#Mali : Le chef de l’État, le colonel Assimi Goïta à l’ouverture ce matin de la phase nationale du Dialogue inter-Maliens

«Aujourd’hui plus que jamais, notre peuple, dont je salue encore et toujours la résilience, a besoin de plus d’unité et de solidarité» Il y a quelques semaines, nous procédions à l’installation du Comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale. À cette occasion, je formais le vœu de voir toutes les Maliennes et tous les Maliens y participer et s’exprimer librement.

Publié lundi 06 mai 2024 à 17:45
#Mali : Le chef de l’État, le colonel Assimi Goïta à l’ouverture ce matin de la phase nationale du Dialogue inter-Maliens

Permettez-moi de rendre grâce à Allah le Tout-Puissant qui a rendu cela possible et nous a permis de nous retrouver pour la phase nationale qui est l’aboutissement du processus que nous avions tous voulu entièrement inclusif.


Mesdames et Messieurs,

Des semaines durant, les Maliens se sont retrouvés dans les phases communales, régionales et au niveau de nos représentations diplomatiques et consulaires.


À tous ces niveaux, nos compatriotes n’avaient qu’une seule préoccupation : se parler en toute franchise et proposer des solutions pour sortir définitivement de la crise, recoudre le tissu social et renforcer le vivre-ensemble.


Mesdames et Messieurs,

Le Mali, considéré jadis comme un pays paisible et tranquille, s’est retrouvé depuis quelques années dans une situation conflictuelle complexe sur laquelle nous n’avions aucune emprise.


Nous avions été réduits à être des observateurs du martyre de notre peuple, pour des raisons économiques et géostratégiques auxquelles nous étions totalement étrangers.


Nos forces de défense et de sécurité, auxquelles on avait enlevé toute capacité offensive, ne pouvaient nullement assumer leur mission régalienne de protection du territoire, des populations et de leurs biens.


C’est dans ces conditions que les contradictions habituelles entre nos populations, inhérentes à la vie socioéconomique, ont été exacerbées au point de se transformer en conflits meurtriers sur fond de complicités internes et d’instigation extérieure.


Ces conflits, de diverses natures, se sont ainsi entremêlés pour faire de notre pays une terre constamment endeuillée.
Les solutions préconisées par la communauté internationale ont plutôt contribué à élargir les zones de tension pour toucher une grande partie du territoire. Pire, il est apparu que les mesures prises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et pour assurer l’unité nationale répondaient à un agenda contraire aux intérêts du peuple malien.


Mesdames et Messieurs,

C’est ainsi que, dans un sursaut de dignité, le peuple malien a décidé de reprendre son destin en main et de reconquérir l’ensemble de son territoire. La reprise de Kidal et des autres villes du nord a été une illustration parfaite de ce nouvel état d’esprit. Les Maliens ont alors compris que la paix tant espérée était désormais à leur portée.


Dans la dynamique patriotique et salvatrice ainsi enclenchée, et forts de l’expérience réussie des Assises nationales de la Refondation et d’autres rencontres importantes, nous avons décidé que les Maliens se retrouvent entre eux, sans intermédiaires, pour dessiner une nouvelle architecture de la paix et de la réconciliation nationale, fondée sur nos réalités, nos valeurs et nos intérêts propres, inspirée par les trois principes qui guident désormais l’action publique dans notre pays, à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et de partenaires opérés par le Mali, la défense des intérêts du peuple malien dans les décisions prises.


Ainsi que je l’avais demandé, le Comité de pilotage devait tout mettre en œuvre pour rendre le processus le plus inclusif possible.


Mesdames et Messieurs,

Je me réjouis de constater que la méthode imprimée au dialogue par le Comité de pilotage, a obéi aux exigences liées à ses enjeux, à savoir : la paix durable, l’apaisement des cœurs et la mise en place des bases d’un développement dont les fruits devraient être profitable à toutes les Maliennes et à tous les Maliens.


En effet, il me plait de signaler tout d’abord que dans son règlement intérieur, le Comité de pilotage s’est obligé au respect de la diversité d’opinions et de la liberté d’expression, à reconnaitre et à respecter la diversité culturelle et linguistique des participants et également, à l’interdiction de toute forme de discours haineux, injurieux ou discriminatoire.


Ensuite, la forme ascendante du dialogue, du niveau communal au niveau national, en passant par les Régions, le District de Bamako et les représentations diplomatiques et consulaires, devrait avoir pour effet, de permettre à tous les Maliens de s’exprimer.


Enfin, je relève que le dialogue a privilégié des discussions sur des thématiques concrètes ayant un lien direct avec tous les aspects de la vie socioéconomique et culturelle des Maliens, à savoir :


➢La paix, la réconciliation nationale et la cohésion sociale ;

➢Les questions politiques et institutionnelles ;

➢Les aspects sécuritaires et de défense du territoire ;

➢LA Géopolitique et l’environnement.


Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui plus que jamais, notre peuple, dont je salue encore et toujours la résilience, a besoin de plus d’unité et de solidarité. C’est seulement à ces conditions que nous réussirons à vaincre l’adversité et à gagner la bataille du développement, profitable à chacune et à chacun des Maliens.


Dans ce combat historique, le peuple malien compte d’abord sur ses propres forces. Mais il peut également compter sur l’accompagnement de partenaires sincères et sur une dynamique d’intégration réelle, portée par les peuples, qui se met en place dans le cadre de l’Alliance des États du Sahel.


Mesdames et Messieurs,

Je suis convaincu que l’esprit de franchise et de patriotisme qui a prévalu au cours des phases précédentes sera de mise durant la présente. Au demeurant, je vous exhorte à renforcer cette posture afin que les synthèses qui seront faites des débats des différents niveaux puissent refléter les avis, préoccupations et recommandations formulées par les Maliennes et les Maliens.


L’ÉCONOMIE ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 

En somme, c’est l’esprit du Mali Kura qui devra nous guider tous, pour mener à bon port le grand bateau du Dialogue inter-Maliens.


Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais terminer sans adresser mes chaleureux encouragements aux membres du Comité de Pilotage pour leur engagement patriotique. De même, je salue la sagesse et le leadership éclairé du Président du Comité tout au long de cette mission nationale qui s’achemine vers la fin.


En souhaitant un plein succès à vos travaux, je déclare ouverte la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale.


Ensemble, nous ferons le Mali Kura.
Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens ! Je vous remercie.

Rédaction Lessor

Lire aussi : #Mali : Lithium de Goulamina : La part de l’État et des nationaux passe de 20 à 35%

La hausse de la participation de l’État et l’application d’autres dispositions du nouveau Code minier permettront l’augmentation de l’apport du secteur minier au budget d’État.

Lire aussi : CAP et DEF : Les épreuves écrites se dérouleront respectivement du 27 au 30 mai et du 3 au 5 juin

Les épreuves anticipées démarrent aujourd’hui avec les travaux pratiques du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap), au titre de l’enseignement technique et professionnel et les épreuves anticipées de l’Éducation physique et sportive pour le compte du Diplôme d’études fondament.

Lire aussi : #Mali : Grand tour du Mandé : Une activité pédagogique de promotion de la culture

La 12è édition du Grand tour du Mandé organisée par le président de l’Association Kouma, le célèbre griot Bourama Soumano, s’est déroulée du 11 au 14 mai dernier à Kéla, une bourgade située à 5 km de Kangaba et dont les habitants sont réputés pour leur maîtrise de la tradition ma.

Lire aussi : #Mali : Mamaribougou : Le casse-tête de la pénurie d’eau

L’assèchement des puits aggrave la situation. Pour y faire face, la Somapep-SA prévoit d’ici décembre prochain de densifier le réseau de distribution dans plusieurs quartiers de la Rive gauche de Bamako dont 21 km à Mamaribougou.

Lire aussi : #Mali : Hamidou Maïga : Clin d’œil à un pionnier des biennales artistiques et culturelles

Certains morceaux de la musique malienne résistent encore à l’épreuve du temps, notamment «Wani Ni Cinidi» ou l’appel en songhaï. Cette création, jouée pour la première fois par l’orchestre régional de Gao, lors de la Biennale artistique et culturelle de 1970, demeure un générique .

Lire aussi : #Mali : Convention relative aux droits de l’enfant : Le Mali fait le point de la mise en œuvre

Le Comité des droits de l’enfant a ouvert la semaine dernière à Genève les travaux de sa 96è session, qui se tiendra jusqu’au 24 mai prochain sous la présidence de Mme Anne Marie Skelton. Pendant cette session, le Comité doit examiner successivement les rapports présentés par la Namibie.

Les articles de l'auteur

#Mali : Lithium de Goulamina : La part de l’État et des nationaux passe de 20 à 35%

La hausse de la participation de l’État et l’application d’autres dispositions du nouveau Code minier permettront l’augmentation de l’apport du secteur minier au budget d’État.

Par Rédaction Lessor


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:29

CAP et DEF : Les épreuves écrites se dérouleront respectivement du 27 au 30 mai et du 3 au 5 juin

Les épreuves anticipées démarrent aujourd’hui avec les travaux pratiques du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap), au titre de l’enseignement technique et professionnel et les épreuves anticipées de l’Éducation physique et sportive pour le compte du Diplôme d’études fondamentales (DEF), au titre de l’enseignement fondamental..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:36

#Mali : Grand tour du Mandé : Une activité pédagogique de promotion de la culture

La 12è édition du Grand tour du Mandé organisée par le président de l’Association Kouma, le célèbre griot Bourama Soumano, s’est déroulée du 11 au 14 mai dernier à Kéla, une bourgade située à 5 km de Kangaba et dont les habitants sont réputés pour leur maîtrise de la tradition mandingue et leur art oratoire..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:35

#Mali : Mamaribougou : Le casse-tête de la pénurie d’eau

L’assèchement des puits aggrave la situation. Pour y faire face, la Somapep-SA prévoit d’ici décembre prochain de densifier le réseau de distribution dans plusieurs quartiers de la Rive gauche de Bamako dont 21 km à Mamaribougou.

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:23

#Mali : Hamidou Maïga : Clin d’œil à un pionnier des biennales artistiques et culturelles

Certains morceaux de la musique malienne résistent encore à l’épreuve du temps, notamment «Wani Ni Cinidi» ou l’appel en songhaï. Cette création, jouée pour la première fois par l’orchestre régional de Gao, lors de la Biennale artistique et culturelle de 1970, demeure un générique des différentes stations de Radio-Mali et de la télévision nationale..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:41

#Mali : Convention relative aux droits de l’enfant : Le Mali fait le point de la mise en œuvre

Le Comité des droits de l’enfant a ouvert la semaine dernière à Genève les travaux de sa 96è session, qui se tiendra jusqu’au 24 mai prochain sous la présidence de Mme Anne Marie Skelton. Pendant cette session, le Comité doit examiner successivement les rapports présentés par la Namibie, le Guatemala, la Géorgie, le Mali, l’Égypte, le Bhoutan, l’Estonie et le Paraguay concernant l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 09:25

#Mali : Droits de l’enfant au Mali : La situation à l’examen à Genève

Le Comité des droits de l’enfant a examiné, les 9 et 10 mai derniers à Genève (Suisse), le rapport présenté par le Mali au titre de la Convention relative aux droits de l’enfant. Au cours de l’examen du rapport du Mali plusieurs questions des experts ont porté sur les points relatifs à l’éducation et la santé, la justice pour mineurs, le travail des enfants, l’enrôlement d’enfants dans des groupes armés et l’enregistrement des naissances..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 16 mai 2024 à 09:13

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner