#Mali : Mamaribougou : Le casse-tête de la pénurie d’eau

L’assèchement des puits aggrave la situation. Pour y faire face, la Somapep-SA prévoit d’ici décembre prochain de densifier le réseau de distribution dans plusieurs quartiers de la Rive gauche de Bamako dont 21 km à Mamaribougou

Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:23 , mis à jour vendredi 21 juin 2024 à 07:48
#Mali : Mamaribougou : Le casse-tête de la pénurie d’eau

Des jeunes garçons, munis de bidons de 20 litres, font la queue pour obtenir le précieux liquide (archives)

 

À Mamaribougou, un quartier périphérique de la capitale, l’approvisionnement en eau potable est une préoccupation de premier ordre. Les habitants de ce quartier situé dans la Commune rurale du Mandé redoutent une pénurie d’eau pendant la saison sèche où très souvent de nombreux puits tarissent. Dans ces conditions s’approvisionner en eau potable devient une corvée pour les femmes et les enfants qui se bousculent aux portillons des familles disposant de châteaux d’eau.

Sur le site d’un de ces forages, femmes et enfants munis de bidons de 20 litres et de seaux font la queue pour obtenir le précieux liquide (l’eau). On est servi en fonction de son arrivée. Les plus impatients essaient de créer le bazar et tirer profit de la confusion pour avoir un rang confortable.

Mme Keïta Aminata Traoré, visiblement la quarantaine, préfère éviter cet attroupement bruyant. Depuis 6 heures du matin, elle s’y rend accompagnée de sa belle-fille pour s’approvisionner en eau. Ses petits enfants prennent le relais dans l’après-midi.

Pour elle, cette situation est dure à vivre. Les puits sont taris et il faut recourir aux forages qui fonctionnent pour la plupart avec l’électricité. Or, dans un contexte de délestage permanent, cela reste une autre épine dans le pied. Sinon, il faut parcourir une certaine distance pour retrouver des forages solaires.

Djélika Keïta, étudiante en 11è année lettres, explique que quand elle rentre de l’école à 17 heures, ses frères et elle vont chercher de l’eau au forage pour les besoins de la famille. Celle qui est l’aînée de la fratrie estime que pour l’instant ça n’affecte pas ses études.

Selon Aïssata Cissé, la faible pluviométrie pendant l’hivernage et la multiplication des forages d’eau sont à l’origine de l’assèchement des puits. En cette période, déplore-t-elle, sa famille consomme l’eau avec beaucoup de parcimonie pour éviter le gaspillage.

Pour Fatoumata Coulibaly, la pénurie d’eau impacte la vie quotidienne des ménagères. Le temps d’aller chercher de l’eau pour cuisiner, faire la lessive et la vaisselle, explique-t-elle, ne lui permet pas de s’occuper correctement d’autres tâches ménagères et de ses enfants. La brave femme invite les autorités compétentes à aider les familles à accéder aux robinets pour pallier toute éventuelle pénurie d’eau.

 

TOLÉRANCE À L’ÉGARD DES OUVRIERS- Pour Nakorè Sacko, habitante du quartier depuis une quinzaine d’années, cette pénurie pendant la saison sèche est cyclique. Mais elle témoigne que cette année, la situation a empiré. C’est la première fois que le quartier enregistre une pénurie d’eau d’une telle ampleur. Ibrahim Maïga possède un forage. «Nous donnons de l’eau gratuitement aux habitants. C’est un geste de solidarité pour surmonter la pénurie d’eau en ce moment. Quand on est arrivé dans le quartier, on n’a pas pu avoir le robinet. Donc, on a été contraint d’installer un forage pour faire face à la crise d’eau», explique ce bon Samaritain.

L’accès difficile à l’eau potable est une préoccupation majeure de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (Somapep-SA). Pour le cas de Mamaribougou, le directeur des Projets affirme que sa structure a obtenu, dans le cadre de la phase 2, un financement de la Banque islamique de développement (BID) qui permettra de densifier le réseau de distribution dans plusieurs quartiers de la rive gauche du District de Bamako dont 21 kilomètres dans le quartier Mamaribougou. Aly Koné précisera aussi que les tuyaux sont déjà arrivés à Bamako, avant d’annoncer que le réseau devrait être disponible au plus tard en décembre 2024. L’ingénieur hydraulicien souligne le rôle crucial de la population dans la construction des ouvrages. Il les invite à la patience et la tolérance à l’égard des ouvriers qui travaillent sur le terrain. 

Précisons que la Somapep-SA est chargée de réaliser les infrastructures d’eau potable à savoir les ouvrages de production, de stockage et de distribution, en vue d’assurer un accès durable à l’eau potable des populations urbaines du Mali. Ces ouvrages sont mis à la disposition de la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep-SA) qui, à son tour, s’occupe de leur exploitation et entretien. À Bamako, la structure dispose de deux grandes sources d’approvisionnement en eau. Celle de Kabala qui produit 288 millions de litres par jour et la station de Djikoroni Para dont la capacité de production se chiffre à 130 millions de litres par jour. Cinq petites stations appuient les deux grandes sources d’approvisionnement.

Alima Nia DOUMBIA

Rédaction Lessor

Lire aussi : #Mali : Jeux Olympiques 2024 : Quel héritage laisseront les jeux ?

Le 19 juillet prochain, le Paris Media Centre ouvrira ses portes. Durant 24 jours, 24 thématiques vous dévoileront une ville en mouvement, tournée vers le vivant et portant haut les valeurs de solidarité et de tolérance. Paris se racontera ainsi au travers de conférences, ateliers, press tours.

Lire aussi : #Mali : Tabaski : Le port des uniformes agrémente la fête

Les uniformes ne sont pas qu’une affaire de mariage. L’initiative s’est invitée dans la célébration de fêtes religieuses en l’occurrence la Tabaski depuis plusieurs décennies. De plus en plus, la pratique arrive à conquérir un grand nombre de familles. Le port de ces tenues est fait p.

Lire aussi : #Mali : Kalaban-Coro : Les voleurs ont joué de malchance

Ils étaient en passe de réussir leur opération lorsque dans la précipitation, ils sont allés percuter un automobiliste. Ce choc mit leur coup à l’eau….

Lire aussi : #Mali : Échanges commerciaux : La pièce de 500 FCFA est devenue un casus belli

Samedi 13 avril dernier, aux environs de 16 heures, dans une boutique à Bolibana en Commune III du District de Bamako, une dispute éclate entre une dame et un boutiquier du quartier. Au centre de la controverse : une pièce de 500 Fcfa que la dame a remise au boutiquier..

Lire aussi : #Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Le 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de .

Lire aussi : #Mali : Euro 2024 : L’Allemagne pour confirmer

La deuxième journée de la phase de groupes de l’Euro 2024 débute ce mercredi. Auteur d’une première prestation très cohérente face à l’Écosse lors du match d’ouverture, l’Allemagne tentera de confirmer face à la Hongrie..

Les articles de l'auteur

#Mali : Jeux Olympiques 2024 : Quel héritage laisseront les jeux ?

Le 19 juillet prochain, le Paris Media Centre ouvrira ses portes. Durant 24 jours, 24 thématiques vous dévoileront une ville en mouvement, tournée vers le vivant et portant haut les valeurs de solidarité et de tolérance. Paris se racontera ainsi au travers de conférences, ateliers, press tours, expériences VIP et une plateforme digitale, source d’information et d’inspiration pour tous vos sujets..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:55

#Mali : Tabaski : Le port des uniformes agrémente la fête

Les uniformes ne sont pas qu’une affaire de mariage. L’initiative s’est invitée dans la célébration de fêtes religieuses en l’occurrence la Tabaski depuis plusieurs décennies. De plus en plus, la pratique arrive à conquérir un grand nombre de familles. Le port de ces tenues est fait pendant la matinée où les femmes se rassemblent autour de la cuisine et la grillade de viande..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:41

#Mali : Kalaban-Coro : Les voleurs ont joué de malchance

Ils étaient en passe de réussir leur opération lorsque dans la précipitation, ils sont allés percuter un automobiliste. Ce choc mit leur coup à l’eau….

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:33

#Mali : Échanges commerciaux : La pièce de 500 FCFA est devenue un casus belli

Samedi 13 avril dernier, aux environs de 16 heures, dans une boutique à Bolibana en Commune III du District de Bamako, une dispute éclate entre une dame et un boutiquier du quartier. Au centre de la controverse : une pièce de 500 Fcfa que la dame a remise au boutiquier..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:10

#Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Le 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de conscience du citoyen et de la citoyenne sur la nécessité à mieux gérer les ressources environnementales du pays..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:38

#Mali : Euro 2024 : L’Allemagne pour confirmer

La deuxième journée de la phase de groupes de l’Euro 2024 débute ce mercredi. Auteur d’une première prestation très cohérente face à l’Écosse lors du match d’ouverture, l’Allemagne tentera de confirmer face à la Hongrie..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:23

#Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Aujourd’hui 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de conscience du citoyen et de la citoyenne sur la nécessité à mieux gérer les ressources environnementales du pays. Le thème retenu cette année est : Notre patrimoine, notre avenir»..

Par Rédaction Lessor


Publié lundi 17 juin 2024 à 11:54

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner