2, autrement dit le second cycle.

Par

Publié mercredi 27 juillet 2022 à 08:12, mis à jour dimanche 07 août 2022 à 15:14
Foire scientifique : Les élèves du fondamental  montrent leur génie créateur

L’exposition a pour objectif de promouvoir l’apprentissage des sciences par les jeunes enfants

 

Les activités de cette foire ont été lancées par le chef de cabinet du ministre de l’Éducation nationale, Oumar Traoré, en présence de son collègue du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Yacouba Kébé.

La représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), Inge Vervloesem, et le représentant du maire de la Commune III, Abdoulaye Doumbia y ont pris part aussi. 

Cette foire scientifique durera trois jours. À cette occasion, les élèves des 7è, 8è et 9è années des Centres d’animation pédagogiques (Cap) des deux rives de Bamako exposent leurs productions scientifiques.


Les produits exposés sont, entre autres, les savons, une maquette de bâtiments, des informations sur certaines maladies, notamment la bilharziose, les pommades, un vase communicant, une expérimentation de la filtration de l’eau, des robots fabriqués et un modèle d’installation électrique.  Ces productions ont été réalisées grâce à l’accompagnement de mentors, repartis entre 600 clubs scientifiques.

La représentante de l’Unicef a expliqué que cette foire est la culmination du projet «Scientifiques en herbe», financé par la Hollande et l’Allemagne. Il a pour objectif de promouvoir l’apprentissage des sciences par les jeunes enfants, en l’occurrence les jeunes filles. Selon Inge Vervloesem, ce projet a connu la participation de 200 écoles dont 125 de la rive gauche et 75 de la rive droite. Ces établissements, a-t-elle précisé, ont été dotés en kits scolaires et de gestion de l’hygiène menstruelle.


S’y ajoutent des manuels scientifiques scolaires, malles scientifiques et des matériels roulants (6 motos et deux tricycles). Elle a également indiqué que cette foire représente l’expression du génie créateur de nos enfants qui, au sein de leurs Cap, ont su s’imposer dans leurs catégories respectives en passant par la phase de présélection grâce à la qualité de leurs projets. Il a ajouté que le produit que chaque club scientifique présente est le témoin probant des efforts visant la promotion de la science, la technologie, l’ingénierie et la mathématique (STEM) dans les lieux d’apprentissage du Mali.

Oumar Traoré a affirmé que le projet «Scientifiques en herbe» vise également à soutenir la rétention scolaire et la qualité de l’éducation. Pour lui, l’initiative permettra de transformer et autonomiser la vie de milliers de filles, en surmontant les barrières de genre qui limitent les aspirations et les opportunités. Il a félicité les initiateurs de cette activité, notamment l’Unicef.

Le chef de cabinet du ministère de l’Éducation nationale a émis le vœu de voir un système éducatif refondé dans lequel les apprenants seront majoritairement dans les filières scientifiques. Toute chose qui permettra, selon lui, de résoudre l’épineuse question de la gestion des flux qui se pose dans l’enseignement supérieur.

Après la visite des produits exposés, le chef de cabinet du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dira que les élèves ont montré qu’ils sont capables d’appliquer ce qu’ils ont théoriquement appris. «Grâce à ce partenariat entre l’Unicef et le département en charge de l’Éducation nationale, on souhaite que de plus en plus d’étudiants acceptent d’opter pour les matières scientifiques et viennent relever avec nous le défi de la formation au niveau de l’Enseignement supérieur», a-t-il lancé.

Lire aussi : Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Dans la même rubrique

Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Publié 01 April 2022 a 08:17 Mohamed DIAWARA

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié 01 April 2022 a 08:15 Mohamed DIAWARA

Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Publié 15 April 2022 a 07:57 Mohamed DIAWARA

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié 22 March 2022 a 08:01 Mohamed DIAWARA

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié 01 April 2022 a 10:29 Mohamed DIAWARA

Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Publié 11 March 2022 a 08:25 Mohamed DIAWARA

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié 25 February 2022 a 07:56 Mohamed DIAWARA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner