#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le violeur en série écope de 5 ans de prison

Il escaladait nuitamment les murs d’enceinte des domiciles de ses victimes qu’il menaçait toujours avec une arme blanche. La chance a fini par l’abandonner

Par

Publié jeudi 07 mars 2024 à 08:09
#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le violeur en série écope de 5 ans de prison

Un jeune homme a comparu aux assises pour répondre du crime de viol et de vol. il s’agit d’un chômeur du nom de Mamadou Sacko, voisin des familles de ses victimes et domicilié à Titibougou. C’est justement ce voisinage qui lui permettait de jeter son dévolu sur ses victimes. Les faits qui lui sont reprochés remontent à 2019.  


Courant septembre 2019, Mamadou Sacko avait pris le temps d’étudier les habitudes de certaines filles de son voisinage afin de trouver le meilleur moyen d’abuser d’elles. C’est ainsi qu’il a découvert que la demoiselle Djénèba Goimba dormait fréquemment sur le toit de leur maison et qu’Astan Doucouré était en séjour chez sa sœur. Il a décidé d'agir. Une nuit vers 00 heure, il se munissait d'un couteau, escaladait le mur de clôture de la maison où loge Djénèba Goimba avant de rejoindre celle-ci sur le toit. Il la réveilla sous la menace du couteau avant d'entretenir des relations sexuelles avec elle sans être inquiété.

Quelques jours après, il escaladait le mur de clôture de la maison contiguë à la leur. Une fois à l'intérieur et toujours muni de son couteau, il menaçait la demoiselle Astan Doucouré, la traumatisait, abusait d'elle par deux fois et emportait son argent et son téléphone portable. C'est ainsi que les agents du commissariat du 12ème arrondissement l'interpellaient suite à la plainte de cette dernière victime. L’enquête ouverte à la suite de cette plainte conduisit Mamadou Sacko tout droit devant les juges de la Cour d’assises pour y être jugé conformément aux dispositions des articles 226, 256 et 254 du code pénal.

Tant à l'enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, l'inculpé a reconnu les faits à lui reprochés. Cela a été le cas également à la barre. Les faits reconnus, il ne lui restait plus qu’à s’expliquer. C’est ainsi qu’il a relaté dans les moindres détails le déroulement de ses actes criminels à l'encontre de ses victimes en escaladant les murs de clôture des maisons d’habitation nuitamment pour les surprendre, couteau en main. Comme cela avait été le cas pour la fillette Djénèba Goimba surprise dans son sommeil et sans défense pour la violer. Cet acte, selon l’arrêt de renvoi, avait coûté sa virginité à cette dernière.

Il en avait été de même pour Astan Doucouré menacée d’un couteau, puis violée à plusieurs reprises avant de voir son téléphone emporté et la somme de 17.000 Fcfa.

L’«aveu est la reine des preuves», dit-on. Le parquet, après être revenu sur les faits, a requis son maintien dans les liens de l’accusation. La défense a, de son coté, sollicité la clémence de la Cour avant de plaider le sursis. À la lumière des débats, la Cour a reconnu Mamadou Sacko coupable. Cependant, elle lui a reconnu des circonstances atténuantes. L’obsédé sexuel a finalement écopé de 5 ans assortis d’un an de sursis

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Lire aussi : #Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Lire aussi : #Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Lire aussi : #Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33

#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38

#Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:23

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 02 avril 2024 à 09:17

#Mali : Un quadragénaire assassine son père et écope de la peine de mort

Le parricide fait partie des infractions rares dans les rôles des sessions de Cour d’assises. C’est pourtant pour cette infraction criminelle que Ousmane Traoré a comparu devant les juges en milieu de semaine dernière..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 07:37

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner