#Mali : Cérémonies festives: La tendance de la personnalisation des services

Bouteilles de boissons, sachets d’eau, couverts, t-shirts, sacs à main, verres portent des messages spéciaux qui sont des souvenirs mémorables pour les invités

Publié jeudi 18 janvier 2024 à 08:23
#Mali : Cérémonies festives: La tendance de la personnalisation des services

Une variété de produits personnalisés comprenant des bouteilles d’eau et des sacs à main

 

Les cérémonies et autres fêtes (mariages, baptêmes, anniversaires…) sont des moments uniques, marqués par des rituels significatifs et des célébrations mémorables. Une tendance émergente qui ajoute une touche distinctive à ces occasions spéciales est la personnalisation des bouteilles de boissons, des sachets d’eau, couverts, t-shirts, kakemono (bâches) et autres. Des étiquettes personnalisées avec des messages spéciaux ou des illustrations symboliques ajoutent une touche personnelle aux bouteilles. Tandis que des verres gravés deviennent des souvenirs mémorables pour les invités.

«Pour mes fiançailles, j’ai décidé de personnaliser mes boissons, mes pop-corns et faire la bâche avec la photo de mon couple parce c’est la tendance» déclare Fatoumata Sidibé.  Selon elle, plusieurs de ses amis l’ont fait. Elle trouve le concept attrayant,  joli en plus le prix n’est pas aussi exorbitant que cela prête à penser. En tout, elle a juste dépensé 40.000 Fcfa  pour une petite fête de 30 personnes et cela lui a permis de créer la différence.

Moussa Traoré dit Baye est interne en chirurgie de l’hôpital de la Commune IV. Il a son entreprise du nom de Baye Décor, où il confectionne les Lacoste, t-shirts, bâches, étiquettes, bols en bauxite, décoration des lieux de cérémonie, etc... Le chef de Baye Décor, dit avoir commencé ce travail il  y a environ une année et demie. Pour la bonne marche de son business, Moussa Traoré cible les cérémonies sociales à travers les  «personnes»,  les associations, les écoles. Le prix de 1m² pour 70-90 étiquettes est à 7.000 Fcfa. 1m² pour la bâche est à 8.000 Fcfa, les mugs sont à 2.500 Fcfa l’unité, les t-shirts entre 2.500 et 3.000 Fcfa. Cependant, il ne s’en sort pas trop la prestation est peu rentable, car il ne dispose pas de certains matériels pour sa tâche.

«Lors de mon mariage en 2022, j’ai voulu mettre en pratique un nouveau concept celui de la personnalisation de certains services»,  confie Diaminatou Diallo.  Il s’agit, notamment des bouteilles d’eau, les emballages d’amuse bouche et les petits éventails avec la photo de son mari et d’elle. En effet, cette méthode permet vraiment de faire la différence et de marquer les esprits des invités qui repartent avec de petits objets souvenir assure Diaminatou Diallo. Elle ajoute avoir mis plus de 500.000 Fcfa car pour avoir la bonne qualité, elle les a commandés au Maroc.

Mariam Kanté, dans la trentaine est vendeuse de pop-corns et de jus. Depuis peu, elle a commencé à utiliser les étiquettes pour pouvoir attirer plus de clientèles et créer la différence. «Mon service est très sollicité en ce moment, je le fais pour les gens à l’occasion de leur mariage, anniversaire, fiançailles et autres festivités», explique-t-elle. Sur les étiquettes, on peut retrouver les  photos et les écritures grâce à cette innovation, sa clientèle a beaucoup augmenté. Mariam Kanté fait les packages de 100 au prix de 7.000 Fcfa pour les jus. Et pour les pop-corns, crevettes cela dépend de la quantité.

Lassana Doumbia est le Ceo de Lass-Event. Il a commencé ce service, il y a 2 ans avec son oncle qui vit aux états-Unis. «J’ai eu beaucoup de marchés pour la confection des étiquettes et autres produits personnalisés car mon oncle m’a envoyé des matériels de dernières qualité des USA. Seulement maintenant avec la crise actuelle, les choses ne marchent pas comme au début et il y a aussi la concurrence qui est rude. «Néanmoins, on a pu fidéliser la clientèle ancienne, mais aussi celle que nos clients nous envoient», s’exclame-t-il. Chez Lassana Doumbia, le 1m²  de bâche est à 4.500 Fcfa, 100 étiquettes à 15.000 Fcfa, les t-shirts sont entre 4.000 et 7.000 Fcfa selon la qualité.

Pour Boubou Cissé, diplômé de la Faculté des sciences économiques et de gestion FSEG, la demande de services de personnalisation stimule l’industrie hôtelière et de la restauration est croissante. Les établissements qui offrent des options de personnalisation peuvent attirer une clientèle plus large, générant ainsi des revenus supplémentaires pour ces secteurs. Et de poursuivre que la tendance à la personnalisation peut également stimuler l’innovation dans l’industrie des boissons et des emballages.

Les producteurs cherchent à développer des produits et des emballages qui permettent une personnalisation facile, créant ainsi de nouvelles opportunités d’affaires. Ainsi, la personnalisation des services pendant les cérémonies offre une opportunité unique d’élever l’expérience des invités. Que ce soit à travers des cocktails élaborés, des infusions d’eau artistiques ou des détails personnalisés sur les emballages, cette tendance transforme les célébrations en des moments magiques.

Anta CISSÉ

Lire aussi : #Mali : Lutte contre la corruption : Renforcement des compétences des agents des structures de contrôle

L’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) tient, depuis hier dans un hôtel de la place, un atelier de formation de ses agents et des structures de contrôle sur la convention des Nations unies contre la corruption et son mécanisme d’examen et d’application..

Lire aussi : #Mali : Cercap : Une année 2023 difficile

Le Centre d’études et de renforcement des capacités d’analyse et de plaidoyer (Cercap) a tenu, hier, son 5è conseil d’administration dans ses locaux..

Lire aussi : #Mali : Tortues terrestres : Utiles à bien des égards

De la viande aux sous-produits, rien ne se jette, tout est utile en cette espèce menacée de disparition. Son élevage, qui participe de sa préservation et de sa protection, est également une importante source de revenu et un moyen sûr de régénération des sols pour des paysans. Sans compter s.

Lire aussi : #Mali : Rupture de jeûne : Buffets IFTAR et repas collectifs prisés

Certains établissements hôteliers préparent une variété de menus que les clients peuvent venir savourer pour égailler leurs papilles gustatives en plus de baigner dans une atmosphère conviviale de rencontres.

Lire aussi : #Mali : Secteur minier : Plaidoyer pour une amélioration des conditions des femmes

Le Centre international de conférences de Bamako (CICB) a abrité, samedi dernier, une journée de plaidoyer sur les conditions de travail des femmes du secteur minier. L’événement était placé sous la coprésidence des ministres des Mines, Amadou Keïta et de la Promotion de la Femme, de l’.

Lire aussi : #Mali : Chaîne 2 : 31 ans d’efforts pour informer, éduquer et distraire

20 mars 1997- 20 mars 2024, la Chaîne 2 a 27 ans. L’Office de radio et télévision du Mali (ORTM) a organisé, vendredi dans ses locaux, une cérémonie pour célébrer cet anniversaire..

Les articles de l'auteur

#Mali : Lutte contre la corruption : Renforcement des compétences des agents des structures de contrôle

L’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) tient, depuis hier dans un hôtel de la place, un atelier de formation de ses agents et des structures de contrôle sur la convention des Nations unies contre la corruption et son mécanisme d’examen et d’application..

Par Anta CISSÉ


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:40

#Mali : Cercap : Une année 2023 difficile

Le Centre d’études et de renforcement des capacités d’analyse et de plaidoyer (Cercap) a tenu, hier, son 5è conseil d’administration dans ses locaux..

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:29

#Mali : Tortues terrestres : Utiles à bien des égards

De la viande aux sous-produits, rien ne se jette, tout est utile en cette espèce menacée de disparition. Son élevage, qui participe de sa préservation et de sa protection, est également une importante source de revenu et un moyen sûr de régénération des sols pour des paysans. Sans compter ses vertus hautement thérapeutiques.

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 11 avril 2024 à 07:46

#Mali : Rupture de jeûne : Buffets IFTAR et repas collectifs prisés

Certains établissements hôteliers préparent une variété de menus que les clients peuvent venir savourer pour égailler leurs papilles gustatives en plus de baigner dans une atmosphère conviviale de rencontres.

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:36

#Mali : Secteur minier : Plaidoyer pour une amélioration des conditions des femmes

Le Centre international de conférences de Bamako (CICB) a abrité, samedi dernier, une journée de plaidoyer sur les conditions de travail des femmes du secteur minier. L’événement était placé sous la coprésidence des ministres des Mines, Amadou Keïta et de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga..

Par Anta CISSÉ


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:46

#Mali : Chaîne 2 : 31 ans d’efforts pour informer, éduquer et distraire

20 mars 1997- 20 mars 2024, la Chaîne 2 a 27 ans. L’Office de radio et télévision du Mali (ORTM) a organisé, vendredi dans ses locaux, une cérémonie pour célébrer cet anniversaire..

Par Anta CISSÉ


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:08

#Mali : Purification de l’eau : Des solutions locales

Le Programme Djenné clean water initiative a été clôturé hier, à la faveur d’une cérémonie organisée dans un hôtel de la place. L’événement a été présidé par l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Mali, Rachna Korhonen, en présence du directeur exécutif du Programme, Bilaly Dicko et du 2è adjoint au maire de Djenné, Abdramane Dembélé..

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:42

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner